On reconstruit bien les maisons après les ouragans- Fabien Fernandez

Critique roman: On reconstruit bien les maisons après les ouragans par Fabien Fernandez

On reconstruit bien les maisons après les ouragans de Fabien Fernandez aux éditions Pygmalion m’a emportée dans un tourbillon d’émotions. Je voulais connaître le fin mot de l’histoire, la destinée réservée à Alexie, Peggy, Dolores et Wallace. Je désirais savoir ce que l’auteur promettait à ses quatre vies croisées.

☙Synopsis:☙

«J’étais las des conseils protecteurs, j’avais besoin d’un peu de danger. J’avais envie de ce pas vers l’inconnu, de faire front avec toi pour nous reconstruire ensemble et pas chacun de notre côté.»

Detroit, Michigan. Alexis et Peggy, couple de Français expatriés, commencent tout juste à revivre après un drame…

Wallace mise son avenir sur le basket. Mais, lorsqu’il est renvoyé de son équipe puis du lycée, il n’a d’autre choix que d’abandonner ses rêves.

Dolores, vétérane d’Irak, vit dans la rue. Tout ce qu’elle peut économiser la mène vers un seul but : enregistrer les chansons qu’elle écrit.

Quatre destins diamétralement opposés et pourtant si semblables. Que leur réservera cette ville, reflet de leur reconstruction?



☙Mon avis:☙

J’ai tourné les pages avec une multitude d’émotions. J’avais besoin de savoir que les quatre personnages finiraient sur une pincée plus lumineuse. Leurs routes sont teintées de nuances grises. Les héros n’ont pas été épargnés par l’existence. Et pourtant, il se dégage une bouffée d’espoir, une tendresse infinie quand le lecteur les suit. Je me suis prise d’affection pour ces quatre destinées entrecroisées.

La vie possède des hauts des bas. Parfois, un rien fait tout basculer. Le bonheur est éphémère. Il n’a pas de date de début ou de fin. Il frappe sans prévenir et repart sans un mot. Fabien Fernandez semble vouloir pointer du doigt ce passage du bonheur. C’est étonnant. Captivant. Particulier et magnifique.

Je me suis retrouvée chamboulée devant les situations dramatiques, limites extrêmes auxquelles se confrontent Alexis, Peggy, Wallace et Dolores. J’ai eu des larmes. J’ai eu des sourires esquissés, très léger. J’ai été entraînée dans un tourbillon. Une avalanche de sentiments a pointé son nez, page après page. Les souffrances de chacun se font écho. Elles se mêlent habillement dans un ballet qui ne laissent pas indifférent. Le chemin est douloureux.

Les quatre héros s’avèrent tenaces, persévérants, combattifs. Ils sont sublimes à leur manière dans leur quête de vie meilleure, même quand rien ne s’y prête. Le regard se porte sur leur avancée, leur façon de continuer peu importe les embûches de la vie, à guetter les moments d’être heureux et à en profiter. Le roman offre une vision troublante des destins. Il pousse à profiter des moments de joie, à les accepter et à observer comment tout peut basculer du jour au lendemain. La reconstruction a plusieurs visages. Elle est fascinante. Emouvante.

En bref, On reconstruit bien les maisons après les ouragans est un roman addictif, triste et pourtant incroyablement rempli de petites graines d’espoir. Les mots se parent d’une force lumineuse. Les yeux fixent autrement ceux qui font tout pour survivre. Les efforts sont différents selon les destins. Parfois, les routes sont sinueuses pour mieux apprécier le voyage. Fabien Fernandez le démontre avec talent.

☙Ma note:☙

🌟9+/10🌟

☙Informations:☙

Auteur: Fabien Fernandez,
Éditions Pygmalion
Date de publication: 19/09/2018
Collection Romans
Prix: 18 euros
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *