Dilili à Paris- Michel Ocelot- critique du film

Critique film: Dilili à Paris de Michel Ocelot

Michel Ocelot est un faiseur de rêves. Chacune des ses oeuvres renferme des pépites. Vous avez pu succombé à des films d’animations comme Kirikou et la sorcière, Azur et Asmar, Princes et princesses… Le charme esthétique est omniprésent dans ses images. Dilili à Paris réserve une fois de plus un voyage magnifique. Ai-je apprécié le jeu de lumières? L’histoire? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

Dans le Paris de la Belle Époque, en compagnie d’un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle rencontre des hommes et des femmes extraordinaires, qui lui donnent des indices. Elle découvre sous terre des méchants très particuliers, les Mâles-Maîtres. Les deux amis lutteront avec entrain pour une vie active dans la lumière et le vivre-ensemble…



☙Mon avis:☙

Dilili à Paris transporte dans le Paris de la Belle Epoque. Tout devient différent, plus lumineux, plus attirant. Tout semble lisse, poétique, étrangement un point attire le regard dans ce ballet sublime qui se dessine. Les personnages sont tous blancs. Le ton se pose peu à peu. Le fond du récit aborde le racisme avec une note étonnante comme Michel Ocelot sait si bien les créer.

Dilili rêve de découvrir Paris. Son ami le triporteur Orel l’aide à exaucer son souhait. L’héroïne est une jeune fille de couleur, élevée par la Comtesse comme sa propre fille dans un carcan protecteur. Le monde et ses différences s’ouvrent à elle dans son road trip. La complicité entre les deux jeunes protagonistes souffle un vent de tendresse avec des pointes d’humour. Leur lien se déploie avec force et sourires.

Michel Ocelot offre un spectacle sublime. Les yeux en prennent pour leur grade. La magie opère. Les dessins sont somptueux. La photographie, les lumières, les ombres tout se mêle dans une chorégraphie audacieuse. Une vraie perle se pose pas à pas sur la pellicule. La poésie s’exprime dans plusieurs scènes. Elle emporte dans une histoire fascinante. Dilili petite fille noire de classe aisée rencontre un adolescent blanc de classe populaire. Les deux mondes s’entrechoquent à travers eux. Les classes sociales se percutent. Les cultures se pointent du doigt. Les hommes changent de comportement face à Dilili. Le regard se voile d’un fond dur, moderne, réaliste. Il frappe en plein coeur l’air de rien en touchant des sujets comme le harcèlement sexuel et les violences conjugales par le biais du complot des Mâles-Maîtres. L’intrigue est bluffante. Prenante. Captivante. Elle pousse vers des routes surprenantes.

Le film montre un machisme et un patriarcat dans une société précise. Les idées se posent et laissent leur trace sur les pensées du spectateur. Le public y verra plusieurs lectures possibles, plusieurs axes de compréhension. Dilili à Paris mélange les genres. Il montre l’asservissement des certaines jeunes filles, la place de la femme à une époque, le poids des hommes. Le road trip découverte se teinte de petits soupçons policiers, intrigants et d’un humanisme qui mérite de s’y arrêter.

☙Ma note:☙

🌟8/10🌟

☙Informations:☙

A partir de 6 ans
Date de sortie 10 octobre 2018 (1h 35min)
De Michel Ocelot
Avec acteurs inconnus
Genre Animation
Nationalités Français, Belge, Allemand
Distributeur : Mars Films

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *