Hate to Love- Penelope Douglas

Critique roman: Hate to Love- Penelope Douglas

Penelope Douglas jongle à la perfection avec les sentiments, amour et haine se côtoientdans un ballet passionnant.

☙Synopsis:☙

Ils étaient faits l’un pour l’autre… jusqu’au jour où ils se sont rencontrés

Depuis plus de sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres. Des lettres dans lesquelles ils se racontent, se livrent, se soutiennent. Une seule règle : ne jamais chercher à se rencontrer. Un interdit qui a convenu à Misha pendant toutes ces années. Il n’a pas besoin de co

nnaître le visage de Ryen pour qu’elle soit sa muse, son inspiration, celle pour qui il écrit ses chansons et, quelque part, son âme sœur. Mais, un soir, il croise une jeune fille dont les goûts excentriques se rapprochent un peu trop de ceux que Ryen lui a décrits dans ses lettres pour que ce soit une coïncidence… Et alors, face à cette jeune fille d’une beauté solaire, renversante, Misha n’a aucun doute : il sait que c’est elle. Maintenant, impossible de résister, il doit s’approcher. Quitte à ne jamais révéler à Ryen qui il est vraiment. Et quitte à découvrir une Ryen bien différente de l’idéal qu’il s’était imaginé…

☙Mon avis:☙
Le résumé me faisait penser à une de mes romances favorites de Penelope Douglas: Une haine brutale, je ne pouvais pas ne pas craquer. Je suis friande des amitiés qui se transforment en un amour tout en flirtant pas une zone de sentiments brisés. J’ai été servie avec Hate to Love. Je me doutais que des surprises seraient au rendez-vous. Je commence à savoir à quoi m’en tenir de la part de l’écrivain.

Penelope Douglas possède une écriture fluide, addictive, captivante et un don particulier pour donner vie à des héros attachants. A chaque lecture d’une de ses oeuvres, ça fait mouche. Les protagonistes haut en couleur semblent être une marque de fabrique de l’auteure. Une façon de se démarquer et de happer l’attention de son public se dessine avec talent dans ses récits. Je suis passée de peu près du coup de coeur, deux petits points m’ont fait raté le coche. L’intrigue a une partie assez lente dans son déroulement. Et l’autre bémol est dans l’obsession sexuelle du héros. Je n’arrive pas à m’expliquer l’ensemble des deux malgré tout le plaisir de la plume, de l’univers a empêché mon coeur de succomber totalement.

Misha et et Ryen emportent dans une romance brutale, incisive, piquante, sombre, destructrice mais aussi lumineuse. Les liens sont complexes, intenses, ils se parent d’un ton cash, de tromperies, de mensonges, d’émotions. Le cocktail se savoure. J’ai adoré Misha. J’ai vraiment eu un coup de coeur pour lui, même dans ses attaques, il est parfait, droit, franc et sans langue de bois.

Face à Misha, Ryen offre de voir le jeu des apparences, comment apprendre à s’accepter, à passer le cap de l’adolescence. L’héroïne permet de monter comment avoir confiance en soi. Derrière la façade, elle cache une personnalité qui mérite de se pencher dessus.

Le couple a un petit je ne sais quoi de troublant, d’étrange et de pourtant si évident. Ils sont fait pour être ensemble. Ils sont faits pour s’aimer. Leur jeu est loin d’être tendre, sympathique, ils se cherchent, se trouvent et se piquent. La violence s’avère parfois palpable et déstabilisante. Malgré tout, les sentiments amoureux se libèrent avec brio. La frontière entre la haine et l’amour est mince.

Au final, Hate to love a une facette originale surprenante qui captive l’esprit jusqu’à la dernière ligne. Penelope Douglas parvient à conserver une tension sur tous les plans entre ses deux héros d’une manière bluffante. Une romance intense, envoûtante et merveilleuse dans un registre flirtant entre l’amour et la haine. Laissez-vous tenter.

☙Ma note:☙

🌟8+/10🌟

☙Informations:☙

titre original: Punk 57
Auteure: Penelope Douglas
Editions Harlequin
Genre : New Adult
Collection &H
Date de parution: 2 novembre 2017
&H N°81 – 468 pages
Prix: 14,90 euros

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *