[Avis] Stoker de Park Chan-wook.

Stoker est une pépite. Un petit bijou dans un écrin d’un autre temps. Les images m’ont donné l’impression de voyager dans une autre époque. D’emblée, j’ai été touchée par la photographie, la magie en découlant et les personnages colorés. Les mots me viennent difficilement pour retranscrire l’émotion (ce qui explique en partie le retard d’avis) que j’ai ressenti devant l’oeuvre de Park Chan-wook. 

Synopsis:

Interdit aux moins de 12 ans 

Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l’existence, venir s’installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l’homme d’avoir d’autres motivations que celle de les aider. La méfiance s’installe, mais l’attirance aussi…

Mon avis:

J’ai même tiqué à plusieurs moments, et pourtant Aude m’avait prévenue que je risquais d’être scotchée dans un sens ou dans l’autre. Le travail visuel est incroyablement mis en scène, il offre un écrin somptueux au casting notamment à ce trio d’acteurs: ,et . Le son, la musique tout prolonge la plongée dans l’univers des héros.

Stoker - Affiche

J’ai eu sous les yeux un véritable OCNI (objet cinématographique non identifié) avec Stoker et je l’ai trouvé savoureux. J’ai eu un sentiment étrange, un peu mal à l’aise. Un peu dérangée face cet ensemble sensuel, déroutant, captivant et un brin de machiavélisme. J’ai eu le coeur retourné, plus par les non-dits que par les actes en eux-mêmes aussi étrange que cela puisse paraitre. Je suis sortie en me demandant si je devais me sentir bien d’avoir apprécié le film ou si j’étais un monstre, un peu comme quand je suis sortie de Perfect Mothers.

Stoker - Photo Matthew Goode, Nicole Kidman

J’ai été surprise, mis entre deux murs, un peu étourdie, et transporté par la prestance de Mia Wasikowka autant dans Alice au Pays des merveilles j’avais eu aucun frisson que là, elle m’a subjuguée. Son personnage d’India Stoker est tel un papillon sortant de sa chrysalide, le spectacle est admirablement magnifique, ses ailes ses déploient au fil des images. Matthew Goode m’a collé une impression désagréable d’être démoniaque dès le premier regard, il fait froid dans le dos. Son interprétation de Charles Stoker coupe le souffle. J’en ai presque eu la nausée de l’évolution et des secrets entre les deux personnages. Nicole Kidman en mère particulière est déroutante en vamp, elle est divine mais elle s’éclipse face à la beauté plus discrète d’India. Les liens étroits entre les différents protagonistes se dévoilent en installant un voile délicat d’originalité tout en mettant dans une position de malaise, dérangeante et perturbante le spectateur. Je déconseillerai Stoker aux âmes sensibles. Le coeur doit être accroché, plus psychologiquement que visuellement pour ma part, j’ai toujours cette petite boule au fond qui me titille tout en étant ravie d’avoir découvert un film séduisant et sombre.

Stoker - Photo Matthew Goode, Mia Wasikowska

Ma note: 

9/10

La fin a brisé une osmose instaurée.

Plus d’informations:

Sortie: 1er mai 2013/ Distributeur: Twentieth Century Fox France/ Genre: Drame , Epouvante-horreur , Thriller

Casting: Mia WasikowskaNicole KidmanDavid AlfordHarmony KorineLauren E. Roman,Lucas TillMatthew GoodePeg AllenPhyllis Somerville

La bande originale qui est un ensemble de morceaux délicieux pour les oreilles est disponible chez Milan Music.

Le titre In Full Bloom extrait de l’album est en écoute par ici: https://soundcloud.com/milanrecords/clint-mansell-in-full-bloom
Emily Wells a également participé à la bande originale du film avec le titre Becomes the Color :
https://soundcloud.com/milanrecords/emily-wells-becomes-the-color

Un 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *