Day 04 – Un film bourré de clichés que vous adorez: Fast and Furious

J’hésitais entre Scary Movie qui tend plus vers de la parodie et Fast and Furious. Les clichés m’ont un peu bloquée. J’ai donc opté pour les points qui m’éclatent dans Fast and Furious. Des clichés qui se retrouvent dans de nombreux films d’action.

Synopsis : La nuit tombée, Dominic Toretto règne sur les rues de Los Angeles à la tête d’une équipe de fidèles qui partagent son goût du risque, sa passion de la vitesse et son culte des voitures de sport lancées à plus de 250 km/h dans des rodéos urbains d’une rare violence. Ses journées sont consacrées à bricoler et à relooker des modèles haut de gamme, à les rendre toujours plus performants et plus voyants, à organiser des joutes illicites où de nombreux candidats s’affrontent sans merci sous le regard énamouré de leurs groupies. A la suite de plusieurs attaques de camions, la police de L.A. décide d’enquêter sur le milieu des street racers. Brian, un jeune policier, est chargé d’inflitrer la bande de Toretto, qui figure, avec celle de son rival Johnny Tran, au premier rang des suspects.

Pourquoi ce choix? Très simple il repose sur:

1/ Le duo contraire forme une équipe du tonnerre: Vin Diesel et Paul Walker en sont un cliché pur. Le voyou avec le flic. Le chauve métissé mexicain et le blondinet. Le musclé et l’haricot vert. Tous les deux ont des jolis minois pour attirer le public (fille et garçon). Les autres acteurs ne sont pas en restes, même les secondes rôles possèdent un physique séduisant. Les héroïnes ont des air-bags qui ne laissent pas de marbre (comme Michelle Rodriguez)

2/ Les bolides magnifiques connaissent une fin horrible pour les vieux modèles. Des belles voitures passées sous les mains d’un expert en tuning. Elles sont remplies d’accessoires hors de prix, de décorations. Ce sont des bolides en puissance: des chevrolet, des ford, des Toyota, Ferrari.  Certaines finiront mal. Pas autant que les spécimens qui servent lors du tournage avec les cascades. La destruction de Dodge, Mitsubishi restent dans les mémoires. Des beaux véhicules pour des acteurs au physique avantageux, ça va de paire.

3/ L’amourette classique : la soeur du voyou tombe sous le charme du gentil de service. Vin Diesel qui se met sur le droit chemin pour les yeux de sa belle.

D’accord le scénario ne vole pas haut, pas de grande réflexion ni de dilemme monstrueux, les effets spéciaux ne sont pas légions et alors? La bande son colle bien à l’histoire. Le duo Vin/Paul tient la route. Les voitures poussent à rêver.

Les 3 ingrédients principaux bourrés de clichés cités transforment Fast and Furious en un film que j’adore. Rajoutez des courses poursuites, des dialogues parfois à mourir de rire, vous obtenez une oeuvre remplie d’action. Pas le meilleur des cinéma, néanmoins je passe toujours un bon moment avec ce premier volet. J’aime les voitures, j’aime l’action là je suis servie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *