Accidentelle- Sarina Bowen

Critique roman: Accidentelle- Sarina Bowen

Sarina Bowen est une des auteures chouchous que j’ai plaisir à suivre. J’ai découvert sa plume avec the Ivy Years, puis Fierté et le Grand nord sont venus grandir la collection. Je ne connaissais que ces versions romances contemporaines et New Adult. J’étais curieuse de lire son young adult sorti chez Hugo New Way. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

À 17 ans, elle rencontre enfin son père. Une rockstar aux millions de fans…

Rachel, 17 ans, n’a jamais connu son père. Jusqu’au jour où sa mère succombe à un cancer. L’inconnu débarque dans sa vie du jour au lendemain. Inconnu si l’on peut dire, car il n’est autre que le chanteur de Wild City, l’immense tube qu’on entend partout.

 » J’ai écouté mon père toute ma vie. Je l’ai toujours dans ma poche, sur mon lecteur mp3. Ma mère n’a jamais voulu m’expliquer. Leur rencontre, mais surtout pourquoi je n’ai jamais connu mon rock star de paternel. Je pensais qu’il s’agissait là de son unique secret. J’avais tort.
Quand elle a disparu, il a fini par se pointer. Du jour au lendemain, j’ai eu un pass VIP pour le monde de paillettes de mon père. Je n’avais pourtant rien demandé. Trois raisons me poussent à rester : mon groupe de chant, un beau jeune-homme aux yeux bleus nommé Jake et la curiosité qui habite mon âme. Celle qui hante les enfants accidentels…
Et comme mon père est le seul à connaître la vérité, je dois m’accrocher. « 

Mon avis:

Rachel, dix-sept ans, a subi une perte tragique. Sa mère est décédée. Sans famille, sans repère, le coeur brisé, la jeune femme voit débarquer son père. Ce dernier décide de l’emmener avec lui après des années de silence et d’absence.

L’héroïne n’avait jamais vu son père avec ce fameux jour. Il arrive comme une bombe dans son univers. Son ancienne vie prend fin, une nouvelle s’ouvre, strass, paillettes et musique seront de la partie. Car, Rachel a hérité comme géniteur d’une rock star Frederick. Le chanteur des Wild City veut reprendre sa place dans le quotidien de sa fille.

Sarina Bowen aborde le deuil avec une délicatesse infinie. Elle transporte dans le sillage d’une jeune femme qui a perd tous ses repères. Sa famille se transforme. La peine, la douleur, le vide se touchent du doigt. Comme la métamorphose et l’adaptation que traversent Rachel. Je me suis prise d’affection pour cette héroïne. Je me suis attachée à elle. J’ai aimé suivre son évolution. J’ai admiré comment elle accepte de donner une chance à ce père qui n’avait jamais donner aucun signe jusqu’à présent de son existence.

Les liens se tissent doucement entre le père et la fille. Rien n’est simple. Chaque pas se pèse. Difficile de devenir tout d’un coup intime quand une partie de votre passé ne pourra jamais être rattrapé. Chacun s’apprivoise. Chacun s’adapte. Les émotions des deux parties sont très bien amenées.

Rachel parvient à créer une relation avec Frederick, étrange (si le lecteur songe que la rockstar est le chouchou de sa fille depuis des années sans qu’elle sache son identité), un peu bancale, loufoque quelque part, tendre et particulière. J’ai adoré. J’ai eu l’impression que tous les deux marchaient sur des oeufs. La communication avance à tâton. Chacun ne sait pas vraiment comment faire. C’est beau, touchant et assez réaliste même dans les moments de disputes. Car un amour transparaît. Il est là, attendant son heure pour déployer ses ailes.

Rachel part en quête de son identité au fil des chapitres. Elle fait des rencontres. Elle tombe amoureuse. J’ai peut-être un peu crisper des dents avec le pseudo triangle amoureux. Toutefois, je suis tombée sous le charme. Aurore et Jack m’ont plue. Comme l’entourage de Frederick, personne ne laisse de côté la jeune femme. Ils la soutiennent, lui montrent l’envers du décor de la musique, les tournées… Les amitiés et les amours se lancent dans une chorégraphie mignonne.

En bref, Accidentelle porte bien son titre. Il se comprend par brides, par notes.  Sarina Bowen semble poser son récit comme une chanson, elle partage les paroles et laisse l’émotion apparaître. Les tonalités se teintent de plusieurs nuances douces, joyeuses ou tristes. Le résultat est sympathique, agréable et divertissant.

Ma note:

8+/10

Informations:

  • Auteure: Sarina Bowen
  • 358 pages
  • Editeur : Hugo roman new way
  • Date de parution: 3 octobre 2019
  • Collection : New Way
  • Prix: 17 euros
  • Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.