[Avis] Margin Call de J.C Chandor


Pour survivre à Wall Street, sois le premier, le meilleur ou triche. La dernière nuit d’une équipe de traders, avant le crash. Pour sauver leur peau, un seul moyen : ruiner les autres…

L’argent est un sujet qui captive. The company Men nous avait parlé de la crise économique avec le chômage en thème central, cette année, J.C Chandor nous plonge dans un univers à huis clos à la Wall Street au coeur d’une entreprise pour 24 heures palpitantes. Les prémices de la crise de subprimes de 2008 se dessinent.

Le regard critique de Margin Call sur le monde de la haute finance a le don de tenir en haleine. Il montre des hommes dotés de biens des pouvoirs. Les traders manipulent des sommes incroyables. La monnaie passe entre les mains des banquiers, des courtiers, des assurances, de décisionnaires loin des réalités quotidiennes. Des êtres conscients des crises, regardant les événements et pensant à leur porte-feuille d’actions avant tout. Les comédiens sont remarquables. Un rassemblement impressionnant de stars de talents du petit et grand écran: Kevin Spacey (Comment tuer son Boss ? Usual Suspect), Paul Bettany (Priest), Jeremy Irons (Une journée en enfer, la série Borgia), Zachary Quinto (la série Heroes), Penn Badgley (la série Gossip Girl), Simon Baker (la série Mentalist), Mary McDonnell (la série Battlestar Galactica), Demi Moore (Ghost ou Another Happy Day), Stanley Tucci (Hunger Games)… Dommage que tous les protagonistes ne possèdent

pas le même approfondissement de caractères.

Margin Call est fascinant. Fascinant par son traitement, son histoire. Les requins de la finance s’enrichissent au détriment des autres. Ils règnent en maître. Le réalisateur les présente pour 24h de folie. Le soucis, c’est que cette journée a un rythme inégal. Malgré tout, pour une première oeuvre, le film montre une richesse phénoménal dans son ensemble fluide, passionnant, interrogatif et puissant. Kevin Spacey retire son épingle du jeu. L’acteur campe magistralement le responsable du bureau d’où tout part. Face à lui Demi Moore et les autres se livrent une bataille tenue limite flippant dans leurs combats. Les divers financiers nous donnent l’impression d’être dans la peau de Kevin de voir le drame de la situation et de lutter à travers lui.

3Moop raisons de voir Margin Call:

Un premier film captivant comme tous les premières fois devraient l’être
Passionnante immersion dans le monde de l’économie
Un casting impressionnant

3Moop raisons de fuit Margin Call:
Ennuyeux par moments
Vouloir mettre à la portée de tous, la crise financière s’avère ardue
24 heures intenses au cours d’une entreprise

 

Note: 8/10

Sortie le 2 mai 2012

Distributeur: ARP Sélection

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *