[Avis] Tad l’explorateur : A la recherche de la Cité perdue (Las Aventuras de Tadeo Jones)

Synopsis:

Suite à un quiproquo, Tad, ouvrier distrait, est pris par erreur pour un célèbre archéologue et envoyé en mission au Pérou. Avec l’aide de Jeff, son chien fidèle, d’un professeur intrépide, d’un perroquet muet et d’une charmante jeune femme, il tentera de défendre la Cité Perdue des Incas contre l’assaut d’une redoutable bande de chasseurs de trésors…

Tad l'explorateur - A la recherche de la Cité perdue - affiche

Mon avis:

Tad est un film d’animation magnifique. Il s’avère être une excellente surprise. Il a tout pour séduire petits et grands spectateurs. La projection a été un pur régal pour les Moopys comme pour moi.

L’idée d’évoquer aux parents et aux grands enfants des personnages cultes comme Indiana Jones ou Alan Quaterman fait mouche. Je suis restée accroché à Tad tout le long avec délice. Le dessin animé espagnol est rempli de clins d’oeil, d’astuces et de petites touches qui donnent envie de devenir un aventurier avec un fouet, un chapeau, de courir à la découverte des civilisations disparues comme les Mayas.

Les mécanismes protecteurs de cités secrètes, les boules en feu qui manquent d’écraser les héros, de planchers qui se dérobent, les amulettes, les énigmes remettent en mémoire les Indiana Jones mais pas que. Le film captive l’attention. Les parents, fans du genre ou non, seront embarqué pour un voyage savoureux. Les petits adoreront les doux frissons de peur, l’amitié, et l’amour qui prennent vie en image devant leurs yeux ébahis. Le héros est maladroit, imparfait, un peu un Pierre Richard de l’archéologie. Il est menteur, doux rêveur, il est une véritable bouffée de tendresse à lui tout seul. Tad est lamentable dans son faux métier, comme dans ses techniques de drague envers la fille du chercheur réputé Sara Lavrof. Seulement, c’est tout son charme, le côté naïf, le rend attachant en diable.

Tad l'explorateur - A la recherche de la Cité perdue - photo Sara Belzoni Tad

Tad a un côté frayeur avec ses monstres. Car l’histoire touche du doigt la peur des momie. Tad en a horreur. La petite allusion à sa phobie est drôle, piquante et croustillante, elle a un côté irrationnel comme les peurs d’enfants. Un pan des tendres années montre qu’une publicité l’effrayait petit du haut de ses 7/10 ans. Le slogan rappelle la crise immobilière espagnole actuelle, car elle indiquait : « ne vous laissez pas momifier par votre emprunt immobilier ». Les grands souriront. Les petits trembleront un peu. La mise en scène file les frissons aux moins de 6 ans. Une version nettement plus soft des Momies que dans l’étrange pouvoir de Norman. 

Tad l'explorateur - A la recherche de la Cité perdue - photo Tad, Jeff et Sara
Tad, Jeff et Sara à la recherche du trésor enfoui

Pour une fois, Tad a tout du anti-héros. Son physique ressemble à celui d’un nounous, à la bonne bouille ronde, il a l’air innocent, sympathique et avenant. Ce n’est pas le beau gosses intelligent, cultivé. Il compense par un coeur immense. Le jeune homme triche sur sa vraie fonction. Il se fait passer pour un personnage qu’il n’est pas. Et alors? Tad s’accroche à son rêve d’une manière incroyablement séduisante. A ses côtés, son acolyte un chien nommé Jeff, un accro aux cookies, à la nourriture en général, un tantinet idiot pour un quatre pattes régi par son estomac. Les scènes de duel avec le perroquet muet Belzoni de Sara sont hilarantes. Le volatile est intelligent, drôle, roublard, et ses panneaux sont à mourir de rire. Dans les autres personnages, le péruvien Freddy marquera les esprits. L’homme planque un tel ramassis d’objets sous son poncho que Marry Poppins a de la concurrence.

Les protagonistes accompagnent les enfants dans une aventure succulente, dynamique pour fuir le méchant. Ce dernier se devine assez facilement. Chut les grands. Et les apparences sont trompeuses, les Momies ne sont pas forcément les plus horribles des créatures. Tad l’explorateur : A la recherche de la Cité perdue offre un Indiana Jones animé pour les vacances de Pâques, foncez à la courses aux trésors enfouis avec le sourire. L’animation est comique, le divertissement est au rendez-vous avec une dose d’aventure, de peur, de sourires et de rêves.

Je vous laisse, mon kit d’archéologue m’attend.

Ma note: 8/10

Moopy approuved: note de Deuze 6 ans 9/10

Sortie: 17 avril 2013 / Distributeur: StudioCanal / Genre: Animation , Aventure , Comédie

A partir de 6 ans (les momies sont un peu effrayantes pour les plus petits)

Plus d’informations: (source Allociné) 

Destinée d’un personnage

Avant Tad l’explorateur : A la recherche de la Cité perdue, Enrique Gato avait déjà réalisé deux courts métrages d’animation mettant en scène le personnage de Tad : Tadeo Jones, en 2006, et Tadeo Jones and the basement of doom (Tadeo Jones et le sous-sol maudit), en 2007, le second étant plus ambitieux.

Ebauche d’un hérosDepuis la création du personnage de Tadeo Jones en 2004, ce dernier a évolué. A l’origine, il incarnait une parodie d’Indiana Jones. Depuis 2004, Tad a acquis une personnalité plus définie, ainsi qu’un environnement plus précis qui lui est spécifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *