[Avis] Willy 1er de Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma

★Synopsis:★
À la mort de son frère jumeau, Willy, 50 ans, quitte pour la première fois ses parents pour s’installer dans le village voisin. « À Caudebec, j’irai. Un appartement, j’en aurai un. Un scooter, j’en aurai un. Des copains, j’en aurai. Et j’vous emmerde! ». Inadapté, Willy part trouver sa place dans un monde qu’il ne connaît pas.

★Mon avis:★

Willy 1er est un petit ovni. Un de ceux qui vous percute sans que vous le voyez venir. Derrière sa tragédie, ce deuil, il montre un homme qui prend son envol, apprend à vivre et à garder la tête haute. Le héros gagne peu à peu, avec quelques erreurs, son autonomie. Le spectateur le suit avec un sourire parfois désabusé, étonné, curieux. Car Willy poussé par Catherine (Noémie Lvovsky), sa curatrice, il quitte le foyer parental à plus de 40 ans. Willy est particulier. Différent. Il marque par ses gestes, ses mots et ses souhaits. Son leitmotiv devient rapidement: « À Caudebec, j’irai. Un appartement, j’en aurai un. Des copains, j’en aurai. Et j’vous emmerde ! ».

L’histoire met en image les étapes de son émancipation, de son départ et de son installation. Les étapes se voilent d’une vision qui pourra en irriter certains, le regard se voile, s’attarde sur un personnage entier, sans retenue, un homme qui est un enfant dans le corps d’un adulte. Son quotidien permet de plonger dans sa vie. Difficile de tout quitter, de se retrouver seul, quand votre double n’est plus là pour vous soutenir. Michel est mort emportant la joie de vivre de Willy. Tristesse, solitude, espoir, amitié, trahison seront sur le chemin de la liberté.

Les réalisateurs de Willy 1er offrent un visage entier de leur héros. Jamais un seul jugement ne s’énonce, simplement des faits, comme si nous étions témoins du besoin d’avancer sans son frère de Willy. Willy 1er deviendra non sans heurts le roi de son univers. Naïf, attachant, imparfait, voilà comment est Willy.

Le regard dépeint son personnage principal avec des nuances qui peuvent paraître brute de décoffrage par moments. Le récit se teinte d’émotions multiples. Les gens qui côtoient Willy le voient comme simplet sans chercher sous la surface. Sauf une personne… Les pas fragiles, les découvertes, les effets, tout se mêlent pour former un long métrage tout en tendresse sur ce héros peu ordinaire. La misère sociale ressort, attire l’oeil. Willy et sa famille ne sont pas riches, ses acolytes de route sont abonnés à l’alcool ou à une existence sans but… Les idées préconçues, le regard des autres, les jugements tout s’installe sans jamais pointer du doigt avec un but méchant, un simple constat, juste un énoncé des réalités, bruts et remarquablement mis en scènes.

Au final, un sentiment doux, teinté d’un soupçon mélancolique se dessine à travers le lien des deux frères jumeaux, le vivant et le décédé. Michel en éthéré, semble être un ange décalé, tout en tendresse et en résignation, comme un accompagnateur qui soutiendrait Willy dans sa destinée sans lui. Surprenant du début à la fin, original, à la frontière du drame, le film Willy 1er ne laisse pas indifférent, drôle, émouvant et peu banal qui apporte une saveur étrange dans son sillage.

★ Merci à UFO Distribution pour cette découverte ★
willy-1er
★Ma note:★
★ 8/10 ★

★Informations:★
Date de sortie: 19 octobre 2016
Durée: 1h 22min
Distributeur: UFO Distribution
De Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma
Avec: Daniel Vannet, Noémie Lvovsky, Romain Léger
Genre: Comédie dramatique
Nationalité Français

France/ 1h22 / DCP / Sélection Cannes ACiD / Grand Prix du FIFC 2016/ Prix d’Ornano Valenti 2016/ Prix du Jury et Prix du Public au Festival de Groland
★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *