La tristesse a le sommeil léger- Lorenzo Marone

Critique roman: La tristesse a le sommeil léger de Lorenzo Marone

La tristesse a le sommeil léger est le genre de roman qui percute votre vie comme une évidence. Il renferme des petits riens qui font mouches. Un personnage principal Erri Gargiulo nous met devant une évidence simple et directe, nous courons après bien des désirs, alors que souvent, ce que nous voulons vraiment et ce qui nous convient est là pas loin. Seulement, la vie a ses aléas, ses labyrinthes et ses parcours… Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:


Le temps d’un dîner, Erri Gargiulo se souvient, se raconte et fait un choix décisif pour le reste de son existence… À la fois drôle et subtile, portée par une construction originale et parfaitement maîtrisée, une comédie douce-amère qui brosse le portrait d’un homme et de sa famille, microcosme foisonnant, moderne, recomposé, à l’image de l’Italie du Sud d’aujourd’hui, aussi nostalgique qu’électrique. 

 » Je m’appelle Erri Gargiulo, et je me shoote à l’espoir depuis quarante ans. « 
J’ai commencé à espérer à l’âge de cinq ans, quand je me suis fait l’illusion que mes parents allaient arrêter de se disputer… J’ai espéré que mes frères seraient enlevés par des terroristes, qu’Arianna deviendrait ma petite amie, que Giulia ne pourrait plus se passer de moi, que Matilde m’accueillerait dans son lit, que l’équipe de Naples gagnerait le championnat, que, tôt ou tard, je deviendrais dessinateur de BD. 
En fin de compte, j’ai compris qu’il est faux de dire que l’espoir ne devient jamais réalité. C’est une pure et simple question de probabilités : plus on a de désirs, plus il y a de chances qu’ils se réalisent.

Mon avis:

Lorenzo Marone m’a surprise. Agréablement. Je ne m’attendais pas à tomber dans un roman aussi complexe et drôle à la fois. J’ai adoré le ton de comédie douce amère qui se dégage au fil des chapitres. Il pose avec délicatesse, justesse un regard sur tous les non-dits familiaux. C’est un magnifique récit. Touchant. Bouleversant.

Erri raconte sa vie. Vous vous posez pour la découvrir. Vous apprenez à l’aimer avec ses travers et ses qualités. Ce roi de la passivité prend de plus en plus de place dans la trame. Il en est le centre. L’élément perturbateur déclenche une étincelle. Imparfait, un peu moche, un peu perdu entre une famille brisée, deux pères, le héros emporte dans son sillage.

J’ai eu l’impression de voir un ami se confier, réaliser le poids des non-dits, des yeux fermés. Ses mots nous confient son âme et ses sentiments. Erri devient compréhensible, son besoin de grignoter de l’affection par ci par là se saisit à la perfection. Des indices distillent juste assez de quoi le rendre attachant. Il est celui sur qui on peut compter, celui qui panse les plaies. Mais qui pense à lui?

De chapitre en chapitre, Lorenzo Marone nous raconte une histoire composée de nombreux personnages. Il imbrique de nombreuses vies, beaucoup de souffrances. Les rires se succèdent aux larmes. Le mélange danse dans l’esprit. L’écrivain dresse un portrait réaliste, maîtrisé, très bien construit, lucide d’une vie. L’auteur pousse le lecteur à réflechir sur son passé et son avenir. Il lui donne des cartes, lui montre une voie possible à travers Erri. Un vrai tourbillon d’émotions vous accompagne pendant le voyage.

Sans jamais plomber l’ambiance, sans l’alourdir, la tristesse a le sommeil léger déploie ses ailes. Le récit permet de rencontrer des personnages imparfaits avec un anti-héros émouvant. Le coeur craque et succombe. L’ironie, le ton doux amer, l’humour, le mélange détonne et pose sa marque. Lorenzo Marone donne vie à une histoire dont le héros est imparfait, énervant, attachant, complexe. Une belle rencontre à conserver dans sa bibliothèque pour y revenir les jours de grisaille.

Ma note:

8+/10

Informations:

Auteur: Lorenzo Marone
Editions Belfond
Traduit par Renaud Temperini
384 pages
Sortie : 16 Mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *