[Avis] The Wave de Roar Uthaug

★Synopsis:★
Après plusieurs années à surveiller la montagne qui surplombe le fjord où il habite, Kristian, scientifique, s’apprête à quitter la région avec sa famille. Quand un pan de montagne se détache et provoque un Tsunami, il doit retrouver les membres de sa famille et échapper à la vague dévastatrice. Le compte à rebours est lancé…

★Mon avis:★
the Wave Panorama Films

The Wave de Roar Uthaug a été une de mes très belles surprises du mois de juin. Venu de Norvège, le film catastrophe a su me séduire. Dès le début, les paysages, les lieux étonnants au pied d’un fjord isolé avec les montagnes tout autour, idéal pour faire grimper la pression en cas de soucis, ont réussi à instiller juste assez de charme pour former une atmosphère prenante. La sensation de vivre sur un territoire restreint pousse à avoir le coeur serré. La claustrophobie guette. Le grand air devient pesant. Ce qui laissait supposer un grand bol d’air se teinte peu à peu d’un petit soupçon de drame, d’une ambiance génératrice de stress, d’angoisse. La peur monte crescendo. La famille de Kristian est au centre du récit. Leur relation, leurs échanges et leurs choix permettent de s’immerger dans l’histoire.

Du héros à sa femme en passant par ses enfants, les divers degré d’inquiétudes, de stresse, d’émotions se percutent. L’action ne connait aucun temps mort. L’esprit se raccroche aux touches d’espoir qui scintille un peu dans les ténèbres des événements. La vague risque de tout emporter. Les comportements se modifient face à elle. La nature humaine change. Les caractères s’éveillent, pas forcément dans la meilleur des versions.

The Wave montre les soucis qui peuvent survenir face aux éléments naturels ou non. La Nature parvient à prendre aux tripes, à surprendre, à mener la barque et à rappeler à l’homme qu’elle ne se dompte jamais totalement. Je me suis retrouvée accrocher aux images, au récit. J’ai été prise au jeu des sentiments, des gestes, des actes de chaque protagoniste. J’ai été saisi par l’entraide, par les réactions en chaine. J’ai compris les mots de plusieurs des personnages. Etre capable de tout pour ceux qu’on aime, peu importe le prix à payer. Le film a posé des galons originaux. La vague devient un point de la catastrophe, un pendant impossible à ignorer.

L’idée de séparer en deux le récit entre la surveillance et la famille s’avère superbe à suivre. Brillamment menée, elle offre la possibilité de voir la descente aux enfers des différents êtres vivants. Certaines scènes marquent davantage comme celles du sous-sol de l’hôtel ou le car, les ressentis gagnent en puissance. La photographie appuie sur la sensation effroyable, la mort imminente, le drame et l’horreur de la situation face à cette eau qui déferle sans se soucier des barrières et des êtres vivants.

The Wave laisse l’eau s’installer, par petits morceaux, elle déploie son emprise emportant dans son sillage la famille de Kristian et plusieurs protagonistes. L’humanité dévoile son visage avec des hauts et des bas. La vraie catastrophe se touche du doigt. L’immersion s’avère totale, captivante et magnifique. Visuellement somptueux par moments, le scénario est éprouvant pour les nerfs.

★ Merci à Panorama Films pour la découverte ★

★Ma note:★
★ 9/10 ★
Coup de coeur

★Informations:★
Titre original: Bølgen
Distributeur Panorama Films
Date de sortie: 27 juillet 2016
Durée: 1h 50min
De Roar Uthaug
Avec Kristoffer Joner, Thomas Bo Larsen, Ane Dahl Torp.
Genres Action, Drame
Nationalité Norvégien

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *