L’assassin royal tome 4 à 6- Robin Hobb

L’assassin royal-tome 1 à 3- Robin Hobb

Lecture groupée de plusieurs titres de Robin Hobb. J’ai un peu tardé pour poser mon ressenti. Je le regrette car j’ai l’impression d’avoir loupé un coche. Mes pensées sont confuses. Je vais essayer de tout poser à plat.

J’ai lu par cycle de 3 mes Robin Hobb. Attention, quelques spoilers peuvent être indiqués. Je me lance… Hop hop chronique en dessous.



☙Mon avis:☙

L’Assassin royal, Tome 4 : Le Poison de la vengeance
Royal, l’usurpateur monté sur le trône des Six-Duchés, est persuadé que Fitzchevalerie, son ennemi intime, est mort. Mais celui-ci, caché à l ‘écart de la cour avec Burrich, prépare sa vengeance…

Mon coeur était encore serré par les événements. Il est parti en espérant que les rebondissements ne le briserait pas plus. L’action et les dialogues prennent un autre visage, plus en retrait. Les rappels soufflent un vent de souvenir qui n’est pas désagréable. L’écriture de Robin Hobb est toujours fluide, addictive et prenante.

Fitz entraîne les lecteurs dans ses pas. Il montre un visage entre deux périodes, enfant et adulte. C’est un vrai plaisir de continuer à suivre ses aventures. Les émotions sont au rendez-vous. Un tournant s’opère. De nouvelles bases s’ouvrent. Des possibilités et des promesses prennent leur envol. L’assassin royal continue sur sa lancée. A lire avec les prochains tomes sous le coude.

L’Assassin royal, tome 5 : La Voie magique
Le roi Vérité est vivant ! Il a imposé une ultime mission

à Fitz : « Rejoins-moi ! Loin sur les sentiers mystérieux de l’Art, au-delà du royaume des montagnes, le jeune homme se met en quête pour répondre à l’appel de son souverain affaibli. Mais il reste seul, pourchassé par les forces de Royal, l’usurpateur, et sans possibilité de compter sur ses propres alliés, qui le manipulent comme un simple pion. Or d’autres forces sont en marche… Dans son périple, Fitz va en effet se voir révéler son véritable statut : c’est par lui que s’accomplira, ou sera réduit à néant, le destin du royaume des Six-Duchés, et c’est là une charge bien lourde à porter quand on est traqué par ses ennemis, trahi par ses proches, et affaibli par la magie…

Fitz suit des routes surprenantes. Entre rêve et réalité, ses pensées se perdent. Robin Hobb a le don de titiller les neurones de son public. Les questions se posent. Des pistes se dessinent. D’autres se ferment. Certains détails remuent. Je me suis un peu retrouvée déboussoler par moments. Néanmoins, le charme agit toujours.

La vie magique se comprend. Le tome termine sur un cliffhanger qui pousse à foncer sur le prochain volet. Difficile de ne pas tomber de son fauteuil. Les émotions sont au rendez-vous. Le coeur est malmené, perturbé et secoué. Accrochez-vous.

L’Assassin royal, tome 6 : La Reine solitaire
Voici donc la fin de la route pour Fitz Chevalerie, et tous les chemins de sa vie semblent aboutir au même endroit : dans cette région désolée au-delà du Royaume des montagnes où vivaient les Anciens, dont le retour devrait sauver les Six Duchés.
Mais si Vérité, le roi légitime, fils de Subtil Loinvoyant, espère le soutien des anciens pour sauver son royaume de la terrible vengeance outrilienne, son frère, Royal, l’usurpateur qui règne d’une main de fer sur les duchés de l’intérieur abandonnant les duchés côtiers aux exactions des pirates rouges, a d’autres plans pour la réalisation desquels il a formé de nombreux clans d’Artiseurs. L’art imparfait de Fitz suffira-t-il à sauver la situation et pourra-t-il sauver son Roi et sa Reine de l’implacable soif de pouvoir de Royal.

 

Robin Hobb a donné vie à un personnage attachant. Fitz est de ces héros qui marquent. Il laisse son empreinte longtemps après la lecture. Même si parfois des nuances grises creusent le charme, les idées innovantes en fantasy qui sont posées sont un délice à suivre.

Le monde de la saga l’assassin royal est fascinant, inégal. A chaque tome, des surprises surviennent. Les pièces se déplacent avec brio tenant en haleine les lecteurs. L’esprit reste captif. Peu importe, les hauts et les bas, la magie est là. La fin se dessine un poil trop rapidement à mon goût. Néanmoins, le cycle trouve le chemin pour faire regretter de terminer l’aventure. L’envie de rester un peu plus avec Fitz et tous les seconds rôles s’installe. Surtout vu comment le sort de certains protagonistes tournent… Chut, je n’en dirai pas plus.

Je referme le premier arc sur un sentiment plaisant.

☙Ma note:☙

?8+/10?

☙Informations:☙

Auteure: Robin Hobb
Editeur : J’ai lu
Collection : J’ai lu Fantasy
Editions de 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.