Le château des miroirs, les fils du pêché, tome 1 -Anna Campbell

Critique roman: Le château des miroirs, les fils du pêché, tome 1 d’Anna Campbell

Une version de la Belle et la Bête me séduisait. Sidonie se rend au château des miroirs pour combler la dette de jeu de sa soeur. Son débiteur est un bâtard de la société, ennemi jurée de sa famille. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Mieux vaut ne pas se frotter à Jonas Merrick. Sous ses dehors terrifiants, cet homme est aussi débauché qu’impitoyable. Ennemi juré de lord Hillbrook, il a piégé son épouse lady Roberta. Incapable d’honorer ses dettes de jeu, celle-ci est sommée de se livrer à sa concupiscence. Or c’est la jeune Sidonie qui se présente au sinistre château Craven à la place de sa sœur. Mais Merrick est encore plus pervers que Sidonie l’imaginait. S’il épargne son innocence le premier soir, il exige en contrepartie de la garder sept nuits en son pouvoir et lui promet qu’avant la fin de la semaine, elle s’offrira à lui de son plein gré.

Mon avis:

J’étais séduite par la quatrième de couverture. Et le titre ajoutait du piquant. J’ai tendance à craquer pour les héros malaimés. Jonas Merrick est un débauché. Il est le fruit d’une union déclaré par les biens pensants hors mariage. Bien décidé à se venger de son cousin, le lord Hillbrock, il a réussi à gagner au jeu contre Lady Roberta. Pour payer sa dette, elle doit lui accorder une semaine de plaisirs. Sauf, que rien ne se déroule comme prévu. A sa porte, c’est sa soeur Sidonie qui se présente.

Derrière le masque d’homme monstrueux, se cache un coeur brisé, une âme blessée. Et derrière la façade de la jeune femme douce, une maîtresse sensuelle attend son heure pour éclore. Sidonie n’hésite pas à se sacrifier pour Roberta. Leur destin n’a jamais été heureux. Le débauché se retrouve confronter à une jeune vierge de vingt-quatre ans.

Les choses sont clairs dès le début. Un jeu de séduction s’installe. Les sommes d’argent dûes seront effacées si Sidonie s’adonne au péché dans les bras de Jonas. J’ai aimé les voir se chercher, les voir chacun s’éveiller. Le duo semble sortir d’un carcan au fil des contacts. Les échanges sont savoureux. J’avoue que j’ai souri devant le côté défensif de l’héroïne à protéger sa vertu alors qu’elle est venue de son plein gré pour partager le lit du plus grand débauché de son monde.

Sidonie se laisse séduire par touche par Jonas. La Belle succombe à son charme au delà de ses cicatrices. Elle voit l’homme. Elle voit ses blessures. J’ai apprécié qu’elle dépasse les apparences. Et ce dès le premier regard, malgré le malaise, sa pensée se porte sur la douleur engendrée pour laisser autant de marques profondes sur un visage… J’ai aimé la voir éclore. Même si à un moment, la jeune vierge devient presque trop experte, coquine. Pourtant, la magie opère. L’alchimie est sublime à observer.

Jonas a souffert de son statut de bâtard. Il est malheureux et tente de le cacher. Sans titre, il a su gérer ses biens pour agrandir ses terres, ses investissements contrairement à William Hillbrook. Le mariage de son père a été invalidé. Le seul héritier légal a mal mené sa barque. Violent, cruel, il se dévoile comme un être abject. Jonas lui ne cache pas sa nature. Il ne s’aime guère. Il se punit en permanence. Sa chambre en est une preuve. Le regard des autres lui pèsent. Pour la première fois de sa vie, une étincelle de lumière arrive pour égayer ses ténèbres.

Les personnages ne sont pas toujours détaillés. Malgré tout, une séduction s’installe. Je me suis laissée porter. J’ai pris un immense plaisir à suivre l’évolution des liens. J’ai aimé les combats que chacun des héros mènent dans son coin. Sidonie, par amour pour sa soeur, cache des secrets, embrasse la liberté offerte par Jonas. Ce dernier, doit vivre avec son image atroce, repoussé par ses pairs.

Merrick tombe fou amoureux de la Belle. Il cède à la tentation. Les rôles s’inversent. L’air de rien. Les désirs crépitent dans l’air. Anna Campbell sait ajouter une pointe de rebondissements et de quipropos qui pimentent le tout. Le coeur ne décroche jamais. Il est happé et captivé.

J’ai adoré les maladresses, la sensualité, les découvertes, les émotions. J’ai adoré voir comment Sidonie et Jonas tombent dans la passion des sens. Ils sortent ensemble de leur torpeur. J’ai détesté la famille de Sidonie. Roberta m’a hérissée les poils.

En bref, le château des miroirs d’Anna Campbell offre une romance historique sur fond de Belle et la Bête. Une histoire d’âmes torturées délicieuse, elle se déguste au gré des chapitres. Le style imparfait, ravit les coeurs. J’ai été conquise par le duo Sidonie et Jonas. J’ai adoré les échanges hors et dans le lit. L’auteure a su distiller une belle dose de sentiments, d’action, de surprises. Je suis curieuse de lire la suite avec Cam et Richard.

Ma note:

9+/10

Informations:

Titre original : Seven nights in a rogue’s bed (2012)
Auteure: Anna Campbell
Editions J’ai Lu Pour elle
Collection: Aventures & passions
Langue française
Traduit par Agathe Nabet
384 pages
Sortie : 6 Février 2019
Prix: 7,60 euros
Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *