La Stratégie du hérisson -Needlemouse- de Jane O’Connor

Critique roman: La Stratégie du hérisson (Needlemouse) de Jane O’Connor

J’aime découvrir des héros improbables ou des comparaisons étranges. La stratégie du hérisson réunit les deux. Sur le papier, j’étais attirée par les promesses que le roman de Jane O’Connor envoyait. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Sylvia Penton vit une existence ordinaire, tournée vers son travail dans une université locale. Le week-end, elle aide dans un sanctuaire pour hérissons, un havre de paix qui lui permet d’échapper quelques heures à une sœur qu’elle aime plus que tout, mais dont les tentatives pour lui trouver un petit ami sont étouffantes. Sylvia cache en fait un secret : elle est amoureuse de son patron, le professeur Lomax, depuis des années et attend patiemment qu’il quitte sa femme. Mais lorsqu’une brillante étudiante attire l’attention du professeur, Sylvia voit ses rêves s’envoler et doit prendre des mesures drastiques. Elle a peut-être vécu toute sa vie comme une somnambule, mais les choses sont sur le point de changer, car il est grand temps de sortir de l’hibernation…

Mon avis:

Sylvia Penton au premier abord n’a rien d’agréable. C’est l’héroïne atypique et non conventionnelle par excellence. Le contact du départ laise un arrière goût presque irritant. Du haut de ses 52 ans, elle travaille pour un professeur d’université, alias Prof, Carl Lomax, pour lequel son coeur bat. Méchante, sournoise en apparence, il est difficile de succomber aux charmes de la dame. Elle protège comme du lait sur le feu l’être de ses désirs… Pourtant, au fil des pages, une magie s’installe.

L’assistante et Carl vivent une relation à sens unique. Le lecteur le voit bien. Seule l’héroïne se voile la face. Elle ne vit que pour les brides de bonheur qu’il lui offre avec les yeux remplis d’espoir qu’un jour, Prof se réveille fou amoureux.

Seulement le destin a sa propre vision des événements. Il bouscule tout comme un ouragan. Jane O’Connor place son histoire sur la trame d’une année avec ses quatre saisons. Elle pose une comparaison entre Sylvia et les hérissons. C’est délirant. Surprenant. L’impression de voir tous les stades de la vie d’une petite bestiole piquante mais adorable se pose. L’automne, l’hiver, le printemps et l’été offrent un regard différent sur l’héroïne. Les couches se succèdent pour dévoiler une personne au coeur blessé, à la vie pas évidente, qui conserve malgré tout une gentillesse infinie au fond d’elle. Je suis tombée sous le charme de cette quinquagénaire étonnante.

Carl Lomax apparaît sous le regard amoureux. Les chapitres montrent une autre personne… loin du super héros brillant que Sylvia décrit. La réalité est tout autre. Le voile se lève sur le fantasme de l’héroïne. Des paroles, des gestes, rendent le personnage masculin presque antipathique. Jane O’Connor joue avec les apparences. Elle pousse à voir au delà des idées, des masques. J’ai adoré. Les hommes ne sont pas sous leur meilleur jour dans le roman. Et ce n’est pas Kamal, la mari de Millie, la soeur de notre héroïne qui arrange cette sensation. Le seul qui rattrape la donne est Jonas et son refuge d’hérissons. C’est ce dernier qui est l’étincelle, l’espoir qu’il fallait pour panser ses plaies à Sylvia. Il est attentif, sympathique et passionnant.

En bref, La stratégie du hérisson s’avère une excellente surprise. Il met du baume au coeur. Jane O’Connor écrit un récit touchant. Elle entraîne dans l’histoire attachante de Sylvia qui gagne le coeur après un premier contact improbable. Les mots soufflent un vent d’espoir et poussent à réfléchir sur nos regards sur les autres. L’amour n’est pas toujours là où nous le pensons.

Ma note:

8/10

Informations:

  • Auteure: Jane O’Connor
  • Titre original : Needlemouse (2019)
  • Date de sortie : 11 septembre 2019
  • Editeur : Milady
  • Prix: 18.90 euros
  • Pages : 380 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *