[Avis] The Ivy Years, Tome 1 : Notre année trouble par Sarina Bowen

★Synopsis:★
Le sport qu’elle aime est devenu inaccessible. Le garçon qu’elle aime n’est pas libre. Que lui reste-t-il ? 
Elle s’attendait à intégrer l’Université de Harkness en tant que joueuse de hockey sur glace. Mais à la suite d’un accident grave, c’est en fauteuil roulant que Corey Callahan doit commencer les cours.

 Son voisin de palier, dans sa résidence accessible aux personnes à mobilité réduite, est trop beau pour être vrai. Il s’appelle Adam Hartley, et c’est un autre joueur de hockey handicapé par deux blessures à la même jambe. Il ne joue pas dans la même ligue que Corey. Et puis, il est déjà pris. Pourtant, une amitié hors du commun va naître entre Corey et Hartley, dans le « ghetto des éclopés » du bâtiment McHerrin. Autour de leurs plateaux de cafétéria et de leurs parties de jeux vidéo, ils se serrent les coudes pour affronter des déceptions qu’ils sont les seuls à pouvoir comprendre. 

Bien sûr, ce sont juste des amis… jusqu’au soir où tout va basculer. Le trouble s’installe. Corey est certaine d’une chose, elle est en train de tomber amoureuse. Pour de bon. Mais Hartley abandonnera-t-il sa splendide petite amie pour aimer une fille aussi abîmée que Corey ? Rien n’est moins sûr, et Corey va devoir trouver le courage de poursuivre sa vie d’étudiante de son côté – une nouvelle vie qui ne tourne pas autour du sport auquel elle ne peut plus jouer, ni du garçon aux yeux bruns qui a peur de l’aimer en retour.

★Mon avis:★

Une lecture qui passe pas loin du coup de coeur. J’ai apprécié les deux héros. Corey et Adam ont su m’emporter. Ils ont chacun des fêlures, au delà des blessures physiques, de leur handicap, ils montrent une humilité, une force d’avancer qui poussent à regarder sa propre vie et les plaintes que nous pourrions énoncer. Le couple est juste magnifique. Touchant. Emouvant. Ils sont les seuls à ne pas comprendre les liens qui les unissent. Trop occupés à réparer les dégâts croisés sur leur route, ils oublient ce qui se trouve juste en face de leurs yeux.

J’avoue, j’ai un faible pour les récits d’amitiés qui dérivent vers une romance. J’ai été servi avec ce premier tome de la saga the Ivy Years. Ici, Callahan et Harley ont chacun un passif pas si simple. Les voilà voisins dans des appartements réservés aux étudiants handicapés. L’héroïne a vu ses rêves brisés sur la glace en jouant au hockey. Lui, a la suite d’une chute voit sa jambe fracturée en deux endroits. A leur manière, aucun des deux ne s’attendait à avoir son quotidien bouleversé sur le campus par une rencontre étonnante. Toute en douceur, les relations se tissent entre ses deux êtres « cassés ».

J’ai été attirée par certaines parties, mais d’autres m’ont mis un petit goût amer sur la rétine. Etrange, mais je m’explique. L’alternance de point de vue est superbe, sympathique et agréable, même si j’aurai aimé un peu plus d’approfondissement sur des moments comme le hockey, la vision et les sentiments de frustrations des deux personnages de ne plus le pratiquer. Mon soucis vient en partie de Harltey, malgré son côté craquant, le séduisant joueur m’a donné envie de lui en claquer une avec Stacia. Sérieusement, j’ai eu du mal avec ses émotions. Il semble tellement perdu et engluer dans un couple qui ne colle pas. Rhaaa, non, j’ai failli sauter dans les bras de son meilleur ami Bridger avec ses remarques sur le comportement de la petite « amie parfaite »(au passage le rouquin, j’ai hâte mais alors très hâte de voir sa propre aventure – oui, chut, je sais, je risque fort de succomber un peu plus aux prémices que j’ai pu entrapercevoir). Le héros a la manie de se cacher les yeux, il se prélasse dans une amitié, alors que l’alchimie se ressent, physiquement et mentalement. Corey se transit d’amour, bon, même si elle a tout d’une battante, ça m’a frustrée.

Hartley et la plus populaire des poupées du campus m’ont donné des poussées d’urticaires. A ne pas savoir où il en était, le jeune homme m’a donné envie de le secouer. Bordel!!! Il s’accomode d’être le toy boy de la plus belle. Rhaaaa. NON. Sort la tête du sac. A croire que la flatterie de son égo comptait plus que le fond. Puis, nom d’une noisette, la soirée d’anniversaire et sa réaction après, NON. Je ne pardonne pas. Il m’est apparu goujat, crétin. Peut-être pour accentuer, le garçon perdu, qui n’arrive pas à voir qu’il est amoureux, que cette fille qui est devenue son amie est bien plus que ça, que c’est son coeur, sa raison d’être et celle qui l’a motivé. MAIS d’un coup Adam a pris des points en moins. Paf comme une claque. Pourtant, si vous cherchez un héros frais, honnête, lui est quasiment parfait, et il m’a fait rire. (M Digby OMG). Il a le don de sortir de sa coquille l’héroïne et pour ça il m’a faite craquer. De plus, le jeune sportif voit par delà l’handicap, il voit la personne, avec ses qualités et ses défauts, il chamboule tout.

Corey est sublime. Son accident l’a démolie, l’a rendue infirme, mais mentalement, elle continue à se battre, à se secouer, à garder la tête haute. Elle sort peu à peu de sa chrysalide au fil des pages. Ses nouveaux amis dont Dana sa colocataire lui apportent bien des raisons de s’accepter. C’est une pure pépite cette jeune femme. Et j’ai adoré ses discussions avec Hartley, elle sait dès le debut que son coeur craque. L’auteur pose habillement ses tempêtes d’émotions, ses larmes contenues, son épanouissement, son deuil de son sport favori, sa famille qui craint de ne pas réussir à lui offrir la vie qu’elle mérite. Le combat au quotidien pour se déplacer, le regard des autres face à l’handicap s’avèrent très bien décrits. Ils marquent en plein coeur. Et rien que pour ça, le roman remonte les imperfections qu’il présente.

Le duo formé est très agréable. L’auteur Sarina Bowen possède un style fluide, addictif qui accroche l’esprit. Le thème de l’handicap se montre avec des nuances intéressantes. Sans noircir totalement le tableau, il se touche du doigt, avec délicatesse, brutalité parfois. Je trouve juste dommage les petits points d’incohérence dans les rendu ou les allusions. Rien d’insurmontables, ils appuient quelque part sur les différences entre personnes valides et ceux qui ont des béquilles ou des fauteuils.

Au final, une lecture plaisante, une belle découverte. Deux héros qui dépassent les défis du quotidien, s’apprivoisent, s’apprécient et vont au delà de leur amitié. Le soutien de leur entourage se ressent en filigrane, et apportent une bouffée de tendresse un peu plus prononcée.

J’avoue que je suis curieuse de lire l’histoire de Bridger. Vivement le mois de février pour la découvrir. Petite note à la traductrice Laure Valentin et l’auteur: si jamais vous avez l’opportunité de traduire HIM et US écrits avec Elle Kennedy, je suis partante, faute pas hésitez une seule seconde.

the-ivy-years-tome-1-notre-annee-trouble-sarina-bowen

★Ma note:★
★ 8/10 ★

★Informations:★
The Ivy Years 5 tomes
Tome 1/5
Auteur: Sarina Bowen
Traductrice: Laure Valentin
288 pages
Editeur : Rennie Road Books
Date de parution: 4 octobre 2016
Prix: 12,66 euros
Disponible en numérique: Oui

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *