Montgomery Ink, tome 1 : À l’encre déliée- Delicate Ink- Carrie Ann Ryan

Critique roman: Montgomery Ink, tome 1 : À l’encre déliée- Delicate Ink- Carrie Ann Ryan

Le synopsis envoyait du pâté. Il me vendait du rêve. Sur le papier, l’attrait était grand. Je vous en avais même parlé dans mes tentations du mois. Je n’ai pas résisté longtemps. Je me suis accordée une pause lecture sur fond de héros célibataire endurci, aîné d’une fratrie de huit enfants. Austin Montgomery est barbu, tatoué et tatoueur. J’avais envie de retrouver une ambiance digne de la série de Scarlett Cole Sous ta peau. Je pensais craquer… Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Austin Montgomery, célibataire endurci, se sent prêt à se poser. Aîné des huit Montgomery, c’est un grand barbu taciturne, et pourtant il lui suffit d’un coup d’œil à la nouvelle gérante de la boutique de l’autre côté de la rue pour savoir exactement ce qu’il veut. Elle.

Trouver un homme est bien la dernière chose à laquelle aspire Sierra Elder. En cherchant à masquer des cicatrices profondément ancrées dans sa chair, elle va découvrir chez Austin un homme qui lui fait ressentir de réelles émotions – à de nombreux égards.

Malgré leur méfiance, ils embarquent ensemble dans une passion houleuse et progressive. Cependant, lorsque les ondes de choc de leurs passés respectifs font irruption dans leurs présents, il va leur falloir bien plus qu’une vague promesse d’avenir pour rester soudés.
Amazon

Mon avis:

J’ai vite eu une douche froide. Je me dis que parfois les mots clés sont de bons amis. Sincèrement, le gros bémol du roman pour moi repose sur cette absence de mention. Sur cette mise en garde non précisé.

Alors, oui, j’ai trouvé un univers de tatouage. Oui, la famille Montgomery et les personnages secondaires sont des belles découvertes. Le hic? Le fond est vraiment différent de ce à quoi je m’attendais. Vraiment. La grosse dégringolade.

Carrie Ann Ryan possède un style accrocheur. La romance contemporaine a de belles promesses. MAIS l’un des principaux thèmes du roman n’est pas du tout, du tout, du tout ma tasse de thé. J’évite les histoires avec ce fond. Un peu comme un café, je n’en consomme pas ou alors très très peu. J’aurai apprécié savoir que j’allais tomber en plein dedans. De quoi je parle? De BDSM. Le sujet est traité en large, en travers et dans tous les sens. Les deux héros aimant ce point. C’est encré dans leur peau et leur coeur. J’ai vite déchanté en m’en rendant compte. Du coup, mon ressenti a été faussé.

J’ai fini le tome 1 pour les divers protagonistes. La toile principale Austin et Sierra ne m’a pas captivée. Ni accrochée. Ni rien. Leurs passé respectifs est douloureux. Les rebondissements apportent du peps. La relation est torride. Les ailes se brûlent au contact de l’autre. Les deux parties trouvent les frissons et l’érotisme qu’elles souhaitaient. Trop peut-être. Clairement trop pour moi, surtout avec la douleur, les fouets… le tout… Un cumul qui a fait que je n’ai pas été convaincue totalement.

Les personnages ne m’ont plu plus que cela. L’étincelle n’a pas eu lieu. Les vécus ont un poil l’air trop tiré par les cheveux. C’est surréaliste pour un contemporain. Ou alors j’étais tellement déçue de la tournure au bout d’une vingtaine de pages que j’ai eu un pic de détachement. Je ne sais pas.

Surtout que j’ai vraiment adoré la famille Montgomery. Je suis fan des romances dans les familles nombreuses. Les indices pour les prochaines aventures semblent prometteuses et savoureuses. J’espère juste que les sujets ne seront pas les mêmes. Sinon, j’abandonne. J’aime tout ce petit monde qui se protège, s’aime, se soutient. Les frères, soeurs, parents, cousins sont la pépite de la saga.

En bref, A l’encre déliée est une lecture trompeuse à mes yeux. J’ai rencontré un sujet que j’évite. Le traitement pourra en séduire davantage que moi. Je ne m’attendais pas à cette tournure. Les personnages ont du potentiel. La romance emporte dans des sentiers pour public averti. Affaires à suivre pour voir comment la suite tourne.

Ma note:

5/10

Informations:

  • Auteure: Carrie Ann Ryan 
  • Traduction: Vivane Faure pour Valentin Translation 
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 302 pages
  • Utilisation simultanée de l’appareil : Illimité
  • Editeur : Carrie Ann Ryan
  • Date de parution: 15 janvier 2020
  • Disponible en numérique et en papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *