La danse de la méduse- Stefanie Höfler

Critique roman: La danse de la méduse par Stefanie Höfler

Le titre et la couverture m’intriguaient. Je ne savais trop dans quoi je m’embarquais quand j’ai craqué sur cette lecture. J’ai plongé dans un récit pointant du doigt le harcèlement scolaire et la grossophobie. J’apprécie les romans avec des personnages hors normes et une trame différente. Les deux se mêlent dans un dédale de bons sentiments. Ai-je été emportée? Réponse après le résumé.

☙Synopsis:☙

Sera, 14 ans, est la plus jolie fille de sa classe et a quantité d’amies et d’admirateurs. Niko, 14 ans, est seul, isolé, souvent victime de moqueries et de farces douteuses, parce qu’il est trop gros. Les cours d’éducation physique, le football ou la piscine, sont sa hantise car son rapport à l’espace est difficile. Il est lourd, maladroit et emprunté. Sera est populaire, Niko n’a que deux amis. Petit à petit, tous deux s’apprivoisent. Sera est déroutée par ce garçon trop gros à l’imagination fertile, troublée aussi par ses jolies fossettes et ses yeux verts. Niko est fasciné par cette jolie fille sensible, et, en dépit de sa corpulence, se sent devenir plus léger…



☙Mon avis:☙

Stefanie Höfler possède un style simple, douce, poétique et efficace. Ses mots plongent le lecteur dans les pas de Nick avec un réalisme déconcertant. L’impression d’être à ses côtés se dessinent dès les premières pages. L’histoire se lit très rapidement. Les chapitres sont assez courts. Ils restent en surface à mon grand regret.

La dynamique opère. Elle séduit. Elle entraîne dans le sillage de Nikolas qui est en surpoids. Nous rencontrons aussi Sera. Les deux adolescents sont à l’opposé l’un de l’autre. Lui est le souffre douleur de la classe. Il est victime de harcèlement scolaire. L’école est un vrai calvaire. Pour elle, au contraire, tout est parfait. Pourtant,  tous les deux ont une manière bien à eux de réagir aux événements. Nik est toujours souriant, positif. Son regard sur le monde semble conserver peu importe les faits une part d’espoir, une part de ne voir que le bon côté des choses. Il s’évade dans ses inventions. Sera est sa confidente.

Sera est la jeune fille populaire par excellence. Mignonne, éduquée, attachée à sa famille, elle a le coeur sur la main, se soucie des autres.  Elle respecte les autres. Elle dégage un je ne sais quoi d’attachants. Comme Nik. Chacun d’eux à sa façon fait craquer le coeur. Même si leur lien reste un poil trop peu développé à mon goût.

En bref, la danse de la méduse permet de toucher du doigt la dure réalité des apparences dans les relations à l’école. Le harcèlement se montre sous des mots justes, délicats, tout en simplicité. L’amitié se déploie magnifique. Les différences devraient être accepté et non diviser. Nikolas et Sera sont deux adolescents que le destin fait se croiser dans un récit touchant, qui demeure superficielle à mon grand regret. 

☙Ma note:☙

?7/10?

☙Informations:☙

Titre original : Tanz der Tiefseequalle (2018)
éditeur : Hachette Romans
date de parution : 18 avril 2018
235 pages
prix : 17.00 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.