Les Wilde – Tome 1 : La coqueluche de ces dames de Eloisa James

Critique roman: Les Wilde – Tome 1 : La coqueluche de ces dames de Eloisa James

Mon côté fan d’Eloisa James trépignait de partir à l’aventure de la coqueluche de ses dames. Je guettais une soirée tranquille pour m’y plonger. Ai-je été conquise? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

 

Londres est en effervescence ― du moins la gent féminine. Lord Alaric, grand explorateur et auteur prolifique de romans épiques, rentre au pays après bien des aventures. N’ayant pas la moindre idée du succès phénoménal rencontré par ses oeuvres, il est le premier surpris d’être accueilli avec une telle ferveur, voire franchement agacé par l’adulation que lui vouent ces dames. A l’exception de Mlle Willa Ffynche, qui n’a que dédain pour sa célébrité et ses histoires rocambolesques. Et, bien sûr, il n’y a rien de plus excitant qu’une femme qui se dérobe…



☙Mon avis:☙
Je ne sais pas par quoi commencer. J’ai le coeur qui a fait une vrille. J’ai l’impression d’avoir pris une bûche en pleine tête. Je suis rarement déçue par Eloisa James. Elle est dans mes incontournables. Je suis tombée amoureuse de ses romances historiques, il y a plusieurs années. Je me lance à chacune de ses nouvelles parutions dans une belle aventure. Peut-être que j’en attendais trop. Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, La coqueluche de ses dames me laisse un goût doux amer, un peu difficile à avaler.

J’étais enchantée à l’idée d’une nouvelle série. Je voulais tellement y croire. J’ai découvert un récit qui souffre de trop de longueurs. Je me suis demandée plusieurs fois, mais pourquoi? Nom d’une noisette, coupez moi ces passages. C’est dur. J’ai failli renoncer et abandonner. J’en avais gros sur le coeur. Ajoutez à cette impression, les conversations quasiment incessantes entre les deux héros, mon attention a décroché.

Pour couronner le tout, j’ai détesté Mlle Willa Flfynche. Et c’est quasiment rédhibitoire pour moi si un des héros ne gagne pas mes faveurs, je ne succombe pas. Je n’ai pas été charmée. L’héroïne est bornée, insipide. Lord Alaric aurait pu rattraper le coup. Mais non. Rhaaa. J’ai perdu mes illusions. Une fêlure s’est produite. Je me suis détachée. J’ai fini ma lecture avec un pincement.

Et j’ai préféré oublié les passages surréalistes pour l’époque. Des posters dans les chambres, sérieusement? J’ai affaire à une bande de groupies des années 90? J’ai fait un bond dans le temps, ce n’est pas possible. Comment? Pourquoi? Comment? Mon esprit est toujours sous le choc de l’accumulation. J’en suis à m’interroger si je ne me suis pas trompée de routes au passage. Eloisa James m’a déçue. Elle a cassé un truc avec ce tome.

Peut-être n’était-ce pas le moment propice pour lire une romance remplie d’échanges, de discussions de salons… je ne sais pas. Peut-être que je voulais des étincelles. Peut-être que je souhaitais retrouver cette magie propre à Eloisa James qui berce mon coeur. Je ne l’ai pas ressenti. J’ai été ennuyée. J’ai tremblé. J’espère que le prochain Wilde remonte le niveau.

☙Ma note:☙

?6/10?

(et encore je me dis que j’aurai mis 5/10 facilement… mais une partie de moi est en train de se poser en PLS)

☙Informations:☙

Auteure: Eloisa James
Traduit par Maud Godoc |
373 pages
| Sortie : 7 Novembre 2018
Editions j’ai lu pour elle
Collection Aventures et Passions
Prix: 7,40 euros
Disponible en numérique: oui
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.