The Predator de Shane Black

Critique film: The Predator de Shane Black

Le premier Predator m’avait conquise. Je me souviens encore des frissons ressentis. J’étais curieuse de découvrir la nouvelle mouture de la saga. Je partais sans avoir rien vu sur le film. Je ne m’attendais à rien. Je voulais juste un divertissement. Ai-je été séduite? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

Interdit aux moins de 12 ans
Les pires prédateurs de l’univers sont maintenant plus forts et plus intelligents que jamais, ils se sont génétiquement perfectionnés grâce à l’ADN d’autres espèces. Alors qu’un jeune garçon devient accidentellement leur cible, seul un équipage hétéroclite d’anciens soldats et un professeur de science contestataire peuvent empêcher l’extinction de la race humaine.


☙Mon avis:☙

Je suis perplexe. The Predator m’a paru décousu, particulier, étonnant. Je m’explique. J’ai été prise dans la trame la première heure puis c’est retombé comme un soufflé avec des moments longs. Je cherchais où se s

ituer ce volet dans la saga. Cette sixième aventure sort du lot. En bon ou en mauvais?

Les idées se mélangent dans un cocktail qui n’a pas réussi à me faire peur. Je n’ai pas eu cette étincelle effrayante face aux aliens que j’avais pu avoir dans les précédents. La bande loufoque était sympathique. J’ai eu l’impression de voir une version moderne de l’Agence tout risque avec une part de dérision différente. Le récit manque de cohérences. Les coupes semblent avoir ôté une bonne partie des ficelles qui liées l’ensemble correctement.

Car tout le paradoxe se situe là sur son casting et son emploi. Les cinq soldats traumatisés, blessés et souffrants de troubles post-traumatiques interprétés par Trevante Rhodes (MOONLIGHT), Keegan-Michael Key (FRIENDS FROM COLLEGE), Thomas James (Mutant Chronicles), Alfie Allen (Game of Thrones) et Augusto Aguilera (SNOWLIFE) sont la force du film. Ils sont son petit grain intéressant. Ils ont réussi à me passionner de bout en bout. Oubliant les incohérences. (Et pourtant j’ai mon cerveau qui a tilté plusieurs fois). Je suis tombée sous le charme de leur dynamique de groupe. Ensemble, les militaires sur le bas de la route s’avèrent l’étincelle qu’il fallait pour ne pas se noyer.

Ajoutez aux militaires, le jeune héros autiste, la scientifique, j’ai cru replonger dans une oeuvre des années 90. C’était étrange, fascinant dans un sens. Je me suis divertie. J’ai même apprécié certaines parties, moins d’autres (la facilité déconcertante de retrouver les objets perdus, l’utilisation des chiens- BORDEL ma déception sur ce coup là est dure à digérer).

La tension est un autre point un peu noir. Nom d’une noisette, je pensais sursauter, rester scotcher à mon siège, trembler… Nom d’une cacahuète, j’ai eu peur au mauvais moment. Sérieusement, la créature horrifique, meurtrière, je l’attends toujours. L’ambiance est peu propice à effrayer les spectateurs. Dommage. Sincèrement. La violence est là. Seulement, la magie Predator n’a pas prise. J’aurai du l’imaginer sans le label Predator…

En bref, Le film souffre à mes yeux d’une découpe inégale et d’effets spéciaux décevants. Le résultat décompresse sans laisser un gros souvenir. Je le regrette. Il devrait plaire aux amateurs du genre. Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir vu un potentiel inexploité. Je reste sur ma faim même avec les cinq soldats et leurs compagnons.

☙Ma note:☙

🌟6+/10🌟

☙Informations:☙

Date de sortie 17 octobre 2018
durée: 1h 47min
De Shane Black
Avec Boyd Holbrook, Trevante Rhodes (MOONLIGHT), Keegan-Michael Key (FRIENDS FROM COLLEGE), Thomas James (Mutant Chronicles), Alfie Allen (Game of Thrones), Augusto Aguilera (SNOWLIFE), Olivia Munn
Genres Action, Science fiction
Nationalité Américain
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *