[Avis] Secrétariat l’histoire vraie d’une aventure hippique (Disney)

Un simple jeu pile ou face peut modifier votre vie.

Penny Chenery apprend à travers son histoire à toute une génération, à ne pas baisser les bras devant l’adversité. Le petit bout de femme réussit à prouver qu’une femme a sa place dans un monde d’homme. Les courses hippiques, les compétitions surtout dans les années 1970 sont un univers de mâles. A qui a un coeur, aime ce qu’il réalise, croit en ses chances, en sa monture, rien n’est impossible. Du film, le message d’espoir marque les esprits. Les plus petits seront conquis par les chevaux, les plus grands par les valeurs du personnage principal.

Ne connaissant rien aux écuries, Penny (Dian Lane) se voit contrainte par le destin de reprendre en main l’affaire familiale Meadow en Virginie. Au grand damn de tout son entourage (amis dont son mari joué Dylan Walsh- Nip/Tuck- et ennemis). Par un coup du sort, elle hérite d’un poney futur champion. Dans une discipline gouvernée par les hommes, la jeune femme se fixe comme défi de remporter avec son cheval Secrétariat le premier prix Triple Couronne. Un programme ambitieux et démesurée pour les années 70, ces 3 courses avaient à l’époque un vif succès.

Transposer une histoire vraie sur grand écran n’est pas une chose aisée. Le choix des acteurs, des lieux, de la mise en scène jouent énormément dans le rendu. Diane Lane interprète avec brio une femme de caractère, qui ira jusqu’au bout de ses rêves. Elle démontre que parfois le talent et les connaissances ne sont pas suffisants pour la victoire. Le rôle de Penny est superbe même si il n’est pas totalement abouti à mes yeux. Le lien avec son mari, sa famille et les autres passent parfois au second plan, pareil pour son amour envers Secrétariat. John Malkovich en entraîneur coloré, un peu comme un clown dans un magasin de porcelaine, avec son tempérament apporte du peps à l’aventure. Disney reste classique dans son adaptation.

Le studio Walt Disney offre une très belle version des années 70, de la condition féminine à cette époque, des aspects machistes du sport ou des club… Seulement, les exploits du pur-sang, du héros animalier prend le dessus. Certes la bête est somptueuse. Les amateurs de bestioles en tout genre cachés au fond des enfants seront aux anges. Les miens en tout cas, réalisent le combo fans d’équitation et chevaux, ils ont vraiment été séduit. J’ai été surprise, je m’attendais pas à les voir se plonger autant dans le film. Ils se sont intéressés aux compétitions, aux conditions de vie des chevaux mais pas uniquement. Plusieurs moments sont remplis de sucreries des sentiments. Ce que j’appelle le fond doux et gentillet sucré que vous voyez venir, tout se termine bien. D’accord nous sommes chez Disney… Le truc c’est que là, ça vous mange tout les à-côtés. Le gros regret que je partage avec mes minis, les courses pourtant impressionnantes, sont coupés par les gros plans sur la foule en délire.

Note: 7/10

3 Moop raisons de regarder Secrétariat:
Diane Lane en femme exceptionnelle
John Malkovich en coach au look et au caractère excentrique- il plaira aux enfants par son attitude
Vous aimez les chevaux? L’équitation? Vous rêvez d’être jokey? Tout est réuni pour vous faire aimer les courses surtout avec les valeurs de Penny.

3 Moop raisons de fuir Secrétariat:
Des scènes longues et ennuyantes rattrapées par une photographie proche de l’art.
Si vous avez vu Seabiscuit de Dreamworks, le pendant de Disney paraîtra un peu fade.
Des points de l’histoire manquent d’explications, souffrent du silences des sentiments.

DVD disponible depuis la 11 mai 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *