Tiny Pretty Things, tome 1 : la perfection a un prix- Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton

Critique roman: Tiny Pretty Things, tome 1 de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton

Tiny Pretty Things, tome 1 : la perfection a un prix de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton attisait ma curiosité. J’aime l’accroche de la couverture et le thème de la compétition entre danseuses. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York.
Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure.
Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse. Et les choses vont empirer… jusqu’au drame.

Mon avis:


Je ne sais pas pourquoi la danse me fascine. J’adore les séries, films et romans qui ont pour sujet des danseuses. J’ai vu tous les Fame, Glee et autres. J’ai assisté à plusieurs ballets à l’Opéra. J’adore la magie qui se dégage sur scène. C’est un peu mon petit pêcher mignon. Alors que je déteste danser. Un vrai paradoxe. J’étais curieuse de lire ce titre prometteur. J’ai été servie. UN VRAI TOURBILLON est posé dans ce roman.

Le duo d’auteures offre un ballet de concert entre trois voix. Trois
étudiantes plongent le lecteur au coeur d’une très prestigieuse académie de ballet new-yorkaise. Trois caractères bien différents. Trois personnalités qui attisent les tensions ou les diminuent au gré des pas de danse. Bette, est prête à tout pour continuer à obtenir tous ce qu’elle désire. Jamais rien ni personne ne lui a résisté, et la donne doit demeurer la même. June, souffre dans son corps et son âme, l’anorexie semble la tenir dans ses mains, elle est loin de décrocher les rôles qu’elle voudrait. Et Gigi, la petite nouvelle, la seule personne de couleur de toute l’école, brimée par ses camarades, elle est le petit grain de sable dans la bande.

Le récit prend un malin plaisir à donner un chapitre à chacune. Les danseuses sont tour à tour énervantes, brillantes. Elles ont des problématiques qui tournent autour de la danse. La jalousie règne en maîtresse. Elle est brûlante. Elle encercle tout et tout le monde. C’est pesant. Les tensions en découlent et les intrigues aussi pour avoir le premier rôle.

Les trois adolescentes évoluent tout le long du roman. Elles nous ouvrent une porte vers un univers teinté de cruauté, de beauté, de mélange étonnant. Les chorégraphies se jouent sur scène et en dehors. Les ficelles se nouent. Les sentiments s’entrechoquent dans un ballet violent. L’ambition dévore ses victimes.

J’ai été surprise de voir comment le sort a tendance à s’acharner sur certaines danseuses comme Gigi. Son secret m’intrigue. J’ai envie d’en savoir plus. Elle m’a fait penser à un oiseau pris dans une toile. Les ailes emprisonnées. Par qui? Pourquoi? Comme le pourquoi de cette rage pour un rôle.

Bette est fascinante. Véritablement. Une garce qui cache un je ne sais quoi qui m’a subjuguée, passionnée. June attire le regard. Elle brille de mille feux. Elle est le centre d’un mystère. Le milieu de le danse se déploie dans un tableau captivant. Les personnages sont tous des étoiles à leur manière, d’origines, de monde variés. Elles se côtoient, s’aiment et se détestent avec fougue. Les mots de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton donnent l’impression de visualiser à la perfection tous les échanges, tous les pas de danse. C’est magique. Le spectacle prend vie.


En bref, Tiny Pretty Things, tome 1 : la perfection a un prix fait entrer dans la danse. Elle apparaît sans fard, violente, passionnée, brutale, pétillante, intrigante, fascinante, mystérieuse et prometteuse. Les trois étudiantes Gigi, Bette et June touchent chacune à leur façon. Elles vivent chacune leur propre expérience, leur propre quête. L’action se dévoile. Les pièces se placent pour une chorégraphie des sens. Les émotions virevoltent. Une lecture pleine de surprises, de rebondissements se dessine. Vivement la suite. 

Ma note:

9/10

Informations:

Titre original : Tiny Pretty Things, book 1 (2015)
Traduit par Alice Delarbre
Papier (451 pages) et numérique
Date de parution 02/05/19
Editions Hachette Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.