[Avis] L’Étrange pouvoir de Norman (ParaNorman)

Coraline m’avait marqué. Une adaptation d’un roman que j’adore de Neil Gaiman, je ne pouvais pas passer à côté de Paranorman. Cette fois ci, le studio Laïka signe un deuxième film d’animation en stop motion avec un jeune garçon pas comme les autres en héros principal. Du haut de ses 11 ans, Norman est attendrissant, courageux, mignon avec un je ne sais quoi d’un autre monde. Son design reflète l’isolation subit par le personnage. L’étrange pouvoir de Norman m’a littéralement séduite.

Théâtre de L’ÉTRANGE POUVOIR DE NORMAN, Blithe Hollow est une petite ville de province de la Nouvelle Angleterre, exploitant au mieux son statut de site historique, théâtre d’une chasse aux sorcières notoire, 300 ans auparavant.

Norman Babcock passe la plupart de ses journées à étudier les subtilités des films d’horreur et les rituels des fantômes. Il s’avère que Norman a le don de voir et de parler aux morts, notamment sa grand-mère. Il les préfère, la plupart du temps, à la compagnie orageuse de son père , lunaire de sa mère, ou encore complètement superficielle de sa sœur Courtney.

Au collège, Norman essuie les brimades d’Alvin, se confie au très collant Neil, et fait de son mieux pour rester concentré pendant les cours de son professeur de théâtre, la truculente Mrs. Henscher. Il est soudainement contacté par son oncle, l’extravagant Prenderghast…

La plongée dans l’univers de Norman s’effectue en douceur. La photographie est sublime. J’en suis restée émerveillée. L’ambiance se formant sous les yeux du spectateur a un côté nostalgique des vieilles séries comme les Contes de la Crypte, gothique à souhait. J’aime. Lors de l’apparition du mini van violet, le beau gosse, la soeur, j’ai pensé à Scooby Doo. Pour la noirceur, j’ai revu L’étrange Noël de Monsieur Jack. Les ressemblances s’arrêtent là. Les pointes d’humour, les enquêtes loufoques d’Hanna Barbera ou les chansons de Disney cèdent la place à un bande gentiment hétéroclite et à des zombies. L’animation s’adresse davantage à un public de plus de 10 ans qu’aux plus jeunes.

C’est mon petit avis de maman, plusieurs scènes sont assez remarquables au niveau émotions fortes, les plus jeunes risquent d’être un peu effrayés. Scènes des visites de fantômes ou zombie entre autres choses, je reste vague pour ne pas vous priver du plaisir de la découverte. Je conseillerai pour ma part, Paranorman dès 10 ans. Après à vous de voir selon votre modèle réduit de poussin. Je me base sur la sensibilité des enfants autour de moi dont mes 3 spécimens de 3 à 7 ans. Je préfère vous prévenir avant d’entendre que votre miniature de 5 ans a hurlé de terreur. Le titre en version française est tentateur pour les petits ainsi que l’affiche. Seulement, le conte pour enfants est loin d’être sans frissons.

L’étrange pouvoir de Norman est un récit pour adulte avec une trame sombre dure et magnifiquement narrée. J’ai eu en tête les récits de La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires. L’esprit noir demeure. Aux premiers abords, Norman semble familial avec son aspect et sa frimousse. Un film pour se faire peur en tribu. Faux, et pourtant, j’ai eu un coup de coeur. Norman m’a plu avec son potentiel, sa coupe de cheveux étrange, son air triste, sa particularité. Voir et parler aux morts, qui croirez un tel aveu? Qui ne vous prendrez pas pour un dingue? Le poids de ce pouvoir se révèle comme un fardeau pas forcément gérable facilement au quotidien. Le héros s’auto marginalise pour se protéger des réactions des autres. Il se défend des vivants et des blessures en s’excluant. Jusqu’à cette rencontre, cette personne insistante: un petit môme grassouillet roux hilarant et courageux dans son style. J’ai aimé leur échange: Norman »J’aime être seul. » Réponse « Moi aussi, nous pouvons l’être à deux ». En gros, je me souviens plus des mots exacts, mais j’ai trouvé ça adorable.

Dur d’être un enfant hors du commun, dur de ne pas être un petit « normal » sans pouvoir sans surpoids. Dur de supporter les brimades, le regard des autres de sa famille notamment. Les rapports entre Norman et ses parents son père et sa soeur sont tendus. Le traitement des relations est touchant. Norman partage avec Coraline cet aspect effrayant dans leur réalité. Ils sont un visage ouvert au monde des craintes de l’homme. Ils portent tous deux le poids du monde sur leurs frêles épaules. Norman sous son petit air de s’en moquer est comme les enfants (les miens et les autres) il se créé une carapace, prend un air de grand pour avancer.

Le ton adulte se pose simplement sans effets lourds. L’histoire est mature. Plusieurs moments se montrent angoissants. J’ai sursauté au fond de mon siège. J’ai souri et j’ai eu envie d’avoir un petit Norman de 11 ans à la maison. J’ai eu envie de le serrer fort fort dans mes bras. D’être la personne qui lui montrerait que tout le monde n’est pas méchant dans le monde. J’ai eu envie d’avoir l’espoir que mes enfants se sortirait aussi bien de telles aventures. Car, au fond, L’étrange pouvoir de Norman pose d’excellentes questions sur la différence et le comportement des adultes, adolescents et enfants face à elle. La tendresse qui se dégage du film m’a surprise. Elle m’a prise dans ses bras, cette tristesse infinie dans le regard de Norman, cette lueur d’espoir avec Neil et son amitié.

Paranorman est une perle, un bijou qui m’a donné envie de découvrir la version de Frankenweenie qui sort pour Halloween. Oui, j’ai pas l’air, par moments, je suis aussi impatiente que les Moopys. L’atmosphère inquiétante donne naissance à un conte pour adulte fans des films d’horreurs des années 80. La 3D permet une immersion un peu plus cocon dans le film comme si nous devenions une part du récit. L’étrange pouvoir de Norman se pare de cette atmosphère de douce peur, de frisson, de sentiment qui donne envie de retrouver les sensations des premières lectures horrifiques pour ma part. Un conseil, restez jusqu’à la fin du générique. Hâte de la revoir en version française, en version originale j’ai adoré les voix. Oh, et la musique, elle est divine, collant parfaitement aux images et aux aventures. De quoi vous passer un moment très agréable pendant 1H27. Surfons sur la vague des zombies tout en se méfiant des apparences.

Note: 9/10

3 Moop raisons de voir Paranorman:

  • Norman est un ode à la différence entre Coraline et les Contes de la Crypte
  • Pour les relations face à un enfant particulier qui croient aux zombies, aux sorcières
  • Pour le design, l’histoire, la musique.

Sortie le 22 août 2012 en 2D et 3D. Distribué par Universal Pictures.

Réalisateurs:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *