Mask-Carole Cerruti

Critique roman: Mask par Carole Cerruti

J’ai découvert le style de Carole Cerruti avec Rêver n’est pas un vilain défaut. J’ai fondu. Et j’étais curieuse de la suivre dans une version fantastique. Mask a été une étrange aventure. Direction le soleil levant avec une dystopie qui sort des sentiers battus. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

2059, empire du Japon. Dans un monde post-apocalyptique, les adolescents grandissent sans connaître ni beauté ni laideur, le visage en permanence dissimulé. Pour Miya, qui va avoir 17 ans, l heure est venue d enlever ce masque lors de la « cérémonie des visages ». L Empereur décidera alors de son sort : s il estime qu elle n est pas assez belle, ce sera l expulsion de la capitale et elle devra vivre parmi les reclus. Au contraire, si Miya est admise à la Cour, son avenir est assuré et elle pourra épouser son fiancé officiel. Mais, secrètement, la jeune fille aspire à autre chose qu un destin tout tracé. Et sa rencontre avec Wallace, un jeune prisonnier américain, va encore attiser cette flamme de liberté qui ne demande qu à s embraser… Il faut souvent braver les interdits pour devenir libre.


☙Mon avis:☙
Imaginez un monde où les enfants dès leur plus jeune âge cachent leur visage derrière un masque. Dissimulé au monde et à leurs propres yeux, aucun moyen de dévoiler sa beauté ou sa laideur avant une cérémonie qui clôture l’enfance à dix-sept ans. L’Empereur décide si oui ou non, vous êtes du bon côté. Sublime ou laid, votre destinée tient dans ses mains. Drôle de passage à l’âge adulte, vous me direz. Et drôle de manière d’envisager le regard des autres sur soi.

Carole Cerruti signe une histoire intéressante, captivante sur fond post-apocalyptique. La société se montre critique, acerbe, dure et brutale. Le ton se pare de mille petites réflexions et émotions. La subjectivité de la beauté, du ressenti du physique de l’autre se pose. C’est magistralement mis en scène. Brillant. Percutant.

Miya permet de plonger dans un monde fascinant. Son vrai visage va être découvert. Sa destinée dévoilée aux siens. Sera-t-elle divine ou moche? Intégrée ou exclue? La jeune femme a toujours suivi les règles. Toujours été dans la ligne droite, pas à pas, le lecteur la suit dans ses aventures et voit son quotidien, son éducation et sa culture. L’immersion prend aux tripes. J’ai adoré l’accompagner. J’ai adoré son chemin. La trame est plus complexe, plus intrigante qu’elle ne le laisse paraître aux premiers abords.

La vision de Miya bascule avec la rencontre avec Wallace, jeune prisonnier. Tout se bouscule. J’ai été happée dans le récit. J’ai adoré les personnages. J’ai croisé les doigts pour que mes favoris s’en sortent, qu’ils aient droit au bonheur. J’ai frissonné. J’ai souri. J’ai eu les nerfs en pelote. J’ai regretté d’arriver à la fin. J’aurai voulu rester encore quelques pages en 2059. Les nuances sombres, mystérieuses captivent jusqu’au bout.

En bref, Mask s’avère fascinant, puissant, magnifique. Les protagonistes poussent à s’interroger, à vouloir les suivre et à guetter les bons revirements. Un attachement se créée. Le final scotche sur son siège. C’est parfait, glaçant, intrigant, passionnant. Une excellente dystopie née sous la plume de Carole Cerruti. Foncez! Je croise les doigts pour avoir une suite.

☙Ma note:☙

🌟9/10🌟

☙Informations:☙

Titre paru en auto édité: Twenty Rules, tome 1 (2015)
Auteure: Carole Cerruti
352 pages
Editeur : Dreamland
Date de parution: 22 août 2018
Collection : DRL.ROMAN
Prix: 17,50 euros
Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *