Dites-moi des choses tendres – Cécile Hennerolles

Critique roman: Dites-moi des choses tendres de Cécile Hennerolles

A l’occasion d’une rencontre Babelio, j’ai eu l’opportunité de lire le premier roman en littérature générale de Cécile Hennerolles. Le titre m’attirait. Il emportait des notes de musique avec lui. Il entraînait mon esprit sur le morceau Parlez moi d’amour que chantait Edith Piaf ou Juliette Greco. Dites-moi des choses tendres souffle un vent rempli d’émotions, de mots autour de l’amour. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Un couple de quarantenaires se retrouve dans l’impasse d’une relation moribonde, et tente de cerner comment les choses ont mal tourné. Une amitié, fondée sur une blessure commune, se bricole un petit chemin bien à elle vers la guérison. Une princesse, qui a déjà un peu vécu, décide très fort de donner une vraie chance à l’amour, même s’il n’est pas tout à fait heureux. Des grands-parents ont traversé la vie sans jamais laisser vaciller l’étincelle. Pourtant la vie décidera que quelque chose doit s’éteindre. Un enfant découvre que son coeur peut battre très vite pour une fille, et se demande si à un moment, ça ne risque pas d’exploser. Ces cinq trajectoires s’entrecroisent et se confrontent, chacune à leur manière, à la fulgurance de l’amour. Comment fait-on finalement pour aimer ? Comment fait-on pour se dire je t’aime ? Mais aussi pour dire je ne t’aime plus ? Comment fait-on pour se relever après avoir mordu la poussière ? Comment fait-on pour que ça reste beau malgré tout ?

Mon avis:

Dites-moi des choses tendres possède un charme particulier. Etrangement envoûtant, le roman entrecroise plusieurs personnalités. Il transporte dans leur vie amoureuse. Dès les premières lignes, l’accroche s’installe. Je suis tombée sous le charme. Et mon ressenti est allée en grandissant.

Les cartouches de chaque chapitre dégage un truc en plus, elles mettent sur la voie du sentiment qui ressort tout en titillant la curiosité. Cécile Hennerolles pose des chapitres courts, fluides, rapides et intimistes. Elle réussit à chaque fois à créer une bulle autour de ses personnages. L’auteure parvient à dresser des portraits différents de l’amour avec ses générations qui s’entremêlent. Les mots se font tour à tour touchants, émouvants, brutaux, effrayants, doux, maladroits. Ils reflètent les facettes de l’amour naissant, éblouissant, mourant et bien d’autres choses encore.

Avec les échanges de SMS, cette douceur infinie et cette magie, j’ai plusieurs fois pensé à Morgane Ortin et ses amours solitaires. Sauf qu’ici, un truc se dégage d’une autre manière. La séduction opère avec ses propres armes. Le charme est là. Ils ont tous les deux cette accessibilité universelle. Chaque lecteur peut se retrouver dans un des pans de l’histoire. Chacun voit un instant T de son existence. Il perçoit les ramifications, des croisements, des résonances avec son propre quotidien. C’est déroutant, fascinant, touchant, réaliste comme cocktail.

Les cinq personnages se montrent sans se nommer. Certains auront du mal. Des petits riens, des pistes, les rendent reconnaissables. Les membres de la famille se voient, se savourent, se suivent à travers leurs espoirs (le petit garçon est juste trop mignon), leurs bonheurs et leurs fêlures. Le ton est toujours juste, direct, sans entraves. J’ai apprécié ces versions de l’amour, étonnante, surprenante.

J’ai aimé prendre le roman à n’importe quel moment et ne pas être perdue car les échos raisonnent comme des petits mots propres. Chaque chapitre semble avoir sa vie, sa raison d’être. La douleur, les joies, les sourires, les larmes se ressentent avec une force qui m’a fait mal dans certaines scènes. L’amour est complexe. L’amour n’est pas toujours tendre. L’amour est incroyable.

En bref, Dites-moi des choses tendres est une belle découverte. Les cinq visages de l’amour m’ont émue, touchée, fait ressentir mille petites étincelles en un roman qui se lit vite. Je me suis laissée porter par le style fluide, efficace. L’amour, le grand avec un grand A et ce studio, nid des cinq destinées dessinent un récit envoûtant, captivant. Un regard rempli d’émotions se dévoile sur les divers visages de l’Amour le bon comme le mauvais. Cécile Hennerolles parvient à toucher du doigt des thèmes parfois doux, parfois durs comme le pervers narcissique, les femmes battues, les maladies dégénétrices, les séparations, les premiers amours… Elle entremêle avec une simplicité, un talent et une beauté toute intense les notes de musique de la chanson d’amour.

Ma note:

9/10

Informations:

  • Auteure: Cécile Hennerolles
  • 246 pages
  • Editeur : Eyrolles
  • Date de parution: 24 octobre 2019
  • Collection : Romans Eyrolles
  • Prix: 16 euros
  • Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *