[Avis] Sublimes créatures (Beautiful Creatures)

Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes.
Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret.
Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres…

16 lunes de Kami Garcia et Margaret Stohla été un calvaire pour moi à finir, là où j’arrive à terminer un roman en 2 jours, j’ai mis 1 mois à le lire. Non pas que j’ai détesté, j’ai juste eu du mal avec l’écriture, les présentations, alors que les personnages me plaisaient. J’appréhendais un peu l’adaptation et la projection de Sublimes Créatures. J’ai été surprise du résultat. Je reste toujours crispée sur le parallèle facile avec Twilight. Point de vampires à l’horizon, si vous en cherchez passez sérieusement votre chemin. Vous ne trouverez que des sorcières comme créatures, nul de buveur de sang ni de lycans. Alors, oui, le film est imparfait, il fera grincer les fans de la saga. Il sera pas forcément portée aux nues. Néanmoins, il est divertissant, plaisant et agréable.

Même si j’ai des réserves sur les deux acteurs principaux, ils sont sensés avec 18 ans maximum et en paraissent nettement plus. Je suis restée subjuguée par la métamorphose de l’actrice principale. Alice Englert m’a littéralement séduite à la fin du film. Gothique, sombre et forte à souhait. J’ai retrouvé la Lena que j’ai aimé dans le tome 1. J’ai pas du tout était sensible au charme de Alden Ehrenreich, il m’a d’ailleurs laissé un petit goût loin du personnage papier de Ethan, même si un petit truc ne l’a pas rendu totalement fade. Face à eux, Emma Thompson, Viola Davis et Jeremy Irons tirent la couverture. Ils sont sublimes (sans jeu de mots). Les costumes sont un délice pour les yeux, surtout ceux portés par Léna et sa cousine jouée par Emmy Rossum, un vrai régal. Les deux créatures sont à couper le souffle. Dommage que pour Alice Englert, le charme soit décousu.

Les contrastes séduisent comme le manoir mêlant vieux et modernité comme si le monde magique des temps anciens venait rejoindre le présent. Un petit sentiment d’être porté loin de la civilisation dans un cocon refermé sur lui-même m’a étreint pendant le film. La ville qui interdit des livres, des pensées, prônent la croyance dans une mesure peut-être extrême vu de l’extérieur, comme un microcosme vivant sur lui-même. J’ai regretté certains choix dans les coupes, les tournures des événements. La nounou notamment ou le médaillon et son secret. Des petites incohérences m’ont titillée sans néanmoins me gêner dans le plaisir du spectacle. Un poil soft niveau effets spéciaux et puissance des sorcières. Sublimes créatures posent ses protagonistes et prend son temps. Il est doux, critique et le temps file vite devant.

petite paranthèse, Kyle Gallner n’est pas assez présent à l’écran, il est quasiment absent, regrettabe… soupirs…-

Note: 7/10

Autres avis:

Aude

Delphine

Evenusia

Long-métrage Américain
Durée: 01h58mn
Année de production: 2013
Titre original: Beautiful Creatures
Date de sortie sur les écrans U.S.: 14 février 2013
Date de sortie: 27 février 2013 / Distributeur:  SND Films / Genre: Fantastique, Romance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *