Snap Killer- Sylvie Allouche

Critique: Snap Killer de Sylvie Allouche

Je suis friande de thriller. J’aime les enquêtes policières. J’avoue ne pas en lire énormément. Mais je ne refuse que rarement de plonger dans les pas d’un personnage fascinant comme la commissaire Clara di Lazio. Snap Killer m’a intrigué par ses thèmes abordés: internet et le harcèlement scolaire sur fond de polar. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

La fascinante commissaire Clara di Lazio (Stabat Murder) est l’héroïne du nouveau roman de Sylvie Allouche. Un roman ADDICTIF à très fort potentiel

Un élève de terminale est retrouvé mort un dimanche à l’aube, pendu par les pieds à une branche de platane, au milieu de la cour de son lycée. 980 élèves suspects, sans compter le directeur, les profs et le reste du personnel, l’enquête s’annonce complexe. Pourquoi le meurtrier a-t-il pris le risque fou de cette mise en scène ? Y a-t-il un lien entre ce meurtre et le suicide d’une élève de seconde, victime d’un harcèlement brutal sur les réseaux sociaux quelques mois plus tôt ? Pour la commissaire Clara Di Lazio et son équipe, aucun indice ni aucune piste ne sont à négliger.

Mon avis:

La trame captive, fascine, entraîne dans un dédale très bien construit. Les faits saisissent les nerfs par leur réalisme. L’impression d’être immergée dans l’enquête saisit aux tripes. Les mots se transforment en messagers. Les émotions tourbillonnent. Les pensées aussi.

L’angle choisi pour aborder le harcèlement et les réseaux sociaux se montre original, percutant. J’ai été impressionnée par la tournure des événements. Le regard se modifie en fonction des indices. Il pointe du doigt la puissance des mots. Je me suis retrouvée happer dans le récit sans trop m’en rendre compte. Je voulais savoir la fin mot de l’histoire.

Les ficelles de l’affaire s’avèrent complexes, déroutantes, impressionnantes. J’ai suivi Clara di Lazio et sa famille recomposée avec une curiosité jamais étouffée. La tension s’installe. Les sujets traités du partage des informations sur le net, de leurs effets, des conséquences prennent aux tripes. La souffrance des victimes se ressent. Ames sensibles attention. C’est dur, violent et réaliste.


Clara permet aussi de toucher aux relations familiales, au monde que nous nous fabriquons une fois partie de chez nos parents. Nos collègues, nos amis forment une famille à leur façon. Avec sa nièce Lilo, un vivier se ravive. Les sentiments s’entrechoquent avec la rapidité du monde de l’adolescence.

Les liens, l’intrigue tout se mêle dans un ballet passionnant. J’ai eu en tête un sourire étonnant en pensant à ces petites graines semées qui s’expliquent plus tard. J’ai pensé à Usual Suspects et sa manière de mener la barque. Le ton donné à l’histoire parvient à séduire adultes et adolescents. Il est posé, construit, brillant. Les méfaits d’internet et le harcèlement scolaire sont traités avec une justesse, une force qui percutent la rétine, laissant une trace.

Snap Killer est un ouvrage difficile à lâcher une fois que vous l’aurez entre les doigts. Il pousse à réfléchir. L’esprit cogite. Le coeur accroche. Un polar jeunesse bien ficelé, fluide, addictif et prenant se dessine sous la plume de Sylvie Allouche avec une réflexion sur les réseaux sociaux et leurs usages qui mérite de s’y arrêter. Foncez!!!

Ma note:

8/10

Informations:

Auteure: Sylvie Allouche
Editions Syros
Public: 13 ans, 14 ans, 15 ans et plus
Date de publication :  14/03/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *