Netflix et moi une histoire d’amour.

Dans ma vie, trois points sont quasiment impossible à reléguer aux oubliettes: la lecture, le cinéma et les séries. Je dévore beaucoup plus de titres que je n’en chronique. Depuis plus de dix ans, j’ai des périodes plus ou moins chargées avec des noms en particuliers ou des genres. J’ai remisé aux placards tous les Exorciste, Evil Dead, Scream et autres… (oui je mélange tout que voulez-vous c’est pour noter l’idée en gros… exit les séances frissons gores sanguinolantes…). J’ai des goûts éclectiques, il m’arrive de passer d’une comédie romantique à un thriller sans transition aucune… Juste pour le plaisir… en passant par la case animation (j’ai un faible pour les Disney, je suis parfois pire qu’un môme).

Daredevil netflix

Depuis cet été, je suis abonnée à Netflix. Rhaaa que vous dire? J’ai pu assouvir pendant ma période un peu forcée de repos mon addiction aux séries. A moi Suits (encore et encore… Harvey, tu portes le costume à merveille), découvrir enfin Orange is the New Black, Daredevil, Unbreakable Kimmy Schmidt , Grace and Frankie, New Girl, Project Mc², Dragons saison 1 et 2, Residue.

Pour les films par exemple : Le beau gosse, Duff… (oui me regardez pas comme ça, j’en regarde des trucs pas possible…), Bronson, This Means War, Taxi Driver, Les Émotifs Anonymes, L’amour sans préavis, Naruto

Duff

Après plusieurs mois d’utilisation, mon ressenti: j’apprécie le large choix en série, films (chronologie des médias obligent pas de titres de moins de 1 an dans le catalogue…), dans chaque cas parfois des petites pépites, des documentaires (ah ah je suis à deux doigts de faire lever les yeux au ciel de ma famille à force d’en regarder…) et le gros points des programmes enfants variés.

Lego City DA

Netflix a su conquérir toute la tribu. Chaque membre a son compte. Papa le sien, les Kids le leur, et moi. Chacun a une utilisation différente en fonction de ses goûts. Les enfants ont dévoré des épisodes de Petits Poneys, Lego City, LEGO: Elves, LEGO: Friends (les Lego la vie sans eux seraient triste… si vous saviez…), SheZow, Dragons, les films Chihuhuas. 

Le côté nomade me plait. J’ai pris sur un seul device. Le tarif de base à 7,99 euros par mois. Ca suffit et on est assez content du rendu. Hop, comme ça si j’ai envie d’emmener en vacances, en balade, au travail ou autres mes séries, mes films j’ai mon compte Netflix. Bon, d’accord, il me faut un accès à internet, mais ça se trouve de plus en plus facilement.

netflix_logo

Les atouts: le catalogue, la possibilité de lister ses envies, l’accessibilité partout où l’on souhaite, le tarif, la simplicité d’utilisation. Au niveau des comptes, le kids est simplifié au plus strict. Parfait pour un emploi par des enfants. Mes Moopys regrettent deux choses de ne pas noter leur préférence et de ne pas avoir un code.

Chacun a son profil, le côté intuitif qui trouve des titres similaires à nos visionnages a beaucoup plu à ma fratrie. Comme l’absence de latence entre les épisodes, pas de coupures ou de publicités. Rhaaa le bonheur. Mes Moopys peuvent voter pour le titre qui rentre dans leur durée de télévision. Le libre choix en fonction du temps les dessins animés ou films qu’ils souhaitent regarder sans perte inutile avec une pub sur les céréales ou autres est un gros plus. (30 min par jour ça passe vite… faut s’avoir bien rusé…). Nous avons aussi beaucoup aimé le visuel, le résumé de chaque titre, impeccable pour se faire une idée rapide. Bon, mes pointilleux auraient apprécié une bande annonce. Pour ma part, vu que je suis pas dans les inconditionnelles du format, ça ne me dérange pas du tout leur absence.

Scream Netflix

L’autre bon point, la série, le film… reprend au stade où on le laisse. Pas de manipulation ni de recherche à effectuer, direct et simple en appuyant sur play.

L’abonnement est sans durée, résiliable en un clic. Rien de compliquer. Le premier mois est gratuit, délais sympathique pour se créer une opinion et tester si le service Netflix nous plait.

Tu vois, pour tous ces petits choses, mes Moopys ont abandonné le replay, le VOD et autres… Et je crois que je les comprends… Adieu les coupures, les saccades, les moments d’attente, tout se charge rapidement. Le catalogue a séduit tout le monde, action, romance, comédie, animation… les exclusivités… La place sur les étagères a été un peu libérée. Certaines séries ont pu être découvertes sans risque d’avoir un coffret qui aurait pris la poussière à la longue. Mon coeur a craqué. Bon, vivement le 20 novembre que je fonce voir Jessica Jones.

ps: avoir des insomnies ça remplit vite les créneaux ;)

2 commentaires sur “Netflix et moi une histoire d’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *