La vie à portée de main- The Lost Husband- Katherine Center

Critique roman: La vie à portée de main (The Lost Husband) de Katherine Center

La vie rêvée de Margaret m’avait conquise. Alors un nouveau Katherine Center ne pouvait pas m’échapper. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

«  Chère Libby, je me rends compte que ça fait deux longues années – bon sang  ! – que tes enfants et toi vivez chez ta mère. Je t’écris pour savoir si tu veux que je vienne à ton secours.  »
 
Depuis la mort de son mari, Libby vit chez sa mère, une femme autoritaire qui passe son temps à critiquer tout ce qui l’entoure. Quand elle reçoit la lettre de sa tante Jean, Libby entrevoit enfin une  issue de secours  : un boulot et un toit dans une ferme au fin fond du Texas. Elle saute sur l’occasion et prend la route avec ses deux enfants, dans son minivan plein à craquer.
Ce qu’elle découvre sur place dépasse toutes ses espérances. Bien sûr, il y a la joie simple de vivre à la campagne, mais il y a aussi un fermier bourru, sans doute agréable à regarder sous son épaisse barbe, et sa tante excentrique, persuadée de pouvoir dialoguer avec l’au-delà, qui lui réserve bien des surprises. Libby a peut-être enfin trouvé la vie à laquelle elle aspirait depuis toujours.
 
«  Comment rebondir quand on a perdu ce qu’on avait de plus cher  ? C’est ce que raconte ce livre plein d’espoir.  »  USA Today
«  Katherine Center déploie une tendresse incroyable quand elle écrit sur la famille.  »  Booklist
«  Tour à tour déchirant et réconfortant, un magnifique roman sur l’amour et le pardon.  »  Kirkus

Mon avis:

La collection Feel Good Books des éditions Milady parvient à me surprendre à chaque nouvelle sortie. Derrière les sujets parfois très durs, très dramatiques, un air plein d’espoir souffle. L’histoire de Libby n’échappe pas à cette impression. J’ai croisé une héroïne exceptionnelle, une seconde chance et un parcours du deuil qui a fait mouche.

Libby, jeune trentenaire a perdu l’amour de sa vie. Elle élève seule ses deux enfants depuis la perte de son mari… Elle tente de garder la tête hors de l’eau pour Abby et Theodore. 

Libby Moran n’arrive plus à s’en sortir. Son coeur croule sous la peine. La tristesse ne s’est pas effacée avec les années. Un nouveau départ s’offre à la jeune femme quand elle repart vivre chez sa mère Marsha.

Au bordel, cette personne est haute en couleur, loin d’être la mère géniale, protectrice et tout… J’en suis restée comme deux ronds de flancs… Limite détestable. Les liens tendus avec sa soeur ont poussé à la séparation.

J’ai aimé voir comment l’héroïne sort de sa détresse. Les secrets et le décès de son époux lui ont coupé les ailes. Elle trouve une famille atypique, décalée, tendre et hallucinante (dans le bon sens) dans la petite ville d’Atwater. L’accueil donne chaud au coeur. Il est accueillant. Jean la tante en est un très bon spécimen.

L’ancienne comédienne Sunshine apporte des rayons de soleil. Elle devient une amie précieuse pour Libby. Les deux se complètent. Chacune doit croquer la vie.

Libby rencontre le mystérieux James O’Connor. Des étincelles fusent. La jeune femme s’éveille de nouveau. Elle sort de son armure face à cet homme à l’apparence froide et bourrue. Le fermier séduisant a lui aussi des blessures. Au contact de l’autre, le duo profite d’une seconde chance. La souffrance n’est pas une finalité. Il faut garder espoir. Garder les yeux et le coeurs ouverts aux possibilités.

Le récit s’avère rythmé. Plaisant. Addictif. Katherine Center dresse le portrait d’être touchants d’une manière fluide, aérienne. Elle montre qu’il est possible d’aimer malgré toutes les douleurs ressenties. La vie possède de belles qualités, de belles rencontres.

En bref, La vie à portée de main est un roman qui laisse une saveur douce, tendre, passionnante derrière lui. Il est comme un bonbon acidulé, particulier, plein de sentiments. Les mots emportent dans un récit touchant. Libby et son entourage marquent l’esprit. Les tonalités sont parfois brutes, parfois loufoques, mais toujours surprenantes. L’héroïne est entourée dans son travail du deuil comme tout le monde devrait l’être face aux coups durs. La romance toute mignonne qui se dessine accentue le charme. Arrêtez-vous pour rencontrer des personnages attachants.

Ma note:

9/10

Informations:

  • Auteure: Katherine Center
  • Titre original : The Lost Husband (2013)
  • 384 pages
  • Éditeur : Milady
  • Date de sortie : 11 Septembre 2019
  • Prix éditeur : 18.90€
  • Disponible sur liseuse : Oui à 9.99€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.