[Avis] Shrek 4: il était une fin de Mike Mitchell en avant-première

Je vous ai à plusieurs reprises parlé de Shrek 4 il était une fin, j’ai eu l’occasion d’assister à une avant-première en 3D et version française. J’étais ravie d’y aller. J’avais apprécié les 2 premiers titres Shrek,  je dois avouer qu’avoir mis en bande son du Eels a du influencer mon choix. J’ai un petit coup de coeur pour l’Âne et le chat Potté. La franchise a été exploité dans tous les sens, d’ailleurs un spin-off avec pour héros le Chat Potté devrait voir le jour en 2012. Si vous aimez l’ogre vert et les autres protagonistes, le 4e devrait vous plaire. Un film à voir avec ou sans enfants, à condition qu’ils soient plus grands que les miens. Trop de nuances pour les moins de 6 ans à mon avis et pas assez d’actions. Je vous explique pourquoi après vous le résumé pour restituer l’histoire.

Tout commence comme une journée sans fin, Shrek revit sans cesse les mêmes actions: les biberons, les repas entre amis, le travail, les tâches ménagères, les soins aux bébés, son bain raté, les touristes… Shrek vit des moments difficiles. Il est devenu un parent, un gentil ogre aux yeux de tous les villageois. La routine s’installe dans le couple Shrek/Fiona un peu comme dans la vie réelle. Les situations défilent de telle manière que le spectateur voit venir les regrets et les envies de Shrek. Qui n’a pas rêvé d’avoir une autre existence? Si une chance s’offrait à vous pour changer un point de votre vie? Un peu comme « un et si??? » comme dans les comics ou dans les séries (Code Quantum ou Lost). Si Shrek n’avait jamais été au secours de la princesse Fiona? Si toutes les aventures dépeintes dans les précédents films n’existaient pas, que deviendrait le héros? Et quelle destiné aurait attendu l’Âne, Fiona, Dragonne, Tit Biscuit, les 3 cochons, j’en oublie la liste est longue. Seulement il faut se méfier des voeux qu’on réalise. Une seule chose de modifier peut entrainer mille changements inimaginables. Shrek tente le coup et signe un pacte avec Tracassin. Le début d’une longue journée, si le soleil se couche sans avoir décroché un baiser d’amour de Fiona, l’ogre vert n’existera plus.

Comme dans tous les contes, le héros a une quête ici Shrek doit reconquérir sa belle qui n’a plus aucun souvenir de lui. Ses amis non plus ne le voient plus comme avant. L’univers parallèle qui s’offre à notre monstre vert est triste, sombre et plus adulte. C’est une aventure pour les enfants qui ont grandi. Une réflexion sur la vie et nos désirs qui pourraient une fois exaucé nous décevoir. L’animation est agréable, les scènes d’action aussi même si il manque une petite touche comme le premier. Les sorcières ont un physiques bourrés de stéréotypes comme les collants, le chapeau pointu et les verrues. Elles arrivent à être mignonnes et pas hideuses. Les contes sont révisités avec un gros clin d’oeil au Joueur de Flûte de Hamelin. J’ai apprécié, oui je sais j’ai l’âme bon public par moment.

La version française a conservé les mêmes doubleurs, ils retransmettent bien les émotions. Mais à mon sens, les acteurs originaux ont un talent indéniable qui dépeint d’une meilleure manière chaque personnage. Une chose m’a énormément déçue les musiques. La bande son est quasiment absente. Pourquoi ne pas avoir remis des bons morceaux? D’accord, je réclame du Eels!!! Une chanson aussi accrochante pour mes oreilles que Beloved Monster ou I Need to Sleep sans parler de Livin La Vida Loca.

J’ai rigolé, peut-être parce que je suis parent et que cette lassitude ce besoin d’avoir un moment à soi j’ai déjà eu l’occasion de le ressentir. Honte à moi certainement, mais les parents comprendront peut-être, quand passer 10 minutes dans une salle de bain sans un maman s’avère un périple un peu complexe. Les blagues ne sont pas du meilleur cru, les échanges manquent un peu de piquant. Les duos crèvent moins l’écran. Les rares moments réellement magiques viennent de L’Âne et du Chat Potté. Trop peu présents à l’écran, leur second plan pèse lourd. Le Chat Potté en félin domestiqué, le dodu a toujours un regard aussi craquant. Dommage de ne pas retrouver cette étincelle du premier et du deuxième volet. J’ai trouvé déstabilisant le cuisinier Gastro j’ai eu le sentiment d’avoir Big Mama version ogre devant les yeux. Je ne sais pas si c’était pour rendre plus comique la situation, j’ai détesté. Par contre, la version de Fiona guerrière, princesse obligée de se battre j’ai accroché. Un belle revenge quelque part sur les princesses des contes de fées souvent dépeintes comme nouilles et incapables de se dépatouiller sans un prince. Le méchant Tracassin est classique, un peu tête à claque.

Côté 3D, elle ne sert pas à grand chose. Autant pour Dragons, j’ai tout ressenti là rien effet pétard mouillé. De plus, j’ai cru que j’avais un soucis avec mes lunettes de vue (je ne vous raconte pas l’inventeur de 3D a pas de soucis de vue, c’est pas possible autrement, merci pour les taupes dans mon genre! ). Les écritures et les personnages à droite de l’écran étaient flous. Ca m’a dérangé d’avoir les arrières plans imparfaits. Un peu comme si j’étais dans un nuage de buée. Je ne suis pas la seule à avoir eu cette impression (voir chez E-Toile)

Le dernier volet de la saga Shrek 4 il était une fin n’est pas indispensable. Si vous ne le voyez pas vous ne manquerez pas un point méga important pour boucler l’aventure Shrek. A voir si vous êtes fan de Shrek l’ogre vert, l’âne, Chat Potté, Tit biscuit, Fiona, la Dragonne… vous aurez le sourire en passant un agréable moment. Avoir une famille et des amis, reste une merveilleuse petite étoile de bonheur avec ses hauts et ses bas. La morale du conte peu ordinaire le démontre assez bien. :wink:

Sortie le 30 juin 2010.

Synopsis: Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre malodorant et mal léché ? Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu’à l’envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd’hui, tel une idole déchue, il se contente de signer des autographes à tour de bras. Trop triste…
C’est alors que l’habile et sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve soudain transporté dans un monde parallèle totalement déjanté où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se jamais rencontrés…
Shrek va-t-il réussir à déjouer le sortilège, à repasser de l’autre côté du miroir, à sauver ses amis, à retrouver son monde et reconquérir l’amour de sa vie ?

16 commentaires sur “[Avis] Shrek 4: il était une fin de Mike Mitchell en avant-première

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *