Partie 2: Harry Potter, le garçon qui a survécu les films dont les reliques de la mort 7.2

Après un retour sur la saga Harry Potter version papier, les 7 tomes ont été passé en revue, venons-en aux adaptations cinémaographiques avec un avis sur les reliques de la mort partie 2, l’ultime morceau de celui qui a survécu.

Les Films :

Découvrir Harry en même temps que les films (bon j’en étais au 4e) nous oblige à tout comparer et à voir tous les raccourcis, ellipses, personnages sucrés ou simplement les différences avec les romans. C’est des adaptations on a dit ! Mais bon, attends à partir du 4e le bouquin il est 2 fois plus gros le bouzin et y va faire comment M. le Producteur ? Bah il coupe, enfin il adapte comme on dit, depuis le 4 on avait lancé une rumeur d’adaptation en 2 films, cette « chose » devait fatalement arriver. Le 4e et le 5e sont les pires pour cela, ils y coupent à foison et l’histoire, pour peut qu’on ne connaisse pas trop l’univers Potter, devient obscure et quasiment incompréhensible aux néophytes. Qu’importe le fan n’en a que faire, il commente et se lamente des ellipses intempestives qui nuisent TANT au récit. (« en plus t’as vu comme elle joue mal Hermione et c’est quoi ce réalisateur !? » )

Oui le fan d’Harry Potter est critique, il faut le savoir, ira voir tous les films et achètera tous les livres en anglais mais il critique c’est comme ça, c’est plus fort que lui, il faut dire qu’après 2 films pour enfants un 3e réussi dans son ensemble (aaah Alfonso Cuaron) car ayant une identités propre et étant plus flippant que les 2 premiers, très bonne idée aussi Gary Oldman en Siruis, le 4, 5, 6 sont plutôt médiocre. Trop de coupes tue l’histoire, marre des persos secondaires inexistants qui n’ont droit qu’à une ou deux répliques (le syndrome Giny et Neville tu connais ?).

De mon coté j’avoue avoir aimé le 5 pour un traitement des personnages un tantiné moins énervant que dans le roman et une fin (bien qu’incomplète) assez réussi. Le 6e est attachant, mais je suis faible et grand amateur du couple Ron/Hermione donc j’ai apprécié quelques scènes. On aurait juste dit que le scénariste a oublié le personnage principal (pour moi) du tome, le Prince de Sang-mêlé. De plus le climax de fin est complètement raté, mais c’est pas grave puisqu’on savait déjà la fin (oui le fan connait la fin depuis 2007 hein) et surtout on avait appris que le 7e n’allait pas être adapté en 1 mais 2 FILMS ! Alors là on (les fans, faut suivre un peu) a tous eu la même réaction : Les fumiers, encore plus de fric puis 5 secondes après environ (cela dépend de la fannitude), mais ça va être GENIAL !!! Bah oui, attends le dernier, donc le plus attendu… Ce final pas en UN mais en DEUX volumes (comme Kill Bill dirait l’autre).

Harry Potter et les Reliques de la Mort (partie 1 et 2)- attention spoilers possible pour ceux qui ne connaissent pas les romans-

Cette dernière partie se devait d’être une réussite ! Tout s’achève même Harry Potter, la seconde et dernière partie allait sortir 10 ans après la 1er et voila 10 ans aussi que j’avais découvert Harry, j’avais 16 ans, j’ai grandi avec lui (oui un garçon ça met un peu plus de temps pour grandir), les personnages versions ciné/livre ont grandi avec nous, on les as vu enfant, boutonneux puis avec du poil aux pattes ( et encore je parle pas pour Hermione là).

Quoi qu’on en pense Harry Potter, c’est plus grande la saga, à ma connaissance,  filmée racontant une seule histoire. L’histoire de ce garçon, Harry, qui a survécu et pourquoi a t’il survécu ? C’est assez rare qu’une saga se tienne avec autant de réussite, de ferveur, de fanatisme, c’est Harry Potter quoi ! Mais revenons à la 1er partie, sortie en Novembre 2010, elle contient assez étrangement presque les 2/3 du récit. Le thème principal de la 1er partie du roman est l’errance,  comment un trio d’adolescents peuvent combattre le mal ?

Assez judicieusement, J.K. nous place dans le rôle d’observateur non omniscient de ce périple. Comment un ado sans don particulier peut-il organiser une résistance valable juste avec son nom. Sa quête n’étant connu que des 2 seuls compagnons et ils n’ont aucune piste. Cette 1er partie prend le temps de montrer cette errance et le questionnement progressif des personnages qui perdent espoir. Enfin un film nous laisse le temps d’apprécier les subtilités du roman et ne fait pratiquement aucune impasse. Bien sûr, on pourrait critiquer le manque de flashbacks sur le passé de Dumbledore qui était si important pour moi. Oui le personnage principal remettait progressivement en doute toutes ces certitudes envers un personnage central de la saga. Le disciple voyait son maitre sous un nouveau et obscur jour.

Dans le roman c’était jubilatoire mais je dois reconnaitre que dans le film cela devient anecdotique, c’est dommage. Pourtant, grande évolution, le jeu d’acteur du trio Harry/Ron/Hermione c’est grandement amélioré. Hermione devient beaucoup plus grave et Ron devient carrément inquiétant. Les scènes où Ron porte le médaillon maudit (les Horcruxes tout ça) sont des plus réussies. La fin devient tragique avec la disparition d’un personnage aimé, la fin de l’innocence. C’est la guerre et il va falloir combattre, une course contre la montre s’installe.

Oui, la seconde partie ne donne pas de temps de répit, c’est la guerre et Harry doit détruire les derniers Horcruxes (les trouver aussi accessoirement…) pour pouvoir vaincre Voldemort. Il a vaincu ces craintes et ses amis se tiennent à ses cotés. Seulement il le sait, il devra vaincre Voldemort seul. Celui dont-on-ne-doit pas-prononcer-le-nom déchaine précisément ses troupes contre lui et ses proches pour l’obliger à sortir du bois. Le seigneur des Ténèbres a compris que son secret était percé à jour et il a peur. Toute a une fin. Cet épisode en épilogue de cette fantastique saga donne enfin une vrai vision spectaculaire d’un affrontement dantesque.

L’école de Poudlard prise d’assaut, détruite mais qui ne se rendra pas sans combattre. De grands moments épiques enfin retranscrits assez fidèlement. On pourra toujours reprocher des différences (comme le baiser entre Hermione et ... chut voyons) ou certains passages pas assez long à mon goût. L’histoire du sorcier : Snape/Rogue le personnage le plus important à mes yeux,  n’est pas assez développée pour les  non-lecteurs mais pourtant force est de constater que ça marche diablement bien. La musique d’Alexandre Desplat atteint ici un niveau d’émotion comme rarement dans la saga. La réalisation se meut parfaitement aux types de situations et certains personnages ont ENFIN de grands moments (qui a dit Neville ?) même Harry est un ton au dessus (ce qui serait somme toute logique, c’est le dernier, fallait qu’il se bouge quoi).

J’avais beau savoir la fin, j’avais beau savoir les rebondissements, ce dernier épisode m’a touché en plein coeur à de nombreux moments (ahhh… le passé de Snape !). La conclusion tant attendu est arrivée, est-ce que c’est le meilleur de la saga, oui sans aucun doute mais c’est triste quand même que ce soit fini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *