[Avis en Série] Reign : le destin d’une reine saison 1 et 2

Synopsis:
1557. Après avoir passé plusieurs années dans un couvent sur le Mont St Michel, Marie Stuart, 15 ans, Reine d’Ecosse depuis la mort de son père alors qu’elle n’avait que six jours, fait son entrée à la Cour de France où son futur mari, le Prince François, l’attend. Accompagnée de ses meilleures amies, Kenna, Greer, Aillie et Lola, qui sont aussi ses sujets, elle est bien décidée à embrasser sa destinée. Cependant, elle découvre que sa vie est constamment en danger : on essaie d’abord de l’empoisonner, puis de la violer. Des forces obscures et mystérieuses semblent même l’entourer…

Mon avis Saison 1 et 2:
En zappant sur 6ter, je suis tombée sur Reign. Suivre le destin de Marie Stuart m’a séduite. La jeuen fille du haut de ses 15 ans est à peine sortie de l’adolescence. LEs responsabilités lui écrasent déjà lourdement les épaules. Les événements ne sont pas simples à surmonter sur tous les plans: politique ou sentimentale. Rien n’est simple. Ajoutez à cela, des forces surnaturelles qui guettent dans l’ombre, tous les ingrédients pour avoir une existence loin d’être de tout repos.

Reign -- Image: RE01_KEYGroup1 -- Pictured (L-R): Toby Regbo as Prince Francis, Adelaide Kane as Mary, Queen of Scots, and Torrance Coombs as Bash – Photo: Mathieu Young/The CW -- © 2013 The CW Network, LLC. All rights reserved.
Reign — Image: RE01_KEYGroup1 — Pictured (L-R): Toby Regbo as Prince Francis, Adelaide Kane as Mary, Queen of Scots, and Torrance Coombs as Bash – Photo: Mathieu Young/The CW — © 2013 The CW Network, LLC. All rights reserved.

L’univers de la cour du roi de France avec une Reine accro aux prémonitions de Nostradamus rend l’ensemble séduisant, mystérieux et captivant. J’ai beaucoup aimé ce fantôme qui hante les couloirs, se cache et se voile le visage. Qui est-il? Quel sombre secret renferme le château?

J’ai souri en voyant les entorses des scénaristes à l’Histoire, les chemins se détournent, se complexifient et emportent les spectateurs vers d’autres lieux en gardant des personnages clés, en ajoutant des thèmes, des faits… Les guerres de religion, l’alliance contre l’Angleterre, la mort du roi Henri sont respectés, d’autres actions sont un grand détournement. La sauce prend. Elle attirera un jeune public.

Laurie McCarthy et son équipe parviennent à donner vie à univers passionnant. Entre les protagonistes, les conflits, les amours, les codes d’hier et d’aujourd’hui se mélangent savamment. La trame marque des points, tient en haleine. L’impression d’avoir un Gossip Girl décalé parti dans un siècle plus ancien s’installe petit à petit au gré des épisodes.

Le langage contient des mots très encrés au XVIème siècle, tout en offrant un ton moderne. J’ai eu un gros coup de coeur pour les costumes de Meredith Markworth-Pollack. Le style se modernisent, créant un monde alliant ancien et nouveau. Les pourpoints, justaucorps, fraises et robes de la Renaissance prennent un nouvelle forme. Loin des clichés habituels. J’ai eu parfois du mal. Surtout au niveau des tenues féminines, un peu trop ère du temps à mille lieues de là. Pourtant, je me suis laissée entraîner. J’ai admiré les toilettes. Retenue mon attention sur des costumes précis. Au niveau des tonalités, la musique de Trevor Morris mêle baroque et les chansons pop actuelle. Détonnant pour les oreilles. Déstabilisant de voir le son moderne à chaque moment romantique. Pourquoi ce choix?

La saison 1 se penche sur les liens matrimoniaux des futurs souverains: Marie et Francis, le Dauphin (futur Francis II). L’alliance a été conclue il y a longtemps quand ils étaient encore tout petit. Comme souvent à cette époque. Le mariage devait rapprocher les deux pays alliés: l’Écosse et la France. Marie découvre à son arrivée à la cour une réalité qu’elle ignorait. Elle sera confronté au fait qu’elle ne connait pas vraiment son futur époux. C’est la saison des rencontre avec ses beaux-parents, son beau-frère le bâtard de Henri II et Diane de Poitiers: Sébastien (un de mes personnages favoris). (Historiquement, il n’existe pas, ne cherchez pas la cohérence). Il est le tentateur de Marie. Séduisant, cultivé… Le pêché à portée de mains. Les amours s’entrelacent à la vie politique. Brillamment par moments, décevants à d’autres.

Les combats se jouent sur divers terrains à la cour. Tous les coups sont permis. Le surnaturel se pointe étrangement. Ma petite déception a été le tournant d’une idée qui aurait pu être superbe. Les demoiselles autour de Marie: Kenna, Greer, Aillie et Lola parlent sans cesse de vertu. Et elles la cèdent comme si de rien n’était. Sourcils levés au ciel, vu comment c’est amené. Faut attendre le mariage et paf, Kenna l’une des amies succombe au roi. (exemple). Le cul fait vendre même sous la Renaissance. (Faut aguicher le chaland ma bonne dame)

Reign- Marie Stuart et ses amies

La saison 2 tire un trait sur le fantastique. Exit, comme si c’était une bourde. C’est assez déstabilisant au départ. Pourquoi avoir posé le personnage de Clarissa pour l’évincer ainsi? Nostradamus, le fantôme et les forces du mal qui sévissent dans la forêt subissent une purge au compte gouttes. (Faut pas traumatiser le spectateur à trop couper net…) Dommage, j’avais apprécié le tout. Dans un sens, ça permet, de se focaliser davantage sur les conflits et les trames amoureuses des personnages principaux. Marie revient sur le devant de la scène. Personnage complexe, intense et captivant. Marie et Francis gagnent en politique ce qu’ils perdent dans leur intimité. Leur mariage tourne parfois à la franche mascarade. Les sentiments sont là, ils donnent simplement l’impression de trop s’aimer ou de ne pas savoir vraiment comment se montrer leur affection. J’ai du mal avec leur relation. Je suis plus attirée par les amies de Marie, leur histoire que celle de la Reine. Dommage. L’arrivée de Henri de Navarre, rebaptisé Antoine – pour le démarquer de Louis son frère- apporte une note tragique accentuant les tensions religieuses. (Mon cerveau crie couper leur la tête tel la Reine de Coeur… C’est horrible…) Protestants et catholiques ne sont pas en bons termes. Les événements ne les améliorent pas. Les alliances se jouent, se nouent, se défont. Rien n’est définitif.

Visuellement, les deux saisons s’avèrent magnifiques. Un vrai régal pour les yeux, entre les décors, les accessoires, les costumes, tout se pose pour ravir la vue. Les fantaisies prises par les scénaristes ont tendance parfois à surprendre, en bien ou en mal. L’assemblage change pour une série historique.

Reign repose essentiellement sur son trio Marie, Francis, et Sébastien. C’est fascinant dans un sens de les voir évoluer. La menace d’un triangle amoureux demeure (enfin le triangle amoureux il se bidonne dans son coin vu le nombre de protagonistes tiers dans son périmètre. C’est plus un triangle mais une figure à x côtés de géométrie… Le jeu deviendrait presque qui couche avec qui? Ou plutôt qui n’a pas craqué sur qui… On en perdrait presque son latin entre tous les secrets d’alcôves ) . Je suis curieuse de voir la suite malgré les défauts, les qualités ont pris le dessus. Au programme de chaque épisode: amours, intrigues, trahisons, liaisons -de quoi ravir un public large si il passe sur les incohérences de l’histoire avec un grand H. Pourquoi j’ai tenu les 2 saisons? J’avoue la série a un petit côté addictif, détente et qui titille la curiosité.

Ps: pour lier la saison 1 et 2, un roman Reign est sorti intitulé la Prophétie. Si jamais vous êtes curieux.

Ma note:

7/10

Informations:
Série créée par: Laurie McCarthy, Stephanie Sengupta (2013)
Casting: Adelaide Kane, Megan Follows, Torrance Coombs
Nationalité Américaine
Genre Drame, Historique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *