Satan’s Sinners MC, tome 1 : Lumières de la ville (Satan’s Sinners MC, book 1: City Lights)- Colbie Kay

Critique roman : Satan’s Sinners, tome 1, Lumière de la ville de Colbie Kay

Un club de motard, je signe direct. Je suis friande des histoires qui se déroulent dans l’univers des bikers. La romance de Colbie Kay me séduisait sur le papier. J’avais envie de plonger dans un monde à la Sons of Anarchy. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Zoey Porter voulait trouver une porte de sortie. Elle ne s ’ attendait pas à ce que cela se produise de cette façon .
Hanger, président des Satan ’ s Sinners est un enfoiré. Il se fiche de tout et tout le monde, sauf de lui-même et de ses frères.
Une nuit change tout pour eux deux et personne ne l ’ a vu venir.
Que se passe-t-il lorsqu’une gentille fille à qui on avait enlevé tous choix est trouvée par Hanger ? Commencera-t-il à se préoccuper d’autre chose, et voudra-t-il lui rendre la vie qu’elle avait perdue ?

Mon avis:

Colbie Kay entraîne dans le lecteur à la rencontre des Satan’s Sinners. Elle dépeint des bikers peu banal loin des clichés et des idées brutes de décoffrage, violente et cruelle que les clubs englobent souvent. J’avoue que je partais avec une petite vision précise en tête. J’ai eu des belles surprises. Le mâle alpha protecteur prend un autre tournure que celle que j’aurai imaginé.

Avec Zoey, l’auteure embarque dans un monde loin de son quotidien. Le début est vif, piquant, dur et marquant. La rencontre aborde les maltraitances et les abus. L’héroïne n’est pas épargnée. Hanger la découvre dans un triste état. Ames sensibles, attention, le départ et quelques passages retournent l’estomac. Ces pincées sont loin du tout blanc ou tout noir, elles sont sans fards, sans douceur, sans tendresse. Hanger sauve la vie de Zoey.

via GIPHY


Pourquoi je n’ai pas eu de coup de coeur? Pour des détails. Pour des maladresses. Je n’ai pas aimé les revirements un peu trop rapide du héros. Il semble craqueler trop facilement devant sa belle inconnue. C’est maladroit. Et une chose, m’a carrément fait lever les yeux aux cieux. J’ai cru que j’allais piquer une crise c’est l’emploi de bébé. NON. NON. NON. Bébé dans l’intimité, j’ai franchement du mal. Un bad boy, fort, tatoué, brillant et méchant qui est appelé bébé, ça fait tout drôle. Il y a tellement d’autres noms pour démontrer son affection. Je bloque. Je suis désolée. J’ai à plusieurs reprises cru que j’hallucinais. Pourtant, le charme agit. Car paradoxalement à ses petits défauts, la magie des Satan’s Sinners fonctionne. Les membres du club sont fascinants. Ils couvent Zoey, ils la protègent. Et les ébats ne sont pas directs, droit au but. Non, les liens se tissent. La tension grimpe. Le désir crépite. Même si une fois consommé tout file vite, très vite.


Colbie Kay réussit à instiller des morceaux surprenants, fluides, addictifs comme ses personnages, ses rebondissements. Les bases prometteuses d’une saga se pose. Le style est agréable. Lumières de la ville se fixe sur Zoey aka Petite folle et Hanger le président.

Zoey est une jeune femme adorable, pétillante, loyale et attachante. Le destin ne l’a pas épargné. Son adaptation à son nouvel environnement détonne. C’est comme une bouée de sauvetage, étonnante que la vie lui offre. Peut-être trop. Pourtant, je me suis laissée aller. J’ai pris plaisir à la suivre dans sa découverte des bikers. J’ai adoré la voir tomber amoureuse. J’ai adoré comment son côté très lumineux agit sur Hanger, ses amis et les prospects. Les monstres ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

Les Satans forment une famille. Et ils prennent soin des leur. Hanger ne pensait pas trouver une femme. Zoey chamboule tout sur son passage. Doucement, pas après pas, elle passe ses barrières. La jeune femme battue à mort, panse ses blessures dans un monde sensé être brut, sanglant mais qui a un code d’honneur. Elle y puise des forces. C’est fascinant à voir comment tous les protagonistes interagissent et s’éveillent au contact de l’héroïne.

En bref, malgré ses imperfections, ce premier tome propose une belle romance, rapide, sensuelle, torride, avec des personnages attachants. Elle retient l’attention. L’esprit oublie les répétitions, les petits couacs, et profite du voyage en moto. Il déguste le plaisir posé sur le papier. Et il guette les prochaines pistes pour Bear et Jacey, Writer et Ever ou encore de Chatty et Gunner. Je suis curieuse de voir si les bémols seront corrigés dans les prochains tomes. Affaires à suivre.
 

Ma note:

7/10

via GIPHY

Informations:

Auteure: Colbie Kay
Editions Juno Publishing
Traduit par Charlotte puech |
217 pages | Format : ePub |
Sortie : 31 Janvier 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *