[Avis] Minuscule – La vallée des fourmis perdues

La série Minuscule est une des préférées à Moopyland. Du plus grand au plus petit, les aventures des petits insectes a su mettre tout le monde d’accord. Pour ceux qui ne connaissent pas c’est des mini courts charmants et plaisants sans paroles si nous ne comptons pas les « langages » des bestioles. Ici, pas de voix off, pas de longs discours, les images et les insectes s’expriment au-delà des mots.

La poésie qui se dégage des images est irrésistible. Les protagonistes sont transplantés dans des décors réels, des champs, des cours d’eau, des campagnes… L’idée de retrouver la tendresse, la magie des courts sur grand écran nous tenaillait. Nous avons eu la joie de retrouver l’essence magique dans un long récit. Les petites histoires laissent place à un grand roman. L’amusement est toujours présent. Oublier les épisodes des deux saisons de la série, Minuscule la vallée des fourmis s’affranchit et vit sa propre aventure. Accrochez vous et apprêtez vous à vivre de folles aventures avec une coccinelle et des fourmis.

Synopsis:

Dans une paisible forêt, les reliefs d’un pique-nique déclenchent une guerre sans merci entre deux bandes rivales de fourmis convoitant le même butin: une boîte de sucres! C’est dans cette tourmente qu’une jeune coccinelle va se lier d’amitié avec une fourmi noire et l’aider à sauver son peuple des terribles fourmis rouges…

La petite héroïne rouge à pois noirs nous emmène dans un parcours initiatique. Le ton se pare d’une multitude d’émotions, doux, tendre, périlleux, un tantinet sarcastique par moments, dure et cruel à d’autres. La coccinelle nous prend son aile et nous emmène à travers des amitiés improbables, des rencontres bouleversantes, des dangers au delà de son champs. Les mouches sont odieusement méchantes, elles maltraitent notre courageuse cocci. Le coeur bat la chamade. Pendant 1H30, l’intensité du récit se dévoile au fur à mesure. Des styles proches de Tim Burton, de Spielberg avec une somptueuse course poursuite mouches/coccinelle digne de Star Wars.

Les insectes sont magnifiques tout comme les décors. Les yeux et les oreilles se délectent du spectacle. C’est beau, c’est somptueux. Minuscule s’ouvre à un public large pas uniquement familial. Il ravit petits et grands. Les insectes semblent prêts à sortir de l’écran pour vivre leur aventure. La 3D est judicieusement incrustée. Elle accentue les émotions, les tensions. Minuscule: la vallée des fourmies perdues s’avère drôle, tendue, merveilleux, passionnant et fourmibable.

Note:

9/10

Informations:

Sortie: 29 janvier 2014 / Distributeur: / Genre: Animation , Aventure , Famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *