[Festival] Paris Cinéma: hommage à Michel Ocelot (Kirikou nous voilà)

Au Studio des Ursulines, une rétrospective des oeuvres de Michel Ocelot a lieu du 2 au 12 juillet. L’hommage de Paris Cinéma permet de découvrir ou de revoir des oeuvres du catalogue du papa de Kirikou. Une joli occupation pour les vacances en solo ou en famille. Mes petits faibles: Icare, Hauts pays de neige Kirikou et les Contes de la Nuit. Le programme pour ne rien raté:

Anna et Bella, Børge Ring

Synopsis: Deux sœurs dans la force de l’âge consultent un album photo autour d’une bouteille de vin. C’est l’occasion pour elles de se remémorer leurs souvenirs d’enfance, tantôt hilares ou attendries devant les images en noir et blanc qui prennent vie sous leurs yeux. Pour retracer le parcours d’Anna et Bella, Børge Ring multiplie avec talent et poésie les métaphores visuelles. Les amours adolescentes prennent par exemple la forme de fleurs écloses butinées par des abeilles masculines. Un film drôle et émouvant

Azur et Asmar, Michel Ocelot

Synopsis: Élevés comme deux frères par la même nourrice, le blond Azur et le brun Asmar grandissent ensemble, bercés par l’histoire d’une princesse emprisonnée. Brutalement séparés, ils se retrouvent des années plus tard à la recherche de la fée de leur enfance. Pour la création de ce conte enchanteur, Michel Ocelot mélange brillamment deux univers graphiques : l’image de synthèse pour les personnages et le dessin pour les décors, flamboyants de détails minutieux. Les ombres chinoises mais aussi l’architecture en dentelles ou les silhouettes élancées rappellent le monde merveilleux du cinéaste. Véritable ode à la culture musulmane, ce film est également une fable touchante sur la fraternité et la tolérance.
Bergère qui danse, Michel Ocelot

Une fée maléfique, armée de son dragon volant et de nombreux sortilèges, décide de séduire un jeune berger qui a su la charmer de quelques notes de flûte. Follement épris de sa jolie dulcinée, il rejette ses avances. La fée décide alors de l’enfermer dans la tour de sommeil où il reposera loin de sa bien-aimée pendant cent ans… Michel Ocelot renverse habilement les rôles en faisant du héros « une belle au bois dormant », ensorcelé par une vilaine sorcière.


Haut pays des neiges, Bernard Palacios

Au Tibet, une expédition se prépare pour capturer l’étrange créature des neiges, mi-sauvage, mi-apprivoisée, qui vit isolée dans les montagnes avec un géomètre. Après des études aux beaux-arts, Bernard Palacios fonde en 1971 l’Atelier d’Animation d’Annecy et y réalise ses premiers courts métrages. Nominé aux César 1992, Haut pays des neiges est une aventure poétique et touchante sur l’histoire d’un amour singulier qui a remporté de nombreux prix à travers le monde.


Icare, Michel Ocelot

Pour cette variation du mythe d’Icare et de son père Dédale enfermés dans le labyrinthe, Michel Ocelot revient sur leur tentative d’évasion aérienne pour mieux en transformer l’issue tragique. Icare appartient à la série télévisée Ciné Si qui détourne mythologies et contes en proposant des alternatives originales. Extraordinaire raconteur d’histoires, Michel Ocelot, facétieux, réinvente ces fables à sa manière, ludique et poétique.
Kirikou et la sorcière, Michel Ocelot

Dans un village d’Afrique condamné à l’assèchement par la maléfique Karaba, le petit Kirikou sort tout juste du ventre de sa mère. Du haut de ses quelques centimètres, il décide de résoudre la malédiction et de comprendre la méchanceté de la sorcière. Commence alors un aventureux périple vers la montagne du Sage… Pour les aventures de l’extraordinaire petit héros, Michel Ocelot s’inspire de l’univers magique des contes africains et des tableaux du Douanier Rousseau pour le décor luxuriant. Premier long métrage de Michel Ocelot, Kirikou et la sorcière est un succès critique et public phénoménal qui bouleverse l’industrie du cinéma français d’animation. Les chansons de Youssou N’Dour accompagnent cette fable aux multiples rebondissements.

Kirikou et les bêtes sauvages, Bénédicte Galup, Michel Ocelot

Au fond d’une grotte bleutée, le grand-père de Kirikou raconte avec fierté les exploits et les bonnes actions de son vaillant petit garçon. Tour à tour jardinier, détective, médecin ou voyageur, le héros rencontre au cours de ses aventures des plantes étranges et autres animaux sauvages. Face au phénomène provoqué par le premier volet des aventures du jeune Kirikou, les créateurs du film refusent de faire grandir le petit homme et inventent de nouvelles anecdotes fantaisistes qui viennent compléter la première histoire. Sept ans après cet immense succès, la magie opère de nouveau avec ce deuxième épisode où poésie et humour font merveille. Accompagné par les plus grands talents musicaux d’Afrique dont Manu Dibango, Youssou N’Dour ou Rokia Traoré, le magnifique graphisme fait de ce film un chef-d’œuvre du cinéma d’animation.
La Belle fille et le sorcier, Michel Ocelot

Pour la remercier de l’avoir sauvé de la noyade, un sorcier fait la démonstration de ses pouvoirs magiques à une jeune fille pas très jolie qui se rêverait belle princesse médiévale… Film en papier découpé portant sur l’attrait exercé par la beauté, La Belle Fille et le sorcier est une fable touchante sur le douloureux poids des apparences.
La Légende du pauvre bossu, Michel Ocelot

Au Moyen-Âge, une belle princesse attend son prince charmant et voit défiler nombre de prétendants devant son trône. Quand un bossu muni de simples fleurs tente sa chance, la haine et le mépris de la foule se déploient, obligeant le petit homme difforme à dévoiler le secret de sa bosse… Faites d’encre et de fusain, les images fixes du film s’accélèrent à mesure que colère et violence montent dans l’auditoire. Un univers mystique et poétique qui mélange les styles et offre un récit hybride surprenant.
Le Caniche, Nina Shorina


Les Trois Inventeurs, Michel Ocelot

Dans un monde de dentelles blanches, trois inventeurs du 18e siècle fabriquent des machines innovantes pour le bien de l’humanité. Mais elles sont rejetées par une population hostile et intolérante. Pour cet hommage en papier découpé rendu aux chercheurs passionnés mais trop souvent tourmentés, Michel Ocelot s’est inspiré du couple de savants Lavoisier. Un film à la virtuosité tant technique que plastique où la poésie permet d’illustrer l’intolérance et la peur du progrès.


Princes et princesses, Michel Ocelot

Dans un cinéma à l’abandon, deux enfants créatifs et curieux se retrouvent tous les soirs. Grâce à l’aide du machiniste, ils inventent des fables merveilleuses dont ils deviennent les héros. Au cœur d’un théâtre d’ombres chinoises, les histoires les plus fantastiques prennent vie. Munis de leurs habiles ciseaux, les personnages de Michel Ocelot façonnent des silhouettes et des décors en dentelle d’une grande délicatesse. Seulement fabriqué de papier et de lumière, ce film d’une féerie mélancolique et envoûtante est un magnifique hommage à la créativité et à l’imagination de l’enfance. Tous les univers graphiques, des hiéroglyphes égyptiens aux estampes japonaises sont au service de ces contes éblouissants de poésie et de finesse.

Le 10 juillet, vous avez de quoi réaliser une journée Michel Ocelot:

Avant-première à 10H au Gaumont Champs Elysés Marignan Les Contes de la nuit.
Une carte blanche est donnée à Michel Ocelot au Studio des Ursulines le dimanche 10 juillet en introduction de la leçon de cinéma, projection de 3 courts métrages choisis par Michel Ocelot :
Anna et Bella de Borge Ring
Haut pays des neiges de Bernard Palacios
Le Caniche de Nina Shorina

Une belle leçon de cinéma pour tous ceux qui apprécient le style des silhouettes découpées, les dessins et les histoires narrées dans les divers films d’animation de Ocelot. Des heures de voyage à portée de main.

Source

Pour les photos: Azur et Asmar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *