[Crok’avis] Un beau Dimanche, R : 2 contrastes.

Hasards des circonstances, Un beau dimanche et R possèdent tous deux une affiche avec un de leur héros de dos. (Comme les rousses, je dois avoir des coups de coeur pour les photos de dos qui ne dévoilent pas les visages, lntaisse les émotions effleurées la peau de ses modèles).

Un beau dimanche - Affiche

Un beau Dimanche

Synopsis:

Baptiste est un solitaire. Instituteur dans le sud de la France, il ne reste jamais plus d’un trimestre dans le même poste. A la veille d’un week-end, il hérite malgré lui de Mathias, un de ses élèves, oublié à la sortie de l’école par un père négligent. Mathias emmène Baptiste jusqu’à sa mère, Sandra. C’est une belle femme, qui après pas mal d’aventures, travaille sur une plage près de Montpellier. En une journée un charme opère entre eux trois, comme l’ébauche d’une famille pour ceux qui n’en ont pas. Ça ne dure pas. Sandra doit de l’argent, on la menace, elle doit se résoudre à un nouveau départ, une nouvelle fuite. Pour aider Sandra, Baptiste va devoir revenir aux origines de sa vie, à ce qu’il y a en lui de plus douloureux, de plus secret.

Mon avis:

Nicole Garcia a instauré une photographie qui m’a séduite. J’ai été intriguée par l’affiche. Je me suis retrouvée devant le film sans connaître l’histoire. Vous savez ce genre de choix que vous réalisez sur un coup de tête. Et quelle surprise, entre les images, l’amour des personnages, j’ai eu une beau moment. Le récit est délicat, intense, attachant. L’émotion étreint le coeur, des papillons s’installent, ça virevolte, ça secoue, ça touche. Le rayon de soleil dans le casting est Pierre Rochefort, il embrase littéralement la pellicule à chacune de ses apparitions. Son personnage s’avère le plus intéressant, le plus captivant, le plus complexe du film. Il éclipse haut la main Louise Bourgoin (parfaite dans son rôle). Les relations amoureuses et familiales se posent avec talents dans un ton franc, sincère, bouleversant.

Ma note:

8/10

Informations:

Sortie: 5 février 2014 / Distributeur: / Genre: Comédie dramatique

Casting: Louise Bourgoin, Pierre Rochefort, Dominique Sanda

Affiche R de Tobias Lindholm, Michael Noer

R de Tobias Lindholm et Michael Noer

Synopsis:

Rune est un jeune criminel qui vient d’arriver en prison. Il découvre ce nouveau monde régi par les codes et les missions à exécuter. Réduit à néant, il n’est désormais qu’un numéro, que la lettre R. Dans sa quête de survie, il rencontre Rachid, un jeune musulman, avec lequel il met en place un trafic qui lui permet d’être désormais respecté. Mais leur réussite suscite la convoitise d’autres détenus, qui ne tarderont pas à leur faire savoir.

Mon avis:

R prend aux tripes. R frappe d’un direct du droit et flanque au tapis. R est percutant. R trouble. R fait mal et enfonce les doigts dans une réalité, âpre, brutal, sombre, dure à supporter. Une plongée en enfer, brillamment mis en image. Mon estomac a joué au yoyo pendant toute la séance. J’avais été secouée par Hijacking et Northwest. R réussit à interpeller tout autant que ces deux films. Les images prennent une tournure froide, triste, à vous glacer les sangs. La violence se pare de deux visages l’un visible en permanence. Psychologiquement, c’est éprouvant. Physiquement, elle se devine sans sauter aux yeux. (du moins tout est dans la suggestion, plus troublant dans un sens qu’une vraie prise de champs). La prison et le monde carcéral danois montrent les faits sans enrobages tendres ou sucrés, si vous voulez un aperçu de l’enfer, R en offre une vision loin d’être réjouissante.

Ma note:

8/10

Informations:

Sortie: 15 janvier 2014/ Distributeur: KMBO / Genre: Drame

Casting: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *