Orion tome 2- les étoiles ne meurent jamais- Battista Tarantini

Critique roman: Orion tome 2- les étoiles ne meurent jamais de Battista Tarantini

Pour le lever du rideau final, Cynthia (retrouvez son avis par ICI) et moi avons continué l’aventure commencée avec Orion Ainsi soient les étoiles par le pan Les étoiles ne meurent jamais. J’étais impatiente de voir ce que nous réservait Battista Tarantini dans ce dernier volet. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Ne loupez pas l’interview à quatre mains de Battista Tarantini juste ICI.

 » SURTOUT NE LACHE PAS MA MAIN, LEO…  » 

Synopsis:

Libre et amoureuse, Leo part avec Orion en résidence artistique à Tokyo. L’antre d’Hiro Neruji, maître de ballet japonais, abrite l’envol sensuel et amoureux des deux étoiles. Orion renonce pour un temps à ses funestes projets, Leo commence à s’épanouir dans la voie qu’elle a choisie.

Mais la conséquence d’une promesse tenue par Orion, des mois auparavant, s’abat sur eux et fait voler en éclats leur idylle naissante. Le couple se sépare et chacun s’exile à un bout de la planète; Orion retourne en France pour s’acquitter d’une dernière mission, Leo danse sur toutes les scènes du monde, aux abois.

C’est à Paris qu’ils se retrouvent, que les derniers secrets sont révélés, que leur ballet de l’amour et de la mort renaît et enfle : la dernière chance pour Orion d’être sauvé avant que le rideau ne tombe définitivement…

via GIPHY

Mon avis:

Orion m’a emportée jusqu’au bout. La chorégraphie réalisée par Battista Tarantini gagne en intensité au fil des pages. Le coeur est malmené. Le coeur est chamboulé. Les émotions soufflent tout sur leur passage.

Les frissons subsistent bien longtemps après avoir découvert les événements. Les révélations fracassent l’âme sur un rocher. Les étoiles se touchent du doigt, majestueuses, intenses. Le mythe de Perséphone et Hadès se déploie avec une vision brute, toute en montagne russe. Les personnages qui les accompagnent dans leur barque ne manquent pas d’apporter leur lot de sensations.

Orion est une duologie sublime. Etonnante. Elle mène un ballet intrigant, captivant. Les mots touchent en plein coeur. Ils virevoltent dans leur propre danse. Ils accompagnent Leo et Orion avec une puissance, une portée qui marquent. Il est difficile de ressortir indemne de la lecture de ces romans.

via GIPHY



Leo sort de sa chrysalide. Elle montre les crocs. La petite danseuse timide lâche la bride. Elle s’épanouie. Elle se révèle au contact des ténèbres d’Orion. Les deux pendants du mythe entraînent dans une romance sans fard. Les mystères se lèvent peu à peu.

Les rencontres apportent une nouvelle donne. Georgia Vallis, Ruben, Alexandra donnent vie à un tourbillon de sentiments. Chacun permet de mieux cerner Orion et sa personnalité. Ses choix se précisent. Ses méthodes se comprennent. Ses promesses ne sont jamais à prendre à la légère. Elles sont définitives. Peu importe le prix à payer pour y parvenir.

Neruji pousse la porte d’un monde particulier, avec une sensualité, une violence différente. Le Japon dépeint par Battista Tarantini invite au voyage de biens des manières. Les sens s’éveillent. Les sens remuent. La descente aux Enfers ouvre ses bras en grands. Le lecteur se laisse prendre au jeu. J’ai été conquise de bout en bout. J’ai adoré la dualité entre les ombres et le soleil.

via GIPHY



Leo est une lionne qui réchauffe Orion. Ce dernier avait abandonné tout espoir. Toute lueur, toute combattivité étaient étouffées. Leo le réveille. Leo est double comme Perséphone. Ombre et Lumière. Elle est fascinante. Elle représente à merveille cette part de démon que nous avons tous. C’est un pendant magistral à Orion. La seule capable de lui tenir tête, de garder la tête haute face à cette constellation qui brûle tout sur son passage.

Son chemin est tracé à son contact. Elle se dévoile. L’étoile arrive. Tout est brillant. Percutant.

Battista est très douée. J’en suis arrivée à avoir de la peine pour Claudia, à détester Alexandra, à souffrir pour Ruben. Toutes les pièces s’imbriquent à la perfection. L’écriture s’avère touchante, émouvante, soignée, travaillée. La passion s’en dégage. La poésie s’installe à chaque page. L’espoir ne meurt jamais. Il se transforme. Leo et Orion se métamorphosent. Parfois, il faut savoir chuter, lâcher prise pour renaître. Le phénix se cache. Le phénix attend son heure. Lancez-vous dans cette dernière danse où Hadès n’est pas forcément celui qui tient les rennes…

Mon ressenti sur Twitter:

Ma note:

9+/10

A noter, Battista Tarantini sera à Livre Paris en mars 2019.

via GIPHY

Informations:

Auteure: Battista Tarantini
340 pages
Editeur : Hugo Roman
Date de parution: 7 février 2019
Collection : New romance
Prix: 17 euros
Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *