La courtisane d’Edo, tome 1 (Seirou Opera, book 1)- Kanoko Sakurakouji

Critique manga: La courtisane d’Edo, tome 1 (Seirou Opera, book 1) de Kanoko Sakurakouji

La nouvelle collection shôjo de Pika Edition: Shôjo addict m’intriguait. Une masse critique sur Babelio m’a permis de découvrir le titre et assouvir ma curiosité. J’ai découvert une histoire prometteuse sous l’air de Edo portée par une jeune orpheline Akane.

☙Synopsis:☙

Dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara, à l’époque d’Édo, Akané est une jeune orpheline issue de la noblesse militaire. Suite au mystérieux assassinat de ses parents, elle décide de se jeter dans la gueule du loup en se présentant dans une maison close de grand luxe : l’Akebonorô. Sa rencontre avec Sôsuke, jeune prêteur sur gage et grand séducteur à l’intelligence acérée, va littéralement bousculer son destin. Dans cet environnement où la luxure est reine, cette apprentie courtisane s’apprête-t-elle à goûter au paradis ou à l’enfer ?


☙Mon avis:☙

L’héroïne de la courtisane d’Edo est une jeune femme de quinze ans issue de la noblesse militaire japonaise. Dès le premier regard, elle dégage un je ne sais quoi qui captive l’attention. Jugée trop vieille par les protagonistes pour devenir une courtisane, la jeune fille est pourtant vendue à une maison close. L’Akebonorô l’un des plus prestigieux établissements du quartier des plaisir devient son nouveau foyer. Derrière l’acceptation de sa condition, Akane cache un secret. Son désir de vengeance et de retrouver le meurtrier de ses parents distille en elle, la force de tenir face aux initiations qui l’attendent.

Le dessin offre une vision de traits doux, délicats, tendres, presque trop mignons. Il permet de jouer sur les sentiments. Il attire le regard et laisse les mots prendre du poids. Car l’univers auquel est confronté Akane n’a rien d’adorable. Il est brut, sombre, sulfureux et entraîne une traînée d’érotisme soft dans son sillage. Tout est nuancé. Presque retenu dans ce premier tome, comme une mise en bouche. J’ai aimé voir comment la destinée de la jeune fille est présentée. Pièces après pièces comme dans un échiquier, l’auteur de Black bird et Last notes pose habillement ses pions pour créer un récit passionnant. Kanoko Sakurakouji possède un trait frais, dynamique, pétillant et savoureux. Il m’a conquise. Littéralement. Et la trame a accentué le charme.

Malgré son sujet, point d’étalages de nudités, point de caractère sexuel développé à gogo toutes les pages. C’est étonnant. D’une certaine manière leur quasi absence augmente l’intensité et donne un poids supplémentaire à la présentation de l’avenir d’Akane, du rôle de Rittchi ou de Sôsuke dans son quotidien. Le propos se concentre sur le caractère de son héroïne face aux événements. Fort. Intense. Remarquablement bien mis en scène, les échanges se savourent. Akane et Sôsuke Ômiya envoient des étincelles à chacune de leur rencontre. Leur jeunesse les rapproche. Mais chacun a une vision précise du rôle de l’autre.

Au delà de la romance qui se devine, les courtisanes et les geishas se dévoilent sous des traits fascinants. Les profils se détachent, les conditions et les étapes se dévoilent. Les jeunes filles sont très tôt plongée dans ce palais des plaisir. Leur éducation et leur choix ne sont pas de leur propre chef. Les autres les dominent. Les autres les poussent dans une direction. Les sourires servent de façade. Les graphismes magnifiques accentuent sur ce jeu des apparences. L’envie d’en connaître davantage s’ancre dans le coeur et y demeure. L’envie de savoir si Akane arrivera à ses fins prend aux tripes.


En bref, la courtisane d’Edo m’a surprise. Très agréablement. Entre son graphisme et son histoire, j’ai succombé. Le récit promet bien des aventures. Le ton de complaisance empreint envers l’héroïne semble être là pour adoucir le fond plus tragique. Le drame reste tapi dans l’ombre. Les mystères entourant chacun des protagonistes principaux ne demandent qu’à être dévoilés au fil des tomes. Une intrigue avec du potentiel se dessine. Les prémisses d’un coup de coeur se sont installés pour moi. A voir si la suite conserve toute sa séduction.

☙Ma note:☙

🌟9/10🌟
Coup de coeur

☙Informations:☙

Titre vo: Seirou Opera, book 1
de Studio Charon (Adapté par),
Kanoko Sakurakouji (Avec la contribution de)
Hana Kanehisa (Traduction)
Date de parution: 4 avril 2018
Nb volumes VO : 8 (En cours)
Type : Shojo
Genres : Drame – Historique – Romance
Editeur: Pika Edition
Collection Red Light

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *