Glass de M. Night Shyamalan

Critique film: Glass de M. Night Shyamalan

Night Shyamalan clôt sa trilogie avec son idée de l’univers des comics. Le réalisateur a créé son propre monde. Il entraîne le spectateur dans un dédale de chemins, intrigants, captivants. Attention à ne pas vous faire spoiler. Car les rebondissements et les twists ponctuent le récit. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Interdit aux moins de 12 ans
Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn – l’homme incassable – poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Mon avis:


L’imaginaire est mis en avant. Pas d’étalages de super pouvoirs via des artifices à gogo. Les images suggèrent davantage, appuient et jouent sur les nerfs. Les éléments se montrent à des regards fascinés. Certains ne se laisseront pas séduire. Le scénario s’étale sur l’écran avec des imperfections. Mais la sauce prend. La magie opère.

La cohérence de la psychologie des personnages est conservé. Comme l’attrait des récits. Chacun a ses particularités, ses atouts et ses défauts comme un comics, le trio formé par Bruce Willis, Samuel L. Jackson et James McAvoy se complètent. Ils sont travaillés. J’ai eu un vrai coup de coeur pour James McAvoy, je reste bluffer par sa prestation.


Bruce Willis reprend son rôle David Dunn, super-héros d’acier, solide, fort et altruiste. Il a décidé d’accepter son pouvoir et de le mettre au profit d’autrui. Il tente de sauver tout ceux qui sont en détresse. Il est l’âme posée, presque rationnelle dans le tumulte de Glass.

Samuel L. Jackson est un Elijah Price, ou Mr Glass, tout en retenu, presque absent, peut-être trop. L’esprit cogite et cherche les options qui le feront gagner.

Mon bémol repose en très grosse partie sur Sarah Paulson, la nouvelle venue. Elle est le Dr. Ellie Staple, une psychiatre. Ses motivations, ses positions et ses idées se devinent assez rapidement. Je ne sais pas pourquoi, son rôle m’a fait tiquer d’entrée de jeu.


Glass tisse en trame de fond les liens entre chaque personnage. Tout s’imbrique. Toutes les relations se touchent du doigt. Les trois héros ont leur famille, leurs amis, leur point d’ancrage avec le monde. C’est dernier compte énormément dans leurs choix. Ils prennent vie à travers Anya Taylor-Joy qui interprète Casey Cooke – qui avait échappée à la bête dans Split, Spencer Treat Clark qui joue Joseph, le fils de David et Charlayne Woodard la mère d’Elijah. A leur façon, ils relient tous les indices, toutes les routes croisées à travers Incassable et Split. 

Glass m’a étonnée. Il propose une autre vision du super-héros sur fond de thriller percutant. Plusieurs facettes se dessinent. Une des pistes peut ouvrir ou fermer les portes. Affaire à suivre…

En bref, Glass est surprenant. Il pose brillamment les origines des super-héros. Il offre une version du pourquoi les héros ne se dévoilent pas au grand jour avec brio. Malgré les ficelles qui se devinent. L’esprit reste fasciner. Il suit avec plaisir les anciens campés par Bruce Willis et Samuel L. Jackson avec cet être perdu entre le bien et le mal incarné par James McAvoy. (Ce dernier a ma mention spéciale). C’est magistral. Je retiendrais l’émotion qui se pose en filigrane. Intense. Beau et magique. Les comédiens sont magnifiques.

Ma note:

8+/10

Informations:

Date de sortie 16 janvier 2019
Durée: 2h 09min
De M. Night Shyamalan
Avec James McAvoyBruce WillisSamuel L. Jackson, Anya Taylor-Joy, Sarah Paulson, Spencer Treat Clark, Charlayne Woodard, Luke Kirby...
Genres Thriller, Fantastique
Distributeur The Walt Disney Company France
Nationalité Américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *