Les belles apparences – Vi Keeland

Critique roman: Les belles apparences de Vi Keeland

Vi Keeland a le don pour créer des romances qui me font craquer. J’ai du mal à résister à ses histoires. Les belles apparences ont su me toucher. Elles m’ont offertes une merveilleuse rencontre avec deux héros qui renversent les coeurs. Pourquoi ? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Une romance où la musique rythme la vie, les émotions et les relations des personnages.Rachel Martin est une jeune femme pétillante qui cherche à cacher sa vulnérabilité derrière son humour. Dans le cadre de sa thèse en art-thérapie, elle s’apprête à devenir l’assistante d’un professeur de musique à l’université : Caine West… qui a la réputation d’être froid et antipathique.
Lorsque Rachel arrive à la fac, elle découvre avec embarras que Caine n’est autre que l’homme si séduisant qu’elle a insulté la veille dans le bar où elle travaille… l’ayant pris pour quelqu’un d’autre.

Bouleversée par cette rencontre, Rachel enquête sur Caine, et découvre que derrière les apparences d’un professeur de musique bien sous tous rapports, se cache un homme sombre qui dissimule un passé douloureux.

Pourquoi Caine a laissé tomber sa carrière de rock star pour devenir un respectable professeur de musique ? Que s’est-il passé dans la vie de Rachel pour qu’elle envisage la musique comme thérapie ?

Editions Hugo New Romance

Mon avis:

J’ai commencé la lecture, bien installée dans mon canapé sous un plaid avec un thé d’épices de Noël. J’ai levé un peu les yeux aux cieux au début, puis j’ai été prise dans un tourbillon étonnant.

J’ai eu un sourire teinté de larmes, d’émotions en pagaille tout le long de mon avancée. J’ai tourné les pages avec une envie pressante et irrésistible de connaître la fin. Je voulais savoir si Rachel et Caine avaient un droit au bonheur. La passion est omniprésente. Elle possède divers visages.

Parce que la musique exprime toutes les choses que les gens ne peuvent pas dire, mais qui sont impossibles à garder sous silence.

Les belles apparences de Vi Keeland

Les étincelles d’une première rencontre la cachent parfois. Rachel et Caine réservent des moments tumultueux, doux, sensuels, savoureux. Ils sont brillants ensemble et séparément. L’alchimie entre les deux crépitent. Elle emporte dans une histoire d’amour qui fait fondre. Les liens se tissent au delà du physique.

Le passé compliqué de Rachel n’aide pas à former des liens. L’héroïne n’a pas sa langue dans sa poche. J’ai admiré sa manière d’être. Elle est éblouissante dans un sens. Sa passion pour la musique transparait dans ses actes. Elle souhaite aider les autres en devenant thérapeute musical. La jeune femme est une perle.

Caine est un homme secret. Il est un fin observateur. J’ai adoré ce personnage. Derrière sa façade de professeur rigide se cache un être vulnérable qui est merveilleux. Rapidement, son attachement à Rachel crève les yeux. Il est adorable, gentil.

La tension sexuelle sature l’atmosphère. Seulement les rebondissements peuvent tout briser. Les coeurs survivront-ils au mystère une fois levé? Vi Keeland dépeint une romance forte, avec des sentiments lumineux. J’ai été renversée. J’ai adoré. Littéralement.

En bref, les belles apparences s’avère une histoire qui joue des notes de musiques entre deux eaux à la fois légère, rythmée et brutales. Elles sont délicieuses à entendre si vous prêtez le temps de vous penchez sur les destinées de deux coeurs blessés. Vi Keeland écrit une romance tendre, intrigante, captivante sur fond de pardon, de musique, de religion et d’amour. C’est un petit bijou tout mignon qui se déguste jusqu’à la dernière ligne.

Ma note:

9+/10

Informations:

  • Auteure: Vi Keeland
  • 357 pages
  • Editeur : Hugo Roman
  • Date de parution: 9 janvier 2020
  • Collection : New romance
  • Prix: 17 euros
  • Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.