[Avis] Sing Street de John Carney

★Synopsis:★

Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant « Top of the Pops » est incontournable. Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecoeur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter. Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu’en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Pour s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir, il lui propose de jouer dans son futur clip.

★Mon avis:★
Sing Street possède cette magie que j’aime voir sur grand écran. Le film renferme tout une panel d’émotions, de qualités, de photographies, de petits riens qui ont tout d’un grand qui ont fait mouche. Les étincelles de l’histoire montent crescendo. De plus en plus attractives, les petites flammes posées sur la pellicule à travers le quotidien de Conor s’avère un vrai plaisir à suivre. J’ai été subjuguée par la prestation de Ferdia Walsh-Peelo, le jeune adolescent un peu perdu entre sa famille et son nouvel établissement scolaire. Timide, réservé, un peu naïf, un peu rêveur, il a tout pour séduire avec cette fraîcheur des découvertes de la jeunesse, premiers émois amoureux, amitiés improbables…

Sing Street renferme une vraie pépite. Le réalisateur John Carney réussit à mettre en scène les doutes d’une bande d’adolescents avec un regard tendre, juste et captivant. Dans le sillage de Conor, plusieurs camarades sont entraînés dans la formation d’un groupe musical. L’idée de départ pour séduire une jeune fille fait sourire. Mais à la longue, la décision cache un vrai fond de passion, de quête d’identité, de liberté. Un vent qui souffle avec force et de nombreuses notes de musiques touchantes, sublimes pour plus d’un morceau. Les oreilles voyagent, prennent un aller simple pour une autre époque et se laissent bercer par les timbres de voix et les instruments. Derrière la joie de vivre, le malaise des soucis se dévoilent. L’Irlande offre un visage magnifique avec des aspects plus bruts que d’autres. Le charme agit et ne quitte plus le spectateur.

La vie de Conor est une excuse pour aborder la séparation des parents, les conditions difficiles d’existence. Les rencontres d’aujourd’hui peuvent être un tremplin pour des choix qui modifieront à jamais le futur. La musique rassemble des enfants qui n’auront pas forcément eu l’idée d’être ensemble. Elle les lie. Elle sonne comme un espoir. Tous les jeunes comédiens sont remarquables dans leurs rôles. Comme Lucy Boynton,qui joue Raphina, lumineuse, adorable, magnifique, ses grands yeux et ses expressions donneraient envie de partir à l’aventure avec elle. Sous son apparence de pin-up un peu forte tête, une sensibilité se cache loin des blessures.

Sing street s’avère une surprise comme je souhaiterai en voir plus souvent. Une somptueuse, douce, intense, percutante, une qui allie aussi bien une trame, une photographie et une musique pour marquer des points et l’esprit. Un bonheur en barre à garder précieusement. Un gros coup de coeur pour ma part. Foncez vous régaler.

★ Merci à Mars Films pour cette découverte ★
affiche-sing-street
★Ma note:★
★ 9+/10 ★
Coup de coeur

★Informations:★
Date de sortie: 26 octobre 2016
Dsitributeur: Mars Films
Durée: 1h 46min
De John Carney
Avec: Ferdia Walsh-Peelo, Lucy Boynton, Jack Reynor
Genres: Comédie dramatique, Musical
Nationalités Irlandais, Britannique, Américain
★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *