Critique roman: Altérés, tome 1 : La proie du dragon- Florence Cochet

Critique roman: Altérés, tome 1 : La proie du dragon de Florence Cochet

La Proie du dragon m’intriguait. J’étais curieuse de rencontrer ce que cacher le titre. Le roman m’a-t-il conquise ? Était-il à la hauteur de mes attentes, je vous dis tout dans les prochaines lignes.

☙Synopsis:☙

L’humanité a failli être décimée lors d’une apocalypse déclenchée par des intelligences artificielles. Trois siècles plus tard, le fléau a été maîtrisé par le gouvernement grâce à un contrôle strict des technologies.

C’est dans ce monde que la jeune Lutessa vit paisiblement avec son père qu’elle adore. Jusqu’au jour où il sabote son concours d’entrée à l’Institut des Technologies, brisant son rêve de devenir ingénieure. De quoi veut-il la protéger en l’empêchant de partir étudier à la capitale ?

Le pire survient quelques jours après lorsque Lutessa est infectée par de dangereux nanorobots. Emmenée de force dans les laboratoires du gouvernement, Lutessa découvre que les apparences sont souvent trompeuses. Les autorités veulent-elles protéger les citoyens ou, au contraire, les asservir ? Lutessa se retrouve au cœur d’enjeux qui vont la mettre sur les traces de ses origines et de sa mission…

Dans la guerre entre l’homme et la machine, elle est la clé de la paix.


☙Mon avis:☙

Lutessa, surnommée Tessa, ne désire qu’une chose, quitter son petit village pour rejoindre la grande ville et son meilleur ami. Elle rêve d’entrer dans l’institut de technologies. Le destin décide de mettre son grain de sel dans ses souhaits. Rien ne sera comme le jeune femme l’envisageait. Les apparences seront différentes. Rapidement, une impression de voir une version d’une dystopie à la Hunger Games, Divergente se dessine. Mon esprit est même parti avec un John Connor en tête, ou plutôt sa mère Sarah… et allez savoir pourquoi j’ai eu envie de revoir la série et les films Terminator après ma lecture.

L’univers créé par Florence Cochet s’avère fascinant. Il plonge son héroïne dans une lutte. Les personnes croisées ne sont pas ce qu’elles semblent être. Le jeu des miroirs, des regards se posent. La technologie présentée pousse à s’interroger. Qui de l’homme ou des machines possède le contrôle? Les intelligences artificielles se déploient avec un potentiel et un charme fou. Voilà, pourquoi, j’ai eu Terminator en tête. Très très présent. L’esprit tourne à cent à l’heure. Il cherche des réponses, des pistes. Il guette le bon chemin, les bons choix. J’ai littéralement adoré la route parcourue aux côtés de Tessa.

Cette dernière m’a touchée avec ses liens familiaux. Son père est tout pour elle. Peu importe le prix à payer pour le protéger, elle est prête à tout. Et lui aussi. Les personnages se montrent captivants. J’ai aimé comment ils évoluent, pas à pas. Comment l’auteure les met en valeur, les place sur l’échiquier. J’ai aimé comment tout s’installe. Le monde qui prend vie sous les yeux du lecteur est complexe, intense, passionnant. Il possède de nombreux attraits. La force du roman repose sur Tessa. Incroyable, imparfaite, humaine Tessa. Toutes les pièces s’imbriquent dans un paysage qui émerveille, pique la curiosité et transporte. Le puzzle est à suivre.

Tous les indices sont à noter, la moindre petite chose à son importance. Peut-être pas sur l’instant mais après. Chaque chapitre est une porte ouverte pour en découvrir un peu plus. Pour dévoiler, toucher du doigt l’univers d’Altérés, Florence Cochet dresse habillement sous sa plume addictive un chemin. Elle guide Tessa et le lecteur. Elle l’accompagne de protagonistes secondaires qui attisent la flamme: Dragon, Gwen, Daryl, Mia… D’ailleurs Dragon me fait craquer. Mais chut. Je suis curieuse d’en savoir davantage.

Les rencontres au fil des pages marquent des points. Elles distillent des informations. Elles plongent dans des lieux, des descriptions, des choix bouleversants, percutants. Le cerveau cherche. Le cerveau craque sous les horreurs réalisés. Le cerveau vibre. Le cerveau s’attache. Le final arrive et surprend. Il donne envie de continuer l’aventure. Il donne envie de s’accrocher un peu plus.

En bref, La proie du dragon signe un premier tome prometteur. Le récit installe les bases d’une saga qui est portée par une héroïne inoubliable. Tessa force l’admiration par son courage, son évolution. Le chemin parcouru à ses côtés s’avère délicieux. Il se nuance de sentiments, de sensations qui sont intenses du début à la fin. Au programme, une dystopie avec une bonne dose d’action, de romance, de trahisons, de complots, de technologie vous attend si vous passez la couverture. Foncez!

PS: VITE LA SUITE!!!

☙Ma note:☙

?8+/10?

☙Informations:☙

Auteure: Florence Cochet
Editions Dreamland

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.