Critique roman: La rage d’aimer de Emery Lord

Critique roman: La rage d’aimer de Emery Lord

La rage d’aimer est de ces romans qui permet d’aborder des sujets complexes derrière une apparence innocence. Ici, il pointe du doigt que nous avons tous nos fêlures. Et il trace aussi un délicat portrait de la maladie avec la bipolarité. Le roman m’a-t-il conquise? Je vous en dis plus dans les prochains lignes.

☙Synopsis:☙

Depuis la mort de son père, Jonah est devenu le chef de famille. À seulement 17 ans, il règne sur une tribu de cinq frères et sœurs et sur le restaurant familial dont il a la responsabilité. Une situation très lourde à porter pour le jeune homme qui doit jongler entre ses obligations et ses études.
Tout s’éclaire quand Vivi, une jeune fille de son âge, arrive au lycée. C’est une véritable tornade qui débarque dans la vie de Jonah : elle est pleine d’énergie et de joie de vivre. Dans ses bras, le jeune homme oublie ses soucis.
Mais derrière son enthousiasme, Vivi cache un secret : elle est bipolaire et refuse de prendre des médicaments pour réguler son humeur. La jeune fille veut vivre intensément, se libérer de toute dépendance. Au risque de mettre sa vie et sa relation avec Jonah en danger…


☙Mon avis:☙

Le trouble bipolaire touche sans distinction d’âge, de sexe. Emery Lord pose un regard parfois tendre, sensible et rempli de compassion à travers Vivi sur cette maladie. Elle trouve les mots pour marquer le coeur.

Vivi, dix-sept ans, a récemment reçu un diagnostic de trouble bipolaire. Sa route croise celle de Jonah Daniels, l’aîné d’une fratrie. Il gère tant bien que mal ses cinq frères et soeurs ainsi que sur le restaurant familial depuis le décès de son père. Tous les deux vivent à Verona Cove, une petite ville. Leur rencontre va tout changer. La petite étincelle qu’il fallait dans la vie de l’autre l’accompagne.

Les chapitres alternent les points de vue des deux héros. Ils montrent la relation naissante. Les sentiments qui évoluent. L’amour naissant. Les deux visions des liens se déploient avec une force, une dynamique qui permet de mieux cerner les moments plus en retrait de Vivi. Cette dernière subit ses humeurs qui se répercutent sur ses ressentis. Elle refuse de prendre ses stabilisateurs. Ses symptômes maniaques, son quotidien s’en trouve retourner. D’abord doux, les troubles s’intensifient. L’illusion d’un bonheur fugace se dessine puis tout éclate. Comment vivre son histoire quand votre coeur est rempli d’émotions qu’il n’arrive pas à gouverner?

Vivi est bipolaire. Mais pas uniquement. Vivi est Vivi. Vivi est une jeune femme, une adolescente qui émeut. Elle est merveilleuse, courageuse, une battante, une brillante lumière. Elle combat sa maladie avec la fougue de la jeunesse. Une boule d’optimisme vivante. Elle emporte tout sur son passage. Elle m’a conquise. Rebelle et forte. J’ai aimé son personnage à un point que les mots me manquent pour décrire tous les tourbillons qu’elle a fait naître en moi.

Jonah est son pendant. Il tente de garder la tête haute. Tout en se noyant, la perte de son père, la dépression de sa mère, tout le pousse à combattre. Au lieu de baisser les bras, il devient le pilier de sa famille. Au détriment de sa propre vie, il abandonne ses rêves. Du moins, jusqu’à l’arrivée de Vivi, elle est cette épine étonnante, bizarre, étrange qui éveille un je ne sais quoi qui le tire loin des ombres. Vivi est cette lumière, cette raison d’être qui lui montre la liberté possible. La relation des deux héros se vit intensément. Chacun y puise une liberté, une indépendance, une vision. Chacun est heureux à sa manière.

Le portrait dressé de la bipolarité est certainement imparfait. Néanmoins, il a le mérite d’en parler avec une sensiblité, une douceur d’écriture, un enchevêtrement de sensations qui donnent un aperçu de ce que vivent ceux qui en sont atteints. Je regrette juste de ne pas voir comme était Vivi avant. Peut-être que l’auteur ne le décrit pas car Vivi elle-même semble avoir oublié. Elle n’est plus que cette maladie. Elle essaie de s’adapter, de la dompter. Emery Lord aborde la sexualité des bipolaires avec tact. Les mots se parent d’une impression authentique, réaliste. Les désirs, les manques d’inhibitions, les envies sexuelles de Vivi se détachent, se dévoilent. C’est troublant. Jonah a du mal à gérer ses démonstrations en public. Les critiques, l’agacement, l’incompréhension font mal. Quelque part, le bouleversement lui se comprend. Il est déjà difficile d’être un adolescent avec tous les changements. Si le corps subit en plus une maladie qui le transforme encore plus. Le cocktail est explosif. Différent de la norme.

Jonah est sensé être le narrateur fiable. Vivi est plus dans un point de vue altéré. Les deux se complètent. Même si parfois, j’ai eu l’impression que Jonah juger son amie. Elle explore d’une autre façon la vie. Elle offre un visage qui peut déranger.
Emery Lord a construit son roman avec la succession des points de vue. Les deux adolescents montrent leur belle histoire pas à pas. Les démons de chacun se dévoilent. La maladie est présente en fond. Elle ne s’efface pas. Elle ne disparait pas d’un coup de baguette magique. Leur romance se nuance de hauts et de bas. Vivi et Jonah ont tous les deux des blessures. Ils apprennent à avancer avec. Vivi redonne le goût de vivre aux Daniels. Elle est ce petit grain fou, incroyable qu’il fallait pour sortir de leur torpeur. Elle les pousse à dépasser leur deuil. Jonah trouve en la jeune femme, une bouffée d’air qui lui permet d’envisager de sourire. Le couple a un été pour apprécier la vie ensemble.

En bref, La rage d’aimer fait naître toute une palette d’émotions. Le récit emporte dans une rencontre étonnante. La romance entre Vivi et Jonah permet de rencontrer deux personnages attachants. J’ai eu des poussières dans les yeux face au traitement d’Emery Lord de la bipolarité et de l’existence… Le style de l’auteure se prête habillement à un sujet complexe. Les aléas de la vie m’ont fait couler des larmes. Le ton doux-amer m’a un peu achevée j’avoue. Vivi est son optimisme sont une belle rencontre. Une merveilleuse. Une intense. Une incroyable. Je ne regrette pas du tout de m’être lancée dans ce roman. Il est à lire!

☙Ma note:☙

?9/10?

☙Informations:☙

Titre original : When We Collided
Auteur: Emery Lord
Editions Dreamland
Date de parution: 16 mars 2018
Prix: 16,90 euros
Disponible en numérique: oui
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.