[Film] Alice aux pays des merveilles de Tim Burton, regard sur l’univers de Carroll

Mardi soir, j’ai eu l’occasion d’assiter à une avant-première d’Alice aux pays des merveilles. Bien des personnes auraient rêvé y aller. D’autant plus qu’une surprise de taille était réservée aux spectateurs. Après une jolie mise en scène, le grand Tim Burton est venu répondre à quelques questions. Non d’une noisette, mon réalisateur préféré devant mes yeux. Oh misère, je n’en reviens toujours pas. Et une de mes questions a eu des réponses. De quoi me faire passer une bonne soirée d’emblée. Puis le voir passer très près de soi, ça n’a pas de prix. Je n’ai pas crié ni gesticulé partout (j’en ai vu). Juste un semblant de petit nuage. Le personnage est comme je l’imaginais. Le sujet n’étant pas Burton mais sa nouvelle oeuvre cinématographique allons-y pour ce que tous les fans attendent, un avis sur Alice.

★Synopsis ★: Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu’elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s’embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.

La 3 D m’a déçue. Un effet de style que tout le monde à Hollywood veut avoir dans ses réalisations. A mes yeux, son utilisation n’a pas mis en valeur le film. Au contraire, il lui a desservi. Les couleurs riches à Burton ont été asseptisées. Vouloir donner l’impression d’être dans l’action, d’accord seulement les branches, les chutes, les lancer de « lances »et de tasses de thé, n’ont pas forcément accentué encore plus les événements. Leur absence n’aurait pas gêné.

Les récits de Lewis Carroll sont loin d’être des contes pour enfant. La version Disney a édulcoré l’histoire. La nouvelle version du studio sous l’égide de Burton continue dans cette voie même si la jeune Alice a grandi depuis le dessin animé de 1951. Comme le public me dirait vous. Les moeurs ayant un peu évolué, le film est un cran au dessus de la version animée niveau méchanceté. Toujours douce, blonde et mignonne notre Alice. Dommage d’avoir une héroïne aussi sage, même si elle ne porte pas de corset et ose avoir des bas. J’aurai aimé une jeune femme plus coquine, espiègle et moins lisse. Mia Wasikowska se montre belle et bluffante malgré tout. J’ai eu l’impression qu’elle se laissait diriger d’un point à l’autre tout le long du récit. Même ses interrogations sur sa mémoire et la fausse Alice n’ont pas été traité au maximum. Enfin selon moi. Pour couronner, tous les monstres succombent à son charme sans vrai combat.

Le monde du pays des merveilles est tantôt magnifique, tantôt effrayant. Entre les aliments pour rapetisser ou pour grandir, le ver à soie, le chat, les jumeaux, les cartes et les reines. Les héros secondaires en synthèse sont magnifiques, une mention particulières au Chat. Une vraie beauté, un somptueux spécimen d’humour un peu sombre. (peut-être un brin sadique? ), le lapin aussi ravit les yeux.

Les Reines, un vrai panel des standards du Bien et du Mal. Helena Boham Carter campe la Reine de coeur, une reine cruelle. Hattaway a le rôle de la reine Blanche, gentille un peu fade comme une poupée de cire qui n’agit pas vraiment. Nous sommes chez Disney, toujours le duel Bien/Mal avec des nuances particulières. Pourquoi ne pas avoir plus approfondi les deux Reines? Pourquoi n’avons nous pas plus de non-sens? Plus de coupez lui la tête, coupez lui la tête!!!!!

Le casting a beau réunir de très bons acteurs. Boham Carter et Depp font parti des habitués du monde Burtonien, ils sont une partie de son package succès garanti. Les personnages ne sont pas à la hauteur des espèrances. Je trouve que le côté fou que j’ai adoré dans The Melancholy Death of Oyster Boy & Other Stories. Le grain de cet univers sombre, irréel et pourtant si mélancolique, triste et rêveur me manque. La patte de Burton se ressent, seulement la retenue est trop présente. Et parfois ça pulse pas assez. Il y a de l’action, d’accord, par moment, nous nous croirons presque devant un Harry Potter ou un Narnia. (Alice dans son armure, pfiouuu)

Johnny Depp avec sa guigue en délire m’a rappelé Jack Sparrow. Un peu comme s’il voulait mettre la même image partout. Et pourtant, j’adore son côté loufoque et doux rêveur depuis 21 Jump Street (oui je sais ça remonte). Je voulais revoir un Edward aux mains d’Argent. Un être à la mesure du Chapelier Fou. Il est bon juste un tantinet caricatural dans cette oeuvre. De surcroit, nous le voyons assez peu finalement.

J’attendais peut-être plus de grand de folie, plus le Tim Burton que j’ai adoré avec Ed Wood, Big Fish ou encore Sleepy Hollow sans parler de Beetlejuice. (D’accord Batman aussi) Travailler sous le label Disney lui a-t-il retiré tout son talent? ou il a tenu à se brider pour rentrer dans les standards de la maison Mickey? Je voyais d’avantage un conte cruel et méchant que cette apologie du Bien et du Mal. Alice aux pays des merveilles version Burton n’est pas un navet, non il est juste décevant venant d’un tel réalisateur. Un peu comme si nous avions éteint la flamme un peu folle d’un très grand monsieur. Visuellement, encore plus poussé ce métrage aurait été un vrai bonheur en 2D avec des personnages plus dans la trempe de Carroll. Je retournerai pour ma part voir Alice mais en 2D pour profiter des couleurs. J’ai grandi cette adaptation accompagne en fait l’enfant qui est en moi et avait craqué sur l‘Alice de 1951. Le hic la fan de Burton reste sur sa faim, si un autre l’avait réalisé, le regard aurait été différent, j’en suis sûre. J’ai aimé sans adoré car oeuvre cinématographique signée Tim Burton. Un vrai paradoxe, je sais. Tout moi!

Sortie: le 24 mars 2010.

Merci à Allociné pour la projection.

10 commentaires sur “[Film] Alice aux pays des merveilles de Tim Burton, regard sur l’univers de Carroll

  1. Maaaaa mais je vais bouder a force lol tout le monde est allé voir ce film en avant premiere snif :( enfin je boude pas trop, j’ai gagné des places pour sa sortie ! Ca fait ca en plus pour des economies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *