Dévisagée – Erin Stewart

Critique roman jeunesse: Dévisagée d’Erin Stewart

Dévisagée emporte dans un tourbillon d’émotions. Attention, le récit apporte son lot de pleurs. Il brise le coeur. Il renverse l’âme. Erin Stewart m’a surprise. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

Tout le monde a des cicatrices, certaines sont juste plus visibles que d’autres.Ava a tout perdu dans l’incendie qui a ravagé sa maison. Ses parents. Sa meilleure amie. Même son visage. Elle n’a pas besoin d’un miroir pour savoir à quoi elle ressemble : la violence du regard des autres suffit. De retour au Lycée, Ava ne pensait pas tenir plus d’une semaine. Jusqu’à ce qu’elle rencontre la piquante Piper, qui porte comme elle des cicatrices, et Asad, technicien du groupe théâtre -qui partagent sa force de caractère et son humour à toute épreuve.

Editions Gallimard Jeunesse

Mon avis:

Ava voit son univers basculé dans l’horreur avec l’incendie de sa maison. Elle y perd tout. Ses parents. Sa meilleure amie. 60% de son corps est brûlé dont son visage. Chaque parcelle de sa peau possède une marque de ce qui a plongé sa vie dans un enfer. Impossible de ne pas voir les cicatrices.

L’adolescence souffre. La perte est immense. Le deuil, l’amitié, ses brûlures, rien ne lui ai épargné. Comme si ce n’était pas assez, le destin lui inflige la méchanceté des autres. Les lycéens la regardent avec une violence qui secoue.

J’ai eu le coeur en miettes face aux attitudes des jeunes, mais pas uniquement eux. La comparaison avec Freddie Kruger m’a bouleversé. J’ai eu envie de protéger Ava. J’ai eu envie d’hurler. J’ai trouvé incroyable l’héroïne. Son cynisme, son humour noir m’ont conquise. C’est une pépite, forte, étincelante, une survivante. Derrière les larmes, ses réflexions, sa manière de réagir font apparaître des rayons arc-en-ciels. Les sourires se mêlent à la tristesse, à la peine.

La vie offre une superbe opportunité d’avancer, de résilience, de se panser ses plaies avec la géniale Piper, victime elle aussi du feu et Asad. Deux petites lueurs qui poussent Ava à évoluer.

Erin Stewart signe un récit cruel, intense, percutant. Les grands brûlés ont une vie brisée. Ils doivent apprendre à vivre avec leurs cicatrices. L’histoire se montre. Le coeur s’entrechoque de mille manières en voyant les réactions des autres. Le jugement d’autrui est pesant, brut, sans fards. L’amitié chasse les nuages et permet de souffler. Le trio d’amis est à tomber. Foncez, même si les larmes seront de la partie.

En bref, Dévisagée remue les tripes. Si vous avez été renversés par Wonder, vous allez rencontrer un autre personnage à la vie aussi intense, aussi touchant. Les mots marquent le coeur avec une justesse terrible. Ils abordent les écorchés du feu d’une manière originale. Erin Stewart possède un style vif, incisif, poignant. Son héroïne est une grande brûlée. Ses cicatrices se voient. Nul ne peut les ignorer. Son parcours impose le respect. Sa destinée aborde le deuil, la résilience, les secondes chances et les pincées d’espoir. Le roman est magnifique, puissant. Prenez garde à prévoir une dose de mouchoirs. L’émotion est au rendez-vous.

Ma note:

9/10

Informations:

  • Titre: Dévisagée
  • Auteur: Erin Stewart
  • Traductrice: Marie Leymarie
  • Éditeur: Gallimard jeunesse
  • Catégorie: young adult/contemporain
  • Nombre de pages: 464
  • Parution: 06/02/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.