L’amour en cage, tome 1 : Maux d’amour- Mandi Beck

Critique roman: L’amour en cage, tome 1: Maux d’amour de Mandi Beck

J’aime les romances sportives. C’est un peu un morceau de ma kryptonite. Je craque à tous les coups au niveau des tentations. Mandi Beck promettait une aventure sur un ring. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Même si elle ne se battra pas pour nous, j’irai au combat pour elle…

À l’intérieur de la Cage, je n’ai peur de rien. Je suis chez moi, dans mon élément, infligeant de la douleur aux hommes entraînés pour m’en infliger. Je les fais se soumettre, je les mets KO, je les mutile, car c’est eux ou moi.

En dehors de la Cage, ma seule faiblesse est une femme d’un mètre soixante, avec une putain de classe, que j’ai aimée pendant presque toute ma vie. Elle est celle qui me met à genoux, qui emplit mes bras, mon cœur et bientôt mon lit. Elle me rend imprudent. Versatile. Je bois trop, et j’essaie plus que tout de ne rien ressentir – tout cela à cause d’elle.

Frankie De Rosa est à moi, ma meilleure amie. Je ne la mérite pas encore, mais je ne laisserai personne me la prendre. Elle sera le plus grand combat de ma vie, mais elle en vaut la peine.

L’amour fait mal, mais c’est le cas de tout ce qui se mérite, n’est-ce pas ?

Je suis Deacon « The Hitman » Love – Bienvenue dans la cage.

Mon avis:

Mandi Beck entraîne dans la romance entre deux amis derrière la cage. Vous aimez les sports de combats genre MMA et les émotions en pagaille? Maux d’amour mêlent les deux. J’avoue que le traitement et la manière de présenter le tout peut décontenancer. Le langage est cru, vulgaire. Il est brut de décoffrage sans fard.

Moi qui évite souvent les langages fleuris, j’ai trouvé ici que ça collait parfaitement aux personnages. Les mots salaces, les insultes et les commentaires très sexuels accompagnent les tensions et l’histoire à merveille. J’ai plongé tête baissée.

Je guettais la trame de l’enquête. Je guettais les informations pour retrouver les coupables de l’expérience traumatisante qu’a vécu Frankie. Je regrette comment cette partie du récit est traitée. Il m’a manqué une ouverture, une poursuite de ce côté là pour augmenter le charme. Tout s’axe sur la romance. Trop? Peut-être.

Deacon est un combattant, il règne sur les arènes de sa ville. Depuis des années, ce macho est fou amoureux de sa meilleure amie. Là, vous sentez l’étincelle qui me séduit? J’ai un faible pour les amis qui craquent l’un pour l’autre. Par contre, moins pour les gros mots lors des ébats, et le sportif en est un adepte. J’ai été servie avec Mandi Beck. Les liens s’épanouissent avec des hauts et des bas. Les scènes de sexe se succèdent. Les corps expriment ce que les paroles ne disent pas. Les émotions sont sauvages.

En bref, Maux d’amour est un uppercut. La romance de Frankie et Deacon est une folie. Les deux s’aiment mais les chemins sont loin d’être paisibles. L’envie de savoir ce que le destin leur réserve tenaille le corps malgré les imperfections, les grossièretés et l’agacement parfois devant les caractères de chacun. Une certaine séduction opère. Affaire à suivre.

PS: Je suis énervée par la fin. Je suis juste une boule frustrée. J’ai horreur de ce type de conclusion. Je crois que ça en a retourné mon cerveau. Nom d’une noisette, le tome 2 arrive quand? Je me méfierai à deux fois avant de me lancer dans ma prochaine lecture… J’avais vraiment horreur des jus de boudin en point final. Mon quota a été atteint. Je déteste à l’heure actuelle les cliffhangers. Rhaaaa.

Ma note:

7+/10

Informations:

Auteure: Mandi Beck
Editions Juno Publishing
Date de publication : 21 Mars 2019
Pages : 244
Prix : 16.51 €
Disponible en numérique: oui au prix de 5.49 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *