Dark and dangerous love- tome 1- Molly Night

Critique roman Dark Romance: Dark and dangerous love- tome 1 de Molly Night

Au début, j’étais perplexe et dubitative devant la saga de Molly Night. Le côté vampire a attiré mon regard mais le mot wattpad a posé des freins. J’hésite à me lancer à chaque fois pour une lecture de cette plateforme. Je ne sais pas pourquoi, j’ai tendance à éviter de m’y plonger. Peut-être est-ce dû déjà aux choix multiples existants dans le réseau traditionnel? Ou la lecture par chapitre. Dans tous les cas, je lis rarement les écrits qui en découlent. Indemne pour la Dark Romance. J’ai tenté l’aventure en pensant les exceptions réservent parfois des surprises étonnantes…

☙Synopsis:☙

Les âmes soeurs sont-elles immortelles ?

2 438. La Terre est dominée par les vampires et les humains ne sont rien d’autre qu’objets de plaisir et nourriture pour les immortels. Le plus vieux et le plus puissant d’entre eux, Atticus, est le roi de ce nouvel ordre mondial.

Issue d’une famille de notables humains, Evelyn Blackburn souhaitait une vie simple auprès de l’homme qu’elle aime, Ethan. Malheureusement le destin en décide autrement. Pourtant réputé sans coeur ni compassion, le souverain Atticus tombe fou amoureux de cette jeune humaine et exige qu’elle vienne vivre avec lui au palais. À 18 ans, Evelyn devra quitter sa famille et ses amis pour vivre aux côtés du roi. Éprise de liberté et rebutée par les vampires, elle a bien du mal à accepter ce qui lui est imposé.

Comment échapper à la créature la plus puissante sur Terre ? Evelyn trouvera un soutien inattendu en la personne de Lord Hansel, vampire aux yeux verts, qui s’avère être l’un des plus proches amis du roi Atticus.

☙Mon avis:☙
Les Vampires, je les ai connu adolescente à travers les contes, les mythes et des nombreux romans en tout genre. Je suis loin de la génération de celle qui les a apprivoisé avec Twilight et ses Cullen de Stephenie Meyer ou autres oeuvres. J’ai plongé avec Bram Stoker, Anne Rice, Coleridge , La Fanu, Goethe… J’ai connu des images des créatures de la nuit plus sombre, plus noire, qui ont su me captiver, me passionner malgré les ombres très négatives et leur peu d’humanité. Je voulais du vampire de ce type. Et je l’ai eu.

Attention… article un peu long pour expliquer des points abordés et mon ressenti. Dark and Dangerous nécessite de développer sa pensée.

Molly Night se détache de la vision du vampire offerte dans la littérature ses dernières années. Ne cherchez pas une version plus soft comme dans Twilight, Vampire Academy (Richelle Mead), Journal d’un vampire (L.J Smith), le cran est au-dessus avec Eric et sa clique dans True Blood (Charlaine Harris), Les vampires de Manhattan (Melissa de La Cruz) ou encore Comment se débarrasser d’un vampire amoureux (Beth Fantaskey)... Pour n’en citer que quelques uns. J’ai apprécié de retrouver ce côté perverti, cruel, monstrueux mais terriblement magnétique du vampire. A mes yeux, c’est cette essence qui les rend passionnant. Les buveurs de sang ne sont pas des anges, ils sont bruts, ténébreux, violents, sombres, horribles, séducteurs, charmeurs et j’en passe. Ils sont loin d’être des enfants de choeur. Si vous voulez une romance douce, tendre, vous n’avez pas tiré le bon lot. Et je ne cherchais pas cela en lisant Dark and Dangerous. Je voulais des émotions, des frissons, toucher du doigt un univers avec des êtres sanguinaires. Je ne souhaitaispas un énième Edward Cullen. Non, je voulais un Lestat, un Azzo, un Dracula… J’ai été servie.

Je suis passée outre que Dark and Dangerous est à la base une fanfiction sur deux membres des One Direction. Je n’ai pas vu les rapprochements. (Bon, je suis loin d’être le public de base des musiciens, alors si j’avais pas lu la référence, j’aurai rien souligné, mais je le note si jamais pour les curieux). Molly Night écrit une Dark Romance. Je devrais le noter en gros, en rouge, en version XXL. Car la Dark Romance n’est pas une romance simple, mignonne, gentille et adorable. Non, la Dark Romance contient des tortures, des abus physiques et/ou morales, des mauvais tournants et bien d’autres choses.

Dark and Dangerous est une Dark Romance. Les mots n’hésitent pas à décrire des scènes insoutenables, à montrer l’indescriptible, à détailler des événements, à retourner le lecteur. Ils sont agressifs, cruels, extrêmes. Vous êtes loin d’une romance à la Twilight. Très loin. L’héroïne subit mille maux. Elle n’est pas épargnée. Ni le public. Difficile de rester de marbre, difficile de ne pas réagir ou d’hurler ou d’être retournée. Les émotions s’entrechoquent. Le coeur se serre. De nombreuses violences sexuelles se couchent sur le papier dans ce tome. Il vaut mieux savoir dans quoi nous nous lançons avant de partir à la rencontre d’Evelyn, Atticus, Hansel et tous les autres. Au dos de l’ouvrage, il est clairement préciser le genre.

Humain et vampire sont deux mondes opposés. Les premiers sont devenus les esclaves des seconds. Un garde manger sur pied, à de rares exceptions, dès les premières pages, le ton est donné. Rien ne sera agréable et facile. Au contraire, la route sera piquante et impitoyable. Les bases se posent. Les deux univers se rencontrent à travers Evelyn et Atticus. J’ai aimé les promesses contenues. Les pistes proposées, moins le rendu par moments. Et j’avoue que j’ai eu un pincement sur les prénoms, ils ne collent pas tous ensemble. (Atticus par contre, j’adore, sincèrement, il fait impérieux, intemporel, ancien, comme son porteur).

Evelyne est malmenée. Son âme pure, innocente charme le Roi Atticus. Elle le séduit irrémédiablement. Elle le pousse à réagir de manières qui révoltent, révulsent et poussent dans ses retranchements le lecteur. Obligée à aller vivre au palais, à avoir des relations sexuelles… les agressions prennent divers visages. Elles remuent toutes. L’héroïne et son entourage trouvent des excuses. Atticus est dépeint comme un monstre, un être froid, peu bavard. Par certains points, il m’a fait pensé à Dracula ou au chevalier Azzo, il voue une haine pour les humains qui transpire par tous les pores. Et son attirance pour une jeune humaine, le trouble. D’un autre côté, le souverain a un part de Lestat en lui, il réfléchit rarement aux conséquences de ses actes, il apprend fort peu de leçons de sa non-vie, il prend ce qu’il désire comme il le désire. Quitte à se passer du consentement de sa victime, le viol est immonde. Le héros satisfait ses désirs sans se soucier de celle qu’il semble aimer.

Un vampire peut-il aimer comme un humain? Un vampire n’est-il pas par définition un être hors norme? hors convention? Ses réactions ne sont pas belles, bonnes. Elles sont sa nature. Elles ne s’excusent pas. Elles ne se pardonnent pas. Il existe bien des romans dans lesquels les « proies » du vampire subissent le même traitement. Certaines finissent même amoureuses, en couple… Molly Night n’invente rien. L’auteure met au goût du jour les bases qui étaient déjà là, tapie derrière les images plus young adult, plus vampire de pacotille des dernières années. Elle lève un voile. L’auteure propose des sensations qui sortent du sentier. Un vampire fait sa loi. Il suit sa propre destinée. Son âme n’est plus. Il est mort sous toutes les formes. Et la violence d’Atticus apparaît comme son moyen de communiquer face aux émotions que la jeune femme fait naître en lui. Je ne la valide pas. Loin de là…. je me dis juste que la nature du personnage prête à porter davantage à ce type d’actes. Son arrogance au héros, ses actes, ses rebellions, me feraient presque penser que c’est son système de communication, son écho pour montrer sa douleur et le poids des années loin de son humanité. L’immortalité a un prix.

Evelyn a le caractère doux, ce regard sur le premier amour qui fait mouche et marque le coeur. Elle est lumineuse. C’est la rédemption, l’étincelle pour donner un sens à ses années de non-vie d’Atticus. Elle plait à tout le monde. Même Hansel (il m’intrigue, un Louis en puissance, vous savez celui d’Anne Rice), le meilleur ami du Roi, craque pour la demoiselle. Son aura se détache du lot. Elle n’hésite pas à se sacrifier pour le bien de ceux qu’elle aime. Peu importe le prix à payer, si ils sont libres, sains et saufs. Molly Night réussit à donner vie à des caractères qui ont tous ce petit truc en plus qui passent ou qui cassent. Certains sont purement détestables, d’autres attirent irrémédiablement le regard et le conservent. Comme Nora la soeur qui est une horreur ou Venis qui m’a fait penser à Camilla. Les sentiments se teintent de couleurs infinies. Pour toutes ses raisons, j’ai terminé ma lecture avec une palette d’émotions détonnante. Je suis ferrée. J’ai envie de savoir où toute l’histoire nous mène. Chapeau Molly Night. Chapeau, je ne partais pas dans les favoris.

Molly Night a une écriture passionnante, fluide, addictive. La jeunesse du style se ressent parfois. Quelques passages sont imparfaits, néanmoins, une certaine magie opère. La trame est bien pensée. Elle montre une dualité vampire/humain construite, intéressante. Je n’ai pas vu les pages défilées. J’ai plongé. J’ai été captivée. J’ai aimé suivre les personnages. Même si je n’ai pas accroché à tous. Par exemple, Ethan, trop lisse, trop gentil, trop calme, trop parfait. Rhaaa, je l’ai trouvé fade au possible. D’accord, il est le coup de coeur, la douceur, l’amour d’Evelyn, mais non. Non. Non. Au risque de paraître horrible, j’ai accroché à Atticus. Il est le méchant savoureux, étonnant que j’attendais. Il me fascine étrangement. Je suis très curieuse de lire la suite. 

A savoir, Molly Night est arrivée en Angleterre avec sa mère à dix ans, d’origine chinoise, elle a appris l’anglais avec un dictionnaire. Elle souhaitait lire les romans Twilight. Rapidement son imaginaire a pris le relais et ouvert la voie vers l’écriture.

☙Ma note:☙

🌟8/10🌟

☙Informations:☙

Auteure: Molly Night
Traductrice: Marie-christine Tricottet
320 pages
Editeur : Hugo Roman
Dark Romance
Date de parution: 22 mars 2018
Prix: 17 euros

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

4 commentaires sur “Dark and dangerous love- tome 1- Molly Night

  1. C’est un roman que j’hésite vraiment à lire.. En lisant certaines chroniques, je me dis que non, je ne le lirais jamais et puis d’autres avis me font longtemps hésité du coup je pense que je le lirais si j’en ai l’occasion mais ce n’est pas une priorité !

    1. Si tu es prévenue et le roman l’annonce clairement c’est de la Dark romance, tu sais à quoi t’attendre. Après ça passe ou ça casse comme d’autres écrits. Moi, ça l’a fait. Tu me diras si tu le lis.

  2. J’avoue que ça m’amuse cette histoire de fan fiction car je ne me sens pas proche des jeunes One direction ;-)
    C’est vrai que la comparaison avec « Twilight » aurait tendance à induire en erreur car, comme tu le dis, ça n’a rien à voir ;-)
    J’adore le prénom d’Atticus moi aussi (il a quelque chose de royal !)
    Je suis contente de lire ton avis. Je pense que lire le ressenti d’autres lectrices et la « digestion » de la lecture du 1er tome vont me faire aborder vraiment différemment le tome 2 car je ne situais pas encore bien ce qu’était précisément la Dark romance ;-)
    Tu transmets bien ton enthousiasme.
    Vivement la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *