[Avis en série] Lost Girl saison 1

Lost Girl est l’une des séries que j’ai inclus dans mon challenge séries. J’ai profité de la diffusion de la saison 1 sur la chaîne numéro 23. J’ai enregistré les épisodes pour me faire des soirée en tête à tête avec Anna Silk. -Je suis tombée raide dingue de cette actrice, en succube elle m’a totalement séduite. -La saison 1 est terminé, j’attends un peu pour la deuxième.

Histoire:

Bo est une jeune femme pas comme les autres. Dotée de pouvoirs surnaturels, elle se nourrit de l’énergie sexuelle des humains ! Avec « Lost Girl », plongez dans un univers sulfureux où la vérité n’est jamais là où on l’attend.

Bo est une jeune « succube » qui s’ignore. Elevée par des parents adoptifs humains dans la complète ignorance des traditions de son peuple, les Fae, Bo a la particularité de se nourrir de l’énergie sexuelle des mortels. Quand elle découvre sa vraie nature et l’existence d’une communauté secrète dont elle est issue, la jeune femme préfère garder son indépendance, refusant de se plier aux règles de ce monde composé de deux clans rivaux. Alors qu’elle apprend encore à maîtriser ses instincts meurtriers, notre héroïne peut compter sur son amie Kenzi pour l’aider à s’adapter au mode de vie des humains. Ensemble, elles tentent de voler au secours de la veuve et de l’orphelin.

Bo ne perd pas pour autant de vue son objectif : découvrir le secret de ses origines.

Mon avis:

Alors, soyons francs, voulez vous? Lost Girl n’est pas la plus originale des séries. Le TRUC? Elle fait du gringue à un environnement que j’affectionne l’urban fantasy (nota bene en gros pour le petit du fond : des enquêtes sur fond surnaturel -actes commis la plupart du temps par des créatures non-humaines dans une paysage urbain et rempli de magie). Loin d’être parfaite. Seulement, j’ai pris un énorme plaisir à découvrir la saison 1. Faute à ses protagonistes.

Le point fort de la série, repose à mes yeux sur son héroïne succube Bo interprétée par Anna Silk. Elle se nourrit du désir d’autrui. La tension sexuelle autour d’elle atteint vite son apogée. L’actrice dégage une chaleur et un sex-appeal assez foudroyant et irradie d’une beauté surnaturelle. La jeune femme est forte, indépendante, elle possède un panel de pouvoirs qui n’a pas encore montré toute sa force. Elle se découvre sous nos yeux. J’adore le duo formé avec son binôme improbable Kenzi campée par Ksenia Solo. Un vrai caméléon, jamais le même look, une humaine rigolote, tête à claque, fonceuse et un peu dingue. J’ai encore un sourire énorme quand je pense à leurs échanges et leurs disputes. Leur amitié est un vrai bol d’air rafraichissant.

Je suis restée scotchée sous le charme de cette femme brune pétillante: Anna Silk. Son caractère, son style m’ont fait penser à plusieurs figures de la bit-lit (la littérature féminine en vogue parlant à la base de vampires qui voulait dire mords moi littéralement parlant). J’ai eu en tête Anita Blake de Laurell K. Hamilton, ou l’une de mes préférées Mercy Thompson de Patricia Briggs, je passe sur Sookie de True Blood (j’ai une tendance nette à être partagée entre lui claquer la porte au nez et à la serrer dans mes bras, elle me colle une sensation trop chaud-froid, j’aime la Sookie des romans, moins, nettement moins celle de la série).

Fans de vampires, rangez vos crocs, point de buveurs de sang à chaque coin de rue. Une petite pause dans l’univers fantastique des fées. Sauf, si on compte un épisode. C’était pas le meilleur d’ailleurs. J’avais peur de voir une version Twilight télévisée. Et je voulais rester sur mes bons souvenirs de Moonlight. Les créatures magiques sont des Faes / Fées. Elles sont divisées en deux camps, deux cours, deux pendants bien et mal. (en gros comme diraient les enfants). Nous avons d’un côté la Cour des Lumières et de l’autre celle des Ténèbres. Chacune possèdant ses lois, ses règles et son propre gouernement dans un sens. Ici, le garou est à l’honneur. Il est représenté par un aspirateur. Arf, j’ai pas pu m’en empêcher, mes excuses, par le charmant: Dyson.

Bo est un électron libre, prenant le choix de rester son propre chef. Elle refuse d’opter pour l’une des Cours. Cherchant uniquement à comprendre sa nature profonde, l’héroïne tape des pieds dans la fourmillère. Son peps met de l’animation. Face à elle, les scénaristes s’en donnent à coeur joie en confrontant à Bo et son sidekick des adversaires et interlocuteurs parfois délirants: Trick le nain tenancier de pub- le lieu neutre de la série- (Richard Howland), un sirène (le sidekick de Dyson qui est hilarant face à Ksenia Solo, leurs joutes verbales sont à se damner), une banshee, un feu follet… des personnages digne de contes des frères Grimm, des légendes et des monstres se planquant sous le lit.

En parlant de lit, Bo réussit à réchauffer l’ambiance à travers ses incroyables performances avec ses partenaires. L’alchimie entre la succube et ses « proies » est palpable. Bo traverse une romance compliquée et difficile avec un superbe loup-garou Dyson (Kristen Holden-Ried) . Graou. Pardon, les étincelles entre les deux sont prenantes. La relation avec Dyson est prévisible sur certains points, et pourtant j’ai été surprise du tournant. La série semble flirter avec le politiquement incorrect, avec un humour et un décalage plaisant.

Bo assume sa sexualité, bisexuelle, elle se fiche de l’avis des autres, vit comme elle le sent. Indifférente au sexe de la personne qui l’attire, homme ou femme, peu importe, la succube fonce dans le tas. Ce côté donne lieu à un triangle amoureux entre une succube, un loup-garou et une doctoresse humaine Lauren. Le traitement décomplexerait les plus timides, la nudité est présente sans être brute et surchargée. La tension et le désir palpitent sans étouffer. Les ébats sont plus dans la suggestion que dans l’étalage. Bo savoure et croque les charmes de ses conquêtes sous nos yeux, sans puribonderie telle une créature échappée d’un roman fantastique.

Le scénario n’invente rien. Il puise dans les idées existantes en les mettant au goût du jour et à sa sauce. Je suis ravie que Lost Girl soit renouvelée pour une 4ème saison. La série possède un capital sympathie qui augmente d’épisode en épisode pour ma part. J’a hâte de visionner la saison 2. La saison 1 se termine sur une découverte… et sur un point d’interrogation. Des questions se soulèvent. J’ai fini les treize épisodes en me disant que la quête de Bo était un bon point. Et je suis de plus en plus sûre que Anna Silk aurait été une ravissante porteuse de Witchblade. 

Ma note: 9/10

3 Moop raisons de voir Lost Girl:

  • Pour la divine Ana Silk
  • Pour les créatures du Bien et du Mal
  • Pour les histoires surnaturelles.

Informations:

Saisons : 1 (13 épisodes)

Nombre d’épisodes : 13

Avec : Anna Silk, Kristen Holden-Ried, Ksenia Solo, Zoie Palmer, Rick Howland

Créateur : Michelle A.Lovretta

Producteurs : Jay Firestone, Paul Rapovski, Plato Fountidakis, Michelle A. Lovretta, Peter Mohan

Titre original : Lost Girl

Genre : Série fantastique

Format : 52 minutes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *