Day 02 – Film sous-évalué: Brisby et le secret de Nihm

Je continue mon challenge de 30 jours 30 nuits de cinéma avec le Day 2. Le film sous-évalué à mes yeux, dur dur. J’ai mon petit coeur d’enfant qui a crié deux titres: Taram et le chaudron magique et Brisby et le secret de Nihm. Deux longs métrages de dessin animé qui m’ont mis la larme à l’oeil, le sourire aux lèvres et vivre bien des aventures du haut de mes quelques années. J’ai plaisir à les revoir avec tendresse et magie. D’accord, je suis supposée en donner un seul, alors je vais opter pour Brisby et le secret de Nihm le premier film du génial Don Bluth.


Que vous dire sur ce merveilleux dessin animé qui a bercé mon enfance? C’est une histoire d’espérance, de combat, d’avancée et de rencontres. Il est beau à en pleurer. Le fond ne s’adresse pas qu’aux enfants, une petite morale avec une pointe de réflexions se cache dans les péripéties de Madame Brisby et sa famille. D’accord, je conviens que l’animation reflète totalement les années 80, elle a vieilli et alors? Le charme demeure, il opère toujours.

Je l’aime car Brisby et le secret de Nihm sans être un Disney montre une noirceur. Un côté sombre qui réussit à ne pas vous faire couler dans le côté obscur de l’univers. Au bout du tunnel, il vous montre que l’amour et l’amitié peuvent vous sauver et illuminer votre existence. Je n’ai jamais réussi à zapper la fin. Je vibre toujours devant même après plus de vingt ans. (oh le dinosaure) Madame Brisby est la maman que nous aimerions tous avoir. Une mère courage capable de déplacer les montagnes même du haut de sa taille de souris. Elle ne baisse jamais les bras, surmonte les épreuves du destin. Les méchants montrent les dents, ils ne sont pas une ébauche de cruauté. Ils reflètent davantage les êtres cruels de la réalité moins doucereux que la version de Disney.

Les rats, les scènes dans les champs, le côté mystique et magique, la musique envoûtante, les images sombres, le tout forme un très beau résultat accompagné d’un scénario agréable un tantinet irréel sans doute, mais je m’en fiche. Je serre toujours mon oreiller ou un coussin lors de la scène de la moissonneuse. Malgré les années passées, j’ai toujours autant d’émotions devant. Je me souviens enfant avoir enfoui carrément mon nez dans mon doudou et crié. Le suspens, les tensions, les sujets comme la vie et la mort, la maladie, les révélations, ont su me captiver dès la première fois. La réflexion sur les expériences des hommes avec la nature m’a touchée. Même les personnages secondaires comme Nicodémus sont attachants et captivants. La narration et le fil de l’aventure m’ont tenu en haleine – en même temps quand vous avez moins de 8 ans devant, vous êtes vite pris dans l’engrenage des malheurs de la famille Brisby (chut le premier qui dit qu’à plus de 30 ans je le suis toujours, j’avoue rien sauf contre des Pockys)  .

Brisby et le Secret de Nimh renferme en lui la possibilité de rêver, de dépasser leur imaginaire et d’aller de l’avant. Un conte pour enfant qui ne prend pas pour une cruche. Un mélange d’animation, d’émotions, de mystères qui donnent tout son attrait à l’ensemble. Un trésor à voir en famille, certaines scènes effraieront peut-être les plus petits. Un soupçon de rires, de pleurs, de frissons vous envahira devant ce dessin animé. Moi, ça ne rate jamais. Et pourtant je connais par coeur plusieurs passages. A mes yeux, il est sous-évalué car beaucoup l’oublient pour se pencher vers Bernard et Bianca. C’est ma boule de lumière.


Brisby et le secret de Nimh – Bande-annonce 1 (Anglais)
envoyé par tandrya. – Les dernières bandes annonces en ligne.

5 commentaires sur “Day 02 – Film sous-évalué: Brisby et le secret de Nihm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *