Blackbird de Michael Fiegel

Critique roman: Blackbird de Michael Fiegel

Pourquoi j’ai voulu lire Blackbird? Pour son accroche avec sa mention à Léon. Un de mes films favoris cités sur un thriller, comment résister? J’ai craqué. J’ai dévoré le roma, de Michael Fiegel. Ai-je été conquise? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

Tueur professionnel traversant les États-Unis au rythme des missions qui lui sont attribuées, Edison North ne laisse que décombres et corps calcinés sur son passage. Lorsqu’il s’arrête acheter un burger au restaurant du coin, il n’a pas prévu de carnage. La seule raison qui le pousse à commettre un nouveau massacre, c’est la solitude. Ce sentiment qui l’habite et qu’il reconnaît dans le regard d’une petite fille, derrière lui dans la queue. Banale au milieu de la foule, il sait qu’elle mérite mieux. Il la kidnappe alors et disparaît sans laisser de traces.
Loin de devenir pour lui un jouet ou une prisonnière, Christian sera sa protégée. Les années d’apprentissage qui s’ensuivent, les épreuves qu’ils vont rencontrer vont même les rapprocher. Mais dans un commerce comme le leur, quand les sentiments entrent en jeu, les rôles peuvent vite s’inverser et les prédateurs devenir des proies.



☙Mon avis:☙
Sentiment étrange d’être partagée. J’étais fascinée, choquée, déroutée, révoltée, scotchée. Blackbird m’a retournée. L’écriture de Michael Fiegel a le don de frapper en plein coeur. Les mots s’insinuent sous la peau. Ils craquèlent l’âme. Ils tourmentent. Ils tourbillonnent et explosent.

Je ne pensais pas ressentir autant d’émotions avec un récit rempli de suspense. J’avais le palpitant qui fonçait droit dans le murs. Le grand huit version thriller s’est déployé avec forces. Je me suis retrouvée face à un tueur professionnel psychopathe captivant. Edison North marque. J’ai été bluffée. Littéralement.

Mon cerveau pensé à plusieurs allusions cinématographiques et séries en progressant dan sa lecture: Mr Robot, Léon, Misery, American Psycho… Je guettais presque autour de moi de crainte de voir surgir le héros. Des frissons parcouraient ma colonne. La tension est électrique. C’est hallucinant comment les récits peuvent prendre un visage effrayant et passionnant en même temps.

Blackbird montre ce qu’est un méchant, mais aussi un être bon. Il offre une dualité surprenante. Flippante. Edison kidnappe une enfant de huit ans, il la façonne au fil des années. Christian devient son apprenti. J’ai été sur le cul. J’ai dérivé à leurs côtés avec des pics d’humour noir captivants. La violence percute la rétine emportant tout sur son passage. Si vous voulez de la douceur passez votre chemin. C’est brutal, sanglant et crevant. J’ai été lessivée. Dix ans d’une plongée hallucinante. Le ver dans le pomme s’observe, choque. Je le répète, ce n’est pas une aventure pour les anges. La douceur n’a pas sa place.

Je ne peux pas trop vous en dévoiler sous peine de retirer tout le charme particulier de Blackblird. Michael Fiegel signe une histoire hors norme, dérangeante, flippante, un électrochoc percutant et électrisant. Je voulais à tout prix savoir comment tout se terminerait. Je désirais savoir comment les personnages réagiraient aux événements. Je n’ai pas été épargnée. La peur, les doutes, les trahisons et mille autres sentiments se mélangent dans un cocktail brillant. J’ai découvert un thriller surprenant, noir, cruel et original.

☙Ma note:☙

?8/10?

☙Informations:☙

Titre original : Blackbird (2017)
Auteur: Michael Fiegel
Traduit par Fabienne Gondrand |
432 pages
Sortie : 14 Novembre 2018
Editions Pygmalion
Prix: 21,90 euros

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.