Avant j’étais un salaud – Louisa Méonis

Critique: Avant j’étais un salaud de Louisa Méonis

Louisa Méonis a un style pétillant. Je suis fan de Betty Angel. Son nouveau titre était accrocheur. Il a éveillé ma curiosité. M semblait complexe et prometteur. Ai-je succombé? Réponse après le résumé.

Synopsis:

On l’appelle Monsieur M. 
Monsieur M. est beau, riche, puissant et adulé. 
Et c’est le pire enfoiré du monde.
Mais le décès de son père – qu’il détestait – va lui révéler l’existence d’un petit frère, Jacob. Un petit frère qui n’est pas tout à fait comme les autres et dont l’innocence et la simplicité vont l’emmener dans un tout autre monde. Celui de la vraie vie. Un monde où les sentiments existent et sont protégés comme les magnifiques trésors qu’ils sont. Le monde où Monsieur M. pourra peut-être devenir Monsieur Aime. 

Mon avis:

Monsieur M est un connard fini. Un salaud. Un personnage arrogant, sombre, ténèbreux, une vrai tête à claque. Un démon version humaine. Lucifer serait fier du héros de Louisa Méonis. L’envie de lui coller le nez dans la boue s’installe dès la première rencontre. Il est impossible de ne pas s’énerver face à l’énergumène que l’auteure a choisi pour héros.

Avant j’étais un salaud détonne. Le roman sort de l’ordinaire. Il change des écrits habituels de Louisa Méonis. Le héros a la parole. Une fois n’est pas coutume, les pensées masculines se posent sous le regard du lecteur. Son point de vue s’étale au fil des chapitres. L’univers de Monsieur M est pulvérisé en mille morceaux le jour où il apprend le décès de son père. Le même être qui l’a envoyé dans un pensionnat dans son enfance, sans une larme. Son héritage est Jacob. Car M découvre l’existence d’un frère dont il ignorait tout. Une petite bombe qui a son effet.

Sauf que M n’avait pas prévu tous les bouleversements que cette annonce allait créer. Jacob vit dans un institut à San Francisco. Il est différent. J’ai pensé à Rain Man devant la relation qui se tisse entre M et Jacob. Autant vous dire que j’étais en train de fondre… et d’autres ingrédients se sont ajoutés. Je voyais la possibilité de voir M éprouver des sentiments loin de son côté CON fini.

M ne veut pas déposer l’armure. Il refuse de craquer devant Jacob, l’enfant coincé dans le corps d’un adulte. Il refuse de céder aux émotions. La carapace de Salaud se fissure. Elle connait des coups. Elle se voit petit face à sa solitude, à cette armure formée pour éviter de souffrir. L’auteure est douée, elle distille des indices pour être conquise par son héros. J’ai eu envie de le voir heureux.

Comme si Jacob ne suffisait pas. Une deuxième rencontre va taper dans la cuirasse de M. Capucine. La colocataire de Jacob veut protéger ce dernier qu’elle connait depuis des années. Elle s’est pris d’affection pour celui qu’elle considère comme un membre de sa famille. Il est hors de question que M lui brise le coeur.

Jacob est un héros atypique, très touchant, lumineux. Son innocence et son regard sur le monde contrebalancent à la perfection avec la noirceur de M. Les deux frères se complètent.

Le couple de Capucine et M s’avère explosif. Les étincelles fusent sur son passage. Le duo se bouscule, se percute, énerve, titille, fait sourire. Il est savoureux. Détonnant. Cap n’hésite pas à remettre en place M. Elle a du répondant. Impossible de ne pas craquer pour ses deux là, deux êtres improbables réunis pour le plus grand plaisir des lecteurs.

En bref, Avant j’étais un salaud de Louisa Méonis est un vrai tourbillon. Il emporte le coeur dans un ballet surprenant. M est un connard addictif. L’air de rien, un sentiment d’affection se dessine. Le salaud mérite de découvrir ce qu’il cache sous la surface.  Capucine est mordante. Jacob magique. Attention bouleversements et émotions en pagaille au rendez-vous si vous décidez de plonger à la rencontre de tout ce petit monde très touchant que l’auteure réunit. Un vrai bonheur à lireE

Ma note:

9/10

Informations:

Auteure: Louisa Méonis
324 pages
Editeur : Editions Harlequin
Date de parution: 5 juin 2019
Collection : &H
Prix: 15,90 euros
Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *